SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

ENERGIE - Corps et Terrestre

Le système de méridiens d'énergie de la Terre

La grille planétaire est faite de circuits qui distribuent l'énergie vitale sur toute la terre. C'est en quelque sorte le système circulatoire de la terre, son réseau de vaisseaux sanguins. C'est par la grille énergétique que la santé de la Terre est entretenue.

Les nadis du corps humain

Les vaisseaux de la Terre circulent aussi bien dans sa profondeur qu'à sa surface. De plus, ils irriguent l'atmosphère, qui est une partie intégrante du corps organique de la Terre. Il y a des canaux principaux, qui se diffractent en réseaux plus fins et plus denses, des grilles fines à l'intérieur de grilles larges.

 

Mieux que l'image des vaisseaux sanguins: le réseau vital du corps de la Terre est l'équivalent des nadis du corps humain. Notre corps est constitué de corps subtils eux-mêmes parcourus de méridiens et d'innombrables canaux, les nadis (voir Chakras et corps subtils). C'est par ces nadis que l'énergie subtile circule dans le corps.

 

Les carrefours importants des nadis du corps humain sont des centres de distribution énergétique, les chakras. Les chakras sont des volumes coniques ou sphériques qui traversent les corps subtils et relient les différents niveaux vibratoires du corps. L'énergie en provenance de l'univers pénètre par les chakras. Le corps n'est pas un objet isolé à la dérive sur la Terre. Il est relié au cosmos par de multiples circuits.

 

Il en est de même pour le corps de la Terre qui est structuré par ses circuits vitaux et par des carrefours de flux énergétiques. Sur certains carrefours se trouvent des vortex. Comme nous l'avons vu (Grille planétaire), la grille n'est pas seulement perceptible au niveau physique magnétique, elle existe sur plusieurs niveaux dimensionnels. Les vortex traversent verticalement plusieurs niveaux vibratoires. Par ses grilles et ses vortex, la Terre est reliée au cosmos et reçoit des impulsions de l'univers.

 

Pour vivre pleinement, l'être humain dépend entièrement de la bonne santé des circuits terrestres. C'est pourquoi dans ces civilisations anciennes, une classe de personnes était affectée à la surveillance, au fonctionnement et à l'ajustement des grilles et des lieux sacrés. Ces gens étaient à la fois, selon notre classification moderne des tâches, des ingénieurs, des gardiens de la géométrie sacrée, des guérisseurs, des sages et des prêtres. Cette science est différente de la nôtre, bien plus subtile, plus profonde et plus généreuse. Elle est en accord avec la vie, elle travaille en harmonie avec elle.

 

 

Régulation des flux par l'acuponcture terrestre

De même que l'acuponcture remet en ordre les énergies de nos méridiens corporels, de même il existe une acuponcture pour agir sur les méridiens de la Terre. Les flux terrestres sont parfois naturellement chaotiques, et l'acuponcture terrestre permet de les modifier et les diriger. De nature fondamentalement électrique, les flux terrestres sont modulés comme les courants électriques dans une maison.

Ce sont les constructions sacrées qui font office d'aiguille. Les menhirs ressemblent fortement à des aiguilles de pierre, et cela suggère fortement cette fonction. Ils la remplissaient effectivement, au moins certains (Needles of Stone, Tom Grave), mais pas seulement eux. Sans être forcément en forme d'aiguille, d'autres centres sacrés, construits selon des plans géométriques précis, sont des dispositifs élaborés de régulation et de branchement de courant. L'ensemble des centres sacrés, temples, mégalithes, simples ouvrages de terre, et lignes de ley, est donc analogue à un vaste circuit imprimé avec ses condensateurs, ses transformateurs, ses émetteurs et ses récepteurs.

Lorsqu'on détecte des flux magnétiques qui se croisent dans un centre sacré, on est tenté d'en déduire que le croisement préexistait à la construction et qu'elle a été implantée dessus. Cela est vrai, mais pas toujours. Dans certains cas, c'est l'implantation du monument elle-même qui a dévié le flux et l'a attiré à elle selon une science maitrisée.

Menhir d'Eteneta

Cromlech d'Eteneta, Pays basque, Espagne
Merci à Alfonso Mart

Machu Picchu

Machu Picchu, Pérou
Merci à Bryan Johnson

 

En Angleterre, John Foster Forbes a été l'un des premiers à relever les liens entre des gravures particulières sur les pierres d'un site et les constellations, ou entre le plan et l'orientation du site et les constellations. Par des mesures radiesthésiques, il s'est rendu compte que chacun des sites vibrait selon des énergies en rapport avec la constellation sur laquelle il était planifié. Il affirmait que les cercles de pierre ont été bâtis en conjonction avec des données astronomiques pour servir de station de réception des énergies stellaires, au moins en certaines saisons.

 

Si les centres sacrés sont (ou étaient) des dispositifs d'émission - réception d'ondes, on comprend mieux qu'ils aient été orientés ou planifiés par rapport au ciel et aux étoiles. Ce n'est pas pour vénérer les dieux de ces constellations mais afin que le lieu entre en résonance avec les énergies cosmiques correspondantes. Il reçoit l'énergie cosmique et la redistribue aux flux terrestres, participant ainsi à l'élévation du niveau vibratoire et à l'équilibrage, non seulement du lieu même, mais de tout le circuit.

 

 

 Extrait de : http://www.spirit-science.fr/doc_terre/grille3.html

 

 

 

 



08/08/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres