SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

Qu'est-ce que La Conscience - Extraits par Frank HATEM DSD

Voici un site merveilleux !!!!!

Ces quelques extraits parviennent du site de Franck Hatem, et J'ai souhaitais le partager avec vous  :

http://www.hatem.com/cognition.htm

 

Je vous en souhaite une très belle lecture et ouverture.

Dans l'Amour que Je Suis.

Anthériah

 

*****************

......

 

3 - QU'EST-CE QUE L'AMOUR ?

Une fois comprise l'origine de la conscience, il est facile de comprendre que l'amour en découle automatiquement. En effet, la séparation des deux principes du néant a pour but ce néant. Donc leur unité. Paradoxalement, la séparation donne son sens à l'unité, comme il faut être deux pour pouvoir s'aimer.

 

Eh bien l'amour est le fait, pour la nullité du néant (zéro au centre) de se réunifier progressivement à l'infini, puisque la nature réelle de l'Etre c'est cette unité. Nous ne pouvons être conscients sans aimer.

 

Cet amour est une intégration progressive du monde extérieur parce que l'infinité ne peut être atteinte, et que de toute façon la séparation est éternellement nécessaire. D'où le désarroi de l'Etre appelé à aimer éternellement un absolu inaccessible. Inaccessible dans le temps, c'est-à-dire dans la conscience, car dans l'instant, il est déjà.

 

*****************

 

5 - QUEL EST LE BUT DE L'ETRE et de l'Existence

 

Le but de l'Etre est son infinité, parce que être, c'est se séparer de cette infinité, l'exclure afin d'être conscience de quelque chose d'extérieur en s'en croyant le centre (zéro au centre de l'infini). L'infinité est ainsi le but de la conscience après qu'elle se soit niée elle-même.

 

En fait, à l'absolu, ce but est néant, puisque si l'unité se faisait, il n'y aurait plus dualité, donc plus conscience ni amour. Mais cela n'est jamais un but conscient parce que c'est le but qui engendre la conscience. On n'est conscient que des buts ultérieurs à la naissance de la conscience, c'est pourquoi on se demande toujours le sens de l'existence.

 

Le but de l'Existence (consciente) ne peut donc pas être le but de l'Etre et réciproquement.

 

Concrètement, pour chacun d'entre nous, le but est donc partiel et différent. Il est indispensable d'avoir un but personnel faute de quoi on n'a pas l'énergie d'évoluer, de vivre.

 

C'est le but qui engendre l'énergie. Sans but je déprime. Lorsque je m'identifie à un but, je m'identifie à ma vraie réalité qui est une NECESSITE. Au contraire, si je n'ai pas de but, je m'identifie à mon passé, à mon corps et à ma personnalité, et je n'ai plus d'énergie. Je cherche à être aimé, à être pris en charge au lieu de vouloir aimer et prendre des responsabilités.

 

 

D'où l'importance de comprendre métaphysiquement ce que c'est que soi pour savoir mener sa vie.

 

 

*******************

 

 

7 - L'ESPRIT EST-IL LE CREATEUR DE L'UNIVERS ?

 

Evidemment, puisque tout est contenu dans ma sensation d'Etre. Je m'identifie à une partie de moi, un centre de l'infini, et ce faisant, je définis le monde qui m'entoure.

 

Si je m'identifie à autre chose, je change cet univers.

 

C'est donc en changeant d'identification, c'est-à-dire, en fait, de façon d'aimer le monde ou d'attendre des choses du monde, que je change mon destin. Mais si je reste ce que je croyais être, mon destin s'impose à moi et je le subis. D'où l'importance de toujours être attentif à sa relation à l'univers et aux autres, car c'est ce niveau d'amour qui détermine le monde que je vivrai, mon univers personnel (voir site Ontologie : http://www.hatem.com/holopsy.htm).

*******************

 

8 - POURQUOI LE CORPS, POURQUOI LA MATIERE ?

 

Cet univers me paraît matériel bien qu'il soit purement spirituel et que je puisse malgré tout me cogner aux murs, parce que là où se rencontrent ma volonté d'unité avec l'infini (amour) et ma volonté contraire de rester le centre (conscience), se produit un choc mental permanent qui est une résistance totale entre deux forces opposées. C'est l'impression de matière, le " grain " de la particule atomique cherché par les physiciens. Partout, je ressens cet effet de matière parce que partout où je suis, je ne suis que par opposition entre mon amour et ma conscience d'être.

 

C'est même très précisément à l'endroit où se situe cette opposition, là où je considère inconsciemment qu'au-delà de cette limite ce n'est plus moi, et donc que je ne peux l'intégrer, que se situe mon identité, mon CORPS. Le corps est la frontière entre ce que je considère comme moi et ce que je considère comme non moi. Mais tout, en fait, est moi.

 

 

 

******************

 

9 - QUE FAIRE DE L'EGO ?

 

Cet égo qui est l'identification à un corps, à une personne, est indispensable. Sans lui, je ne pourrais me surpasser et évoluer vers l'infini. C'est l'inertie qui donne son rythme à mon évolution.

 

L'important est de ne pas y être attaché outre mesure. Je dois nécessairement avoir un corps, un égo qui me définisse, et je dois en être respectueux et reconnaissant, mais je ne dois pas être attaché à sa forme. Au contraire, plus j'évolue, mieux cela vaut.

 

Changer tout le temps de rôle, de responsabilités, de vie, de personnalité est excellent, et montre qu'on est tourné vers le but. Au contraire, l'immobilisme montre qu'on est tourné vers le passé.

 

Il est important de préciser que le fait d'être tout, donc seul, foncièrement, et nul, donc néant, en substance, n'est pas triste et ne doit pas mener à l'indifférence ou au suicide : j'ai besoin d'un corps pour que l'évolution vers le but se fasse. Y renoncer est absurde. On ne peut pas échapper à la vie car seule la vie permet de se libérer. Dans la mort il n'y a aucune libération, seulement la hâte de se réincarner pour corriger les erreurs qu'on a faites.

 

Et de toute façon la solitude de l'Etre n'est pas la solitude du corps. Elle n'empêche pas de vivre ensemble, et de toute façon c'est elle seule qui permet la communication et l'amour. Si nous n'étions pas un seul esprit, donc seul, si nous étions des esprits séparés, nous ne pourrions communiquer entre nous. Nous ne pourrions en aucun cas nous aimer. Nousne pouvons nous aimer que parce que nous sommes un seul et même être. Nous ne pourrions même pas avoir conscience les uns des autres.

JE NE PEUX AVOIR CONSCIENCE QUE DE QUELQUE CHOSE QUI SOIT DANS MA CONSCIENCE.

 

Si l'univers était extérieur à ma conscience, je n'en aurais évidemment pas conscience et ne pourrais l'aimer.


............

 

 

La suite est pour Vous.

Dans l'Amour que Je Suis.

 

Anthériah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 



25/02/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres