SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SHOUD 4 - KHARISMA DÉCEMBRE 2014

Série KHARISMA – Shoud 4

 

Adamus Saint-Germain

Présenté au Crimson Circle le 06 DECEMBRE 2014

Canalisé par Geoffrey Hoppe assisté par  Linda Hoppe

www.crimsoncircle.com

 

 

 

KHARISMA 4

 

 

 

NOTE IMPORTANTE:

Cette information n’est probablement pas pour vous,

sauf si vous prenez l'entière responsabilité de votre vie et de vos créations.

***

 

 

 

 

Je suis ce que Je suis, Adamus Saint-Germain.

 


Bienvenue, chers amis. La vie est belle. La vie est belle. Ah, prenons une profonde respiration avec ça.


La vie est belle et facile. Elle l’est vraiment. Vraiment. Nous allons parler aujourd'hui du pourquoi parfois elle semble être difficile, pourquoi parfois vous la rendez difficile, mais elle est assez facile en fait.


Je vais vous demander de sentir cela pendant un instant, si vous le voulez. La vie est facile.

Oh, vous pouvez me donner mille raisons pour lesquelles elle  ne l’est pas. Vous pouvez me parler de votre passé. Vous pouvez partager avec moi vos préoccupations quant à l'avenir, mais elle est facile. Elle l’est vraiment.


La question que j’ai pour vous, pouvez-vous gérer cela? Eh, avant de répondre, je veux que vous vous sentiez vraiment dans cela. Pouvez-vous gérer la vie comme étant facile et abondante et libre et différente? Pouvez-vous gérer cela? (Quelqu'un chuchote «Oui»)


Vous dites oui, mais les preuves montrent le contraire. (Rires) Je dis juste. (Adamus glousse)

 

Avons-nous oublié les personnes ici dans la première rangée? (il y a des chaises vides). Ont-elles dit ... Linda les avez-vous effrayées? Personne à l'avant ... (quelqu'un vient s’asseoir dans la première rangée) Merci. Je ne mords pas. Je crache. (Rires) Je crache du feu, mais je ne mords pas. Quelqu'un d'autre? Première rangée. Première rangée. Merci. Oui. Eh, pas là avec vos oreilles. (A quelqu'un portant un bois de renne qui pourrait entraver la vue de la caméra)

 

LINDA: Encore un siège.    ADAMUS: Un de plus. (Adamus glousse)
LINDA: Je vous remercie. Merci.
ADAMUS: Oui. Nous avons des techniques [considérations]. (Rires) La vie est facile, mais vous devez être conscient. Oui. (Il s’assied sur une des chaises) Elle est pour moi. Oui. (Quelques rires) Oh!
LINDA: Non, non. (Quelqu'un d'autre est venu pour s’y asseoir)
ADAMUS: Désolé. Je crois que c’est la vôtre. Merci. Eh bien, à cause de votre garniture cornée là, nous ne pouvons pas vous faire vous asseoir là.

 


La vie est facile et elle est bonne, et c’est là où nous allons. C’est là où nous allons.

 


Et elle semble belle. Vous dites: «Oh oui! C’est ce que je veux. "Mais pour y arriver, nous devons laisser aller certaines choses. Nous devons avoir une vision - une vision! - De la vie étant facile, ce qu’elle est.


Nous ne devons pas tomber dans la gravité très dense de la conscience de masse. Elle est effectivement facile, mais d'abord elle est inconfortable.


Bienvenue à vous tous qui écoutez en ligne. Vous n’aimez pas les vacances? Vous n’aimez pas la beauté des vacances? Donc, si vous pouvez obtenir un beau panoramique de la zone scène (à l'équipe chargée des caméras). Oh Linda, vous pouvez rester assise là. Vous faites partie de la beauté naturelle. Oui.

 


LINDA: Oh, vous gagnez mon cœur aujourd'hui. Ohhh. (Quelques applaudissements)

ADAMUS: Oh, j’adore les vacances. Ayez-en toujours. J’ai tendance à venir plus autour de vous, pas seulement pendant les Shouds, mais pour vous. J’ai tendance à traîner plus aux moments des vacances, parce que vous êtes, ah, un peu plus légers, un peu plus faciles. Les vacances, un temps - environ le seul moment maintenant - où les humains croient en quelque chose de magique. Ils croient en quelque chose de spécial qui se passe.

 

 

Ils regardent des films avec tristesse et des larmes, des films que certains appellent ringards – des films de vacances. Mais j’adore m’asseoir avec vous lorsque vous regardez "La vie est belle." Ouais. Ouais. Vous, moi, le pop-corn, votre Kleenex, mon écharpe et beaucoup de larmes. (Quelques rires)


J’adore les vacances parce que, très souvent, cela vous rappelle le passé quand les choses étaient en fait beaucoup plus magiques sur la planète. Beaucoup de ce qui est parti maintenant. C’était une époque mentale.

 

Vous pouvez ... s’il vous plaît, être à l'aise (invitant Linda à retourner à sa chaise). Et ... Sandra, dois-je vraiment vous le rappeler à chaque fois. (Adamus glousse) Du café à la crème s’il vous plaît, pas de lait de chèvre. (Quelques gloussements)

 


Cette fin d'année est si magique. Peut-être que c’est parce que vous avez travaillé si dur pendant l'année, souligné et douté et passé des heures exténuantes au travail sans même pouvoir en profiter, traiter avec les parents - ainsi, vous devez le faire pendant les vacances aussi - mais un moment de l'année tellement magique où vous venez à laisser tomber un peu la garde. Les petits enfants et même certains adultes croient au Père Noël. Vous croyez qu’il peut se passer des choses magiques. Vous croyez aux miracles. Les miracles.

 

Ah, plus tôt aujourd'hui je suis venu à travers un, ce que vous appelez, un sans-abri debout au coin de la rue ici avec son petit panneau en carton, oui, et le carton disait, "J’ai juste besoin d'un miracle." Il ne disait pas "j’ai juste besoin d'argent." C’est une première. Il disait, «J’ai besoin d'un miracle." Et vous savez quoi? Les miracles se produisent. Les miracles ne sont pas comme une source angélique ou Esprit ou quelque chose comme ça. Les miracles sont simplement des choses que vous ne comprenez pas autrement. Vous ne comprenez pas comment cela arrive, et cela n'a pas d'importance. Cela n'a pas d'importance que vous ayez à connaître les détails de la façon dont quelque chose ou quelqu'un est venu dans votre vie.

 


Un miracle se produit lorsque vous êtes prêt à sortir des vieilles limitations, lorsque vous êtes prêt à sortir de votre esprit, quand vous êtes prêt à sortir du caractère, ce caractère avec lequel vous vous êtes tant identifié. Soudain, les miracles se produisent parce que vous êtes plus disponibles pour les énergies qui attendaient pour vous. N’attendaient que vous. Tout est là.

 


C’est pourquoi je dis que c’est facile. J’utilise ce terme "Kasama," dont certains traduiraient par le mot «Kismet», qui signifie destin, mais pas le destin linéaire régulier. Kasama est le destin de l'âme.


Nous en avons parlé récemment à Keahak. Le destin de ... (Sandra apporte son café) Vraiment? Une tasse de papier pour votre commandant ?! Un gobelet en papier - en plastique. S’il vous plaît! S’il vous plaît.


EDITH: Oh frère ! Passez au dessus de cela. (rires)

ADAMUS: Non, je vais vous raconter une histoire, Édith. Je vais vous raconter une histoire. S’il vous plaît (à Sandra), de la céramique au moins. De préférence du Cristal. Ouais. (Adamus glousse) J’ai une histoire pour vous, chère Édith. Vous l'avez entendue en partie de Cauldre (pendant l'intro), mais c’est très vrai.

 


A quai, le bateau sur le Nil ne convenait pas à ma résonance. Maintenant, nous pouvions être là tous assis, tous les 70 d'entre nous, assis sur le bateau et endurant le bruit et endurant l'inconfort, mais pourquoi? Pourquoi? Il était aussi simple de dire, aussi simple que cela, "déplaçons le bateau." - ". Déplaçons le bateau"

 

"Le café dans une tasse en céramique.» «Je suis ce que je suis." "La Vie abondante." Pourquoi pas?


Pourquoi Édith  a-t-elle parlé et que maintenant elle obtient le poids de mes énergies ? Pourquoi, Édith, avez-vous accepté quelque chose de moins bon que le meilleur pour Édith ? Pourquoi ? Nous allons avoir besoin du microphone. Ne lambinons pas ici. J’ai besoin de mon café, microphone. Préparez-vous pour écrire au tableau. Un microphone. Oui. S’il vous plaît, s’il vous plaît ne vous précipitez pas tous ici pour m’aider.


LINDA: Dieu l’interdit !

ADAMUS: Donc, Édith, pourquoi vous amenez-vous à accepter n’importe quoi ... si vous voulez bien vous lever ici, Édith. Prenez la chaise.

LINDA: Ohhh, ohhh !   ADAMUS: Ohhhhh    LINDA: Ohhhh !

EDITH: Édith, la rock star dans le monde entier. Il y a quelque chose de connu maintenant comme le "Édith Factor" parmi les Shaumbra! (Rires)   LINDA: Ohhhh!

ADAMUS: S’il vous plaît prenez un siège. Vous n’avez pas besoin de vous tenir debout. Prenez un siège.   EDITH: Vraiment?

ADAMUS: Vous voyez ?! À mon point.

EDITH: Très bien! Très bien ! Très bien ! (elle s’assoit dans son fauteuil)   ADAMUS: Offert ...

EDITH: Je ne sais pas si je peux l’obtenir là-haut.

ADAMUS: Le siège d'un roi, et elle dit: "Vraiment ?"
Maintenant Édith ...   LINDA: Geoff, c’est une torture !

ADAMUS: Édith, pourquoi voudriez-vous vous contenter de moins que le meilleur dans votre vie? Pourquoi êtes-vous réglée pour moins que le meilleur ?   EDITH: C’est une excellente question.

ADAMUS: Je sais. Je l’ai posée.   EDITH: J’aimerais connaître la réponse.

ADAMUS: Ohh. Oww!   LINDA: Ohhhhh! (Gémissements et commentaires de l'auditoire)  ADAMUS: Ohhh! Je sais, mais c’était trop près.   LINDA: Edith !

ADAMUS: C’est au bord de la ...

Édith, vous savez, et c’est le problème. Vous savez, mais vous refusez de le voir. Vous n’avez pas la vision. Eh bien si, vous avez une vision, c’est la vision Édith.

LINDA: Ohhh !

ADAMUS: Déplacez le bateau. (Adamus glousse) je ne m'inquiète pas. Je ne m’en soucie pas et vous non plus. Pourquoi êtes-vous ici lors de ces réunions tous les mois ?

EDITH: Parce que je les aime. Je les aime. Je crois en elles.  ADAMUS: Oui.

EDITH: Je crois en l’éveil, la conscience.   ADAMUS: Bon.

EDITH: La conscience nourrit mon corps.  ADAMUS: Oui, tout le reste de cela.   EDITH: Oui.

ADAMUS: Mais tout est déjà là. Je le veux en Édith la prochaine fois que nous parlerons comme cela. Je veux qu'Édith l’incarne.

EDITH: Je pensais que c’était fait.    LINDA: Ohh!

ADAMUS: Pas cette Édith dont je parlais avant! Non pas cette Édith qui accepte moins que le meilleur pour elle-même et sa vie. Et pour chacun de vous, vous avez un peu d'Édith en vous. (Adamus glousse) Vous êtes tous à «permettre quelque chose de moins que le meilleur." Pourquoi ? Pourquoi ? Eh bien, nous allons en parler aujourd'hui. C’est une configuration tellement parfaite.


Permettre moins que le meilleur - l'argent, la santé, les relations, les enfants – ne devons-nous pas aller là où vous obtenez le point? Rien, moins que le meilleur.


EDITH: J’ai reçu le point, mais j’aurais aimé avoir une solution.    LINDA: Mmmmm.

EDITH: Eh bien, vous ne voulez que je mente, le feriez-vous?

ADAMUS: Eh bien ...   LINDA: je le ferais !

ADAMUS: ... en quelque sorte ... (beaucoup de rires)   EDITH: Vous avez raison, Linda.

ADAMUS: Maintenant, cela appelle la question ... si bien jouée juste dans mes mains. Cela soulève la question, est-ce un mensonge ? Où est le mensonge, Édith ? Vous dites que vous ne voulez pas me mentir. Je pense que vous me mentez, et plus, que vous vous mentez à vous-même.

 

Lorsque vous dites que vous ne savez pas ... désolé Crash (NDI : le surnom d’un des participants). Lorsque vous dites que vous ne savez pas, vous mentez, quand vous dites que vous ne voulez pas me mentir, parce que vous mentez. Vous mentez en ne vous permettant pas d’être qui vous êtes vraiment. Et c’est si facile. C’est tellement facile, mais quelque chose vous empêche de cela. Et vous m’avez donné la permission d'être brutal avec vous, si nécessaire, et d'être aimant en cas de besoin.

 

Vous m’avez donné la permission de vous montrer où vous vous êtes aveuglée, vous vous êtes descendue vous-même. Lorsque vous vous dites et au  public partout dans le monde - si vous regardez dans cette petite lumière rouge sur la caméra, le monde regarde- vous m’avez donné la permission d'exposer le mensonge, et le mensonge est "je ne sais pas. "Vous savez. Et ça va être la chose la plus difficile pour que vous obteniez plus, et la plus belle chose, et c’est très facile.

 

Alors s’il vous plaît, ma chère, s’il vous plaît. Cela se résume à, vous pourriez dire, une question de dignité, mais c’est vraiment une question de vision, de vision pour Édith. Et la vision c’est d'avoir du café dans une tasse en porcelaine. C’est une petite chose, Édith, mais tellement intéressante. (Adamus sirote son café) Ahhh! (Quelques rires) C’est le café sensuel qui ne peut simplement pas être vécu avec une tasse en papier et seulement avec la Chine.


C’est "Déplacer le bateau» et ne pas se soucier. Commander, sans se soucier. Cauldre, Linda, les autres, Lucie, ils se sont inquiétés quand j’ai dit "déplacer le bateau." Je ne me soucie pas des détails. Ils ne me touchent pas.

 

Et je ne vais pas entrer dans un quelconque long et morne doute au sujet du bateau et du pauvre équipage et de qui doit effectuer ce travail et ce que le capitaine dira et si c’est dans les règles. Je ne m’en soucie pas, et vous non plus. Vous ne devriez pas.


Cette année - cette année à venir, Édith – c’est un temps de réalisation. C’est un moment pour rassembler. Et la question que j’ai, que Métatron a demandé il y a longtemps, est : êtes-vous prête?


EDITH: Je suis prête ...

ADAMUS: Laissez-le là. Ahh, ce "mais" était sur le point de se montrer. Le «mais» ...

LINDA: Quoi ?!    ADAMUS: Dans vos paroles. Dans vos mots, le «mais».

 

 

Trois souhaits



Édith, question. Le Père Noël est réel, vous savez. Non, le Père Noël est réel. Chaque fois qu'il y a une croyance de la conscience de masse dans quelque chose - le diable. Le diable est très réel parce que suffisamment de gens croient en lui. Ils le créent. C’est un peu causé par la conscience de masse. C’est de la même manière que les maîtres ascensionnés peuvent créer une âme collective, très facilement. Donc, si suffisamment de gens croient au Père Noël, le Père Noël est réel.

EDITH: Exact.

ADAMUS: Et il peut se manifester. Je ne parle pas seulement de réel comme intérieur, vous savez, assez de gens le croient, mais je parle à propos de Santa Claus se manifestant réellement. Et les miracles et la magie du Père Noël et les lutins se passent. Cela se passe réellement.

 

Alors, Édith, avec cette connaissance, vous avez trois souhaits de Santa Claus. Qu'allez-vous demander? Trois souhaits. 1

EDITH: Une vie ahmyo*.   ADAMUS: Une vie ahmyo. Bien.

EDITH: Abondance et richesse grandes et glorieuses.   ADAMUS: Bon.

EDITH: Et une grande et glorieuse bonne santé.   ADAMUS: D'accord.

EDITH: Et grand ...   ADAMUS: Eh, trois. Trois. (Adamus glousse)

EDITH: Oh.    ADAMUS: Ne poussez pas votre chance avec le Père Noël!

EDITH: Oh, la sagesse. J’aimerais plus de sagesse.

ADAMUS: le Père Noël n’est pas un idiot! Il peut compter jusqu'à trois. (Rires).

 


Okay, une vie ahmyo. Il ne peut pas vous la faire parvenir. Vous devez vous donner cela vous-même. C’est plus facile, en fait, que pour le Père Noël de vous la donner.

 


L'abondance sauvage - Santa Claus peut aider avec cette réalité, car une fois que vous vous le permettez, cela continue juste à entrer. Ce n’est pas grave si c’est Jésus ou le Père Noël ou moi ou quelqu'un d'autre, nous allons continuer à apporter ces cadeaux. Nous allons continuer à apporter l'énergie. Nous vous aiderons à mettre l'énergie dans l'abondance sauvage. Oui.

 


Et la santé. La Santé. Ahh, oui. Elle vous incombe en grande partie. Le Père Noël n'a pas beaucoup d'influence sur ce point. Mais elle vous incombe en grande partie.

 

EDITH: Je pensais que tout nous incombait, que nous étions des Maîtres créateurs.

ADAMUS: Vous êtes. Vous êtes. Mais d’autre part les énergies sont souvent amenées dedans par d’autres. De sorte, Le corps est à vous. Vous apportez dedans ces énergies. Un grand nombre de substance vient de l'extérieur. Le corps est une chose très personnelle. Et je vais vous donner ce conseil: Ne travaillez pas sur la guérison de votre corps. Vraiment.

 


EDITH: Je ne le fais pas.  ADAMUS: Je sais.  EDITH: Il est guéri.

ADAMUS: Il est guéri. Eh bien, en fait ... nous allons aller au-delà du corps physique que vous connaissez maintenant. Nous allons aller dans ce corps de lumière. Ainsi, nous allons aller en quelque sorte  au-delà. Avec le corps de lumière, il n’accorde aucun égard à l'ancien corps physique. Nous n’allons pas rafistoler l'ancien - pas l'ancien corps, pas comme en « vous » mais le corps auquel vous étiez habitué. Alors bon. Merci. Et merci de me tolérer.

EDITH: Je vous aime et je vous tolère.

ADAMUS: Je vous remercie. Merci. (Quelques rires)

 


Maintenant, chère Linda ... (applaudissements) Merci.
Continuons avec cela, si vous voulez, s’il vous plaît à l'auditoire. Le père Noël. Vous avez trois souhaits. Qu'allez-vous demander? Trois souhaits. Si vous voulez vous lever. Oui.

 


RICKI: Mes trois vœux ... J’essaie de ne pas répéter ce qu’Édith a dit.

ADAMUS: Oui. Ce n’est pas difficile, tout le monde veut juste répéter ce qu’a dit Édith. (Adamus glousse)   RICKI: Bien sûr.
ADAMUS: Citation d'Édith. Oui.   RICKI: Eh bien ...   ADAMUS: Trois souhaits.

RICKI: Je veux que cette prochaine année soit une année magique ...   ADAMUS: D'accord.

RICKI: ... où des choses étonnantes et merveilleuses se produisent.

ADAMUS: Comme quoi?

RICKI: pour moi de savoir en moi-même que je suis un Maître Ascensionné et que je suis exactement où je dois être et faire ce que je veux faire.    ADAMUS: Bon.

RICKI: je veux résoudre mes problèmes familiaux. J’aime ma famille et pourtant je sens que je suis trop dépendant d'eux ou qu'ils sont trop dépendants de moi et j’ai besoin d'être plus moi-même. Et je veux - juste avoir une sorte de chose humaine personnelle - vivre dans l'endroit parfait pour moi.

ADAMUS: Qu'est-ce que cela signifie?

RICKI: Cela signifie que nous essayons de comprendre si nous allons rester là  où nous sommes en train de vivre en ce moment ou de passer à un autre endroit ou ce que nous allons faire.

ADAMUS: Bon. Bien. Le Père Noël peut aider un peu avec certaines de ces choses, En particulier, le mouvement et la partie physique réelle de celles-ci, parce que comme vous le savez, le déplacement - une fois que vous le faites dans votre esprit ou lorsqu’il vient à vous, c’est la partie facile - mais la partie physique [peut être difficile] et le Père Noël a beaucoup d'aides qui peuvent aider à cela.

RICKI: Ce serait bien.

ADAMUS: Ouais, ouais. L’illumination, la maîtrise – c’est totalement à vous. Le Père Noël ne peut pas aider. En fait, je déteste casser les nouvelles, le Père Noël est très magique, mais il n’est pas un Maître Ascensionné. (Quelques rires, quelqu'un dit "Aww») Il ne s’en soucie pas.

RICKI: Puisque nous l’avons créé, cela fait sens.

ADAMUS: Ouais, ouais. Ouais. Et pas seulement «nous», mais la conscience de masse, les humains, et tout le reste de cela. Ils ne croient pas en les maîtres ascensionnés. Boy, allons-nous les choquer l'année prochaine. (Adamus glousse, mais personne d'autre ne le fait) C’était drôle.

RICKI: Ouais.   LINDA: Ha, ha, ha, ha!

ADAMUS: Ils ne croient pas en eux, mais c’est sur le point de se produire. Bon. Merci beaucoup.    LINDA: Plus?

ADAMUS. Oh oui. C’est mon précédent. Trois souhaits du Père Noël.

STEPHAN: Eh bien, je peux avoir trois souhaits. Donc, un souhait d'avoir trois autres souhaits quand je les veux. (Rires)

ADAMUS: En fait, le Père Noël a un petit article. Il a une clause. Ouais, c’est pourquoi ils l'appellent Claus. Non, vous en obtenez trois. Le premier souhait n’est pas pour en avoir 20 autres. Il est loin d'être bête. Vous vous rendez compte qu'il serait tellement attaché. Non, vous obtenez trois. Comptez-les.

STEPHAN: D'accord, à l'occasion dans ma vie. Bien.

ADAMUS: Oui. Voyez parce que la raison en est très simple. Vous souhaitez demander un nombre infini d'autres souhaits, puis vous n’agirez jamais sur eux. Vous allez dire, "j’ai un sac tout plein de désirs, et maintenant je n’ai pas à faire quoi que ce soit." Vous êtes sur place en ce moment. Vous en avez trois et vous avez environ 42 secondes pour répondre à la question ou vous perdez vos souhaits. C’est aussi simple que cela!

STEPHAN: Un souhait est que je suis en attente d'une décision sur ma carte verte. Je veux savoir si c’est ... elle arriverait un jour, de sorte que ce serait...

ADAMUS: Oh, c’est arrivé. Bien.  STEPHAN: D'accord. Bon.

ADAMUS: Nous en avons terminé avec ça.   STEPHAN: Cool!

ADAMUS: C’est fait. N’est-ce pas génial?   STEPHAN: J’adore!

ADAMUS: Juste comme ça. Ce n’est pas moi.    STEPHAN: Ouais, avant de venir ici.

ADAMUS: Je l'ai influencé ou je l'ai introduit dans votre vision. Bien, bon.

STEPHAN: Un autre serait pratique comme de vendre une de mes entreprises ...

ADAMUS: Bon. Bon.   STEPHAN: ... pour beaucoup d'argent.

ADAMUS: Bon. Je suis heureux que vous ayez qualifié cela. Bon. Donc, faisons un profit.

STEPHAN: Ouais.   ADAMUS: Bon. Okay, c’est fait. Terminé.  STEPHAN: Parfait. 

ADAMUS: Oui. STEPHAN: Quoi d'autre?   ADAMUS: Le Temps va manquer. 

STEPHAN: Le temps est compté. Bien.

ADAMUS: Quelque chose. Composez juste quelque chose. Vraiment vite !   STEPHAN: Umm ...

ADAMUS: Ehrrrr! (Bourdonnant comme une minuterie)

STEPHAN: Une grande maison pour l'année prochaine. Une grande maison.

ADAMUS: D'accord. Une grande maison. Une grande maison.     STEPHAN: Cinq chambres.

ADAMUS: Cinq chambres. La Posséderez-vous?

STEPHAN: Ouais, pourquoi pas ?

ADAMUS: Est-ce qu'il y a quelqu'un dans la maison avec vous?   STEPHAN: Ouais!

ADAMUS: Quelqu'un d'autre qui y vit?   STEPHAN: Oui.

ADAMUS: Un tas de gens. Vous avez une communauté.

STEPHAN: Un bouquet de personnes. Une communauté.

ADAMUS: Ouais, ouais! Et vous vous asseyez autour pour chanter Kumbaya! Ehh ... (Quelques rires) Mais c’est votre maison.    STEPHAN: Oui.

ADAMUS: Oui. Bon. Ainsi, vous pouvez les jeter à n’importe quel moment que vous voulez.

STEPHAN: Ouais. Je commande ...

ADAMUS: Commençons de cette façon. Commençons par c’est votre maison. Jetez tout le monde en ce moment.

STEPHAN: Bon, c’est ma maison et puis je peux inviter les gens à l'intérieur et ...

ADAMUS: Surtout pas. (Adamus glousse)

STEPHAN: Peut-être pas.     ADAMUS: J’essaie simplement de vous aider ici.

STEPHAN: D'accord.

ADAMUS: Eh, oui, parce qu'il y a une tendance à un peu ... vous avez besoin de votre propre espace.     STEPHAN: C’est vrai.

ADAMUS: Ouais, ouais. Je sais que c’est vrai. Je ne voudrais pas mentir. Mais de toute façon ...

STEPHAN: C’est la bonne chose si c’est ma maison, je peux faire ce que je veux. Ainsi, je peux ...

ADAMUS: Oui, vous pouvez, avec vous-même.     STEPHAN: Exactement.

ADAMUS: D'accord. Vous pouvez avoir un dîner de temps en temps, mais rien qui se déplace dans tout cela...      STEPHAN: Vous êtes invité.

ADAMUS: Oui, merci. Bon. Qu’est-ce qu’il y a pour le dîner? Qu'est-ce que vous servez?

STEPHAN: Qu’est-ce que vous servez? Um, filet mignon, un peu de vin rouge.

ADAMUS: Oui.    STEPHAN: Et ... oui, et puis ...

ADAMUS: Cela ressemble à un dîner ennuyeux jusqu’ici. (Adamus glousse)

STEPHAN: Nous vous donnerons des détails plus tard.

ADAMUS: Très bien. Bons vœux. Ils sont là. Ils se sont donc produits.

 

Maintenant, je vais vous poser cette question. Prenez une bonne respiration et incarnez-les vraiment. C’est fait, juste comme ça. Il a fallu une petite poussée, une poussée de ma part pour le faire sortir, pour vous faire verbaliser et je me demandais si vous alliez pouvoir vraiment demander ces choses. Absolument. Vous pouvez demander tout ce que vous choisissez.

 


EDITH: Aucune assiette en papier.    ADAMUS: Pas d’assiettes en papier. (Rires)

STEPHAN: D'accord!     ADAMUS: Je partirai si c’est servi sur une assiette en papier.

 


Maintenant, c’est déjà fait, parce que vous aviez cette vision. Il a fallu quelques pressions, mais c’est déjà fait. Et c’est si facile. Ces choses de type physique - la vente d’une maison, votre travail, la carte verte - si facile. Ce sont vraiment des souhaits pour le Père Noël. Je veux dire, il est bon, vous êtes bons à cela, et je suis bon pour les aider à sortir, mais cela se produit simplement.

 


Donc à partir de maintenant, vous ne vous préoccupez pas des détails. Vous ne vous inquiétez pas de la façon dont les choses se passent et sont. Vous n’insistez pas dessus. Vous ne les prévoyez pas du tout. Mais vous êtes dans l'instant. Lorsque le processus commence à rouler, quand il commence à se produire, vous êtes juste là comme le Maître gracieux à garder ces énergies en mouvement. Ne les bloquez pas. Aucune demande de comment c’est arrivé. Pas d’interrogation sur tout cela, même s’il semble y avoir quelques ratés en cours de route.

 


STEPHAN: Exactement.

ADAMUS: Ah! Si tout d'un coup votre avocat appelle et dit: «Nous avons un problème ici." C’est comme, vous prenez une profonde respiration et vous pensez ou même dites: «Non, vous avez un problème. Non, moi je n’en ai pas. C’est déjà fait, maintenant cela le fait se produire».

STEPHAN: Toute l'année a été comme ça. C’était intéressant. C’est comme "Wow! Quelle putain d’année! », Mais alors vous avez un aspect différent, c’est comme" Wow! C’est magique comment tout fonctionne parfaitement. "

ADAMUS: Comme vous dites "! Et" C’est le «Et».    STEPHAN: Ouais!

ADAMUS: C’était une "sale" année - Je ne suis pas autorisé à jurer plus en ligne. (Adamus glousse)

STEPHAN: le Père Noël accorde son souhait. Vous pouvez!

ADAMUS: Mais c’était une année difficile et oh, une année incroyable.

STEPHAN: Ouais.

ADAMUS: Oui. Oui. Et l'avocat appelle et dit: «Nous avons un petit problème avec la carte verte" et vous prenez une profonde respiration et vous allez, "Et ?"

STEPHAN: Résolu!

ADAMUS: «Ce n’est pas mon problème!" Ouais. Ouais, beau. Bon. Merci.

STEPHAN: Je vous remercie.

ADAMUS: Bon. Deux autres, chère Linda.

LINDA: Deux de plus ?   ADAMUS: Je fais un point ici.

LINDA: D'accord. Je sens ...

ADAMUS: Oui, trois souhaits du Père Noël, qui sont très réels. Très réels. Trois souhaits.

LINDA: (courant vers quelqu'un) Je suis appelée. Je suis appelée. 

ADAMUS: Oui, oui. Trois souhaits.

LARRY! Ar 'Argent: Ar 'Argent! Ar 'Argent! (Rires)

ADAMUS: Bon, bon. Bon. Bien.   LARRY: C’est ça.

ADAMUS: Et, mon cher ami, cela se produit. Maintenant ...   LARRY: Bon.

ADAMUS: Maintenant, et qu’allez-vous allez faire avec?

LARRY: Acheter beaucoup de merde. (Rires)

ADAMUS: Avant de répondre à cette question, vous vous souvenez de l'histoire que j’ai racontée – elle est dans mon hit, mon prochain best-seller, le livre des Mémoires d'un Maître - de l'étudiant qui a reçu un prêt par le Maître et qui revint un an plus tard deux fois plus éclaté. Allez-vous être cela ou allez-vous faire quelque chose de différent ... (un téléphone cellulaire sonne, Adamus s’arrête et fronce les sourcils)

LARRY: Qui se préoccupe ?

ADAMUS: ... dynamique ... (il sonne à nouveau) Je prends ça. Je prends ça. (Adamus glousse)    LARRY: Quelqu'un a un téléphone.

LINDA: Ne le lui donnez pas! Êtes-vous fou ?! (Rires) Ne le lui donnez pas!

ADAMUS: Je dois appeler le Père Noël.

LINDA: (Rires) Éteignez-le et asseyez-vous dessus!

ADAMUS: Père Noël, Sheema a été une mauvaise fille. Elle a laissé son téléphone sonner au milieu de ma présentation. Donc, Père Noël, ôtez-la de la liste.


Donc, l'argent lotta, l'argent lotta, l'argent lotta. Et qu'allez-vous faire avec lui?

LARRY: Le dépenser.    ADAMUS: Et    LARRY: Le dépenser!

ADAMUS: Et ?   LARRY: En dépenser un peu plus!

ADAMUS: D'accord, jusqu'où? Jusqu'à ce que vous soyez fauché?
LARRY: Je vais en obtenir un peu plus.   ADAMUS: Bon. Merci.

LARRY: Vous êtes le bienvenu.

ADAMUS: Je vous remercie. Oui. Oui, de mes lèvres aux vôtres. Eh bien, pas tout à fait de cette façon, mais ... (rires)      LINDA: Ohh! Ohh! Eww !


ADAMUS: Bon. Bon. Et j’espère, je vous ai, dans le passé, et beaucoup d'entre vous, mis assez en colère, assez contrariés, pour qu’avec moi vous veniez à rentrer à la maison et, "Oh! Cet Adamus! Erghhh! "Juste assez pour obtenir que les énergies bougent de nouveau.


Un autre s’il vous plaît.   LINDA: D'accord.
ADAMUS: Père Noël, trois souhaits. Qu'allez-vous demander ? Qu'allez-vous demander ?
LINDA: Oh, attendez, attendez! Nous devons mélanger. Homme, femme; mâle, femelle. (Elle rit)
SHEEMA: Oh !

ADAMUS: Pourquoi? Est-ce plus important ?   LINDA: Non, c’est juste un jeu.
ADAMUS: D'accord.   SHEEMA: Je suis la mauvaise fille.
ADAMUS: Que diriez d’éclairée, non éclairé ? Éclairée, non ...    LINDA: Oooohh !

ADAMUS: Ohhhh! (le public dit «Ohhh» également)

Allez-y, s’il vous plaît. Trois.
SHEEMA: Eh bien, la première chose est que je veux devenir éclairée.     ADAMUS: Oui.
SHEEMA: Mais je ne pense pas que le Père Noël puisse m’aider avec ça.
ADAMUS: Non, non, non.    SHEEMA: Je veux une maison.
ADAMUS: Vous voulez une maison ?    SHEEMA: Ouais.    ADAMUS: Bon.
SHEEMA: Je veux une vraie maison agréable.    ADAMUS: Ouais, ouais.
SHEEMA: Genre trois, quatre chambres à coucher.
ADAMUS: D'accord. Ouais. Peut-être que vous pourriez emménager avec Stephan.
SHEEMA: Nooon! (ils ricanent) Je veux ma propre maison.
ADAMUS: Je vous remercie. Oh ! Oui. Et quoi d'autre ?
SHEEMA: Um ...   ADAMUS: C’est fait et d’un. Bien. Quoi d'autre ?

SHEEMA: Eh bien, celui-ci est également personnel. Je veux que mon côté créatif sorte et explose.     ADAMUS: Pourquoi cela n’est-il pas ?
SHEEMA: Pourquoi cela n’est-il pas ?
ADAMUS: Oui - bien, bonjour? (Adamus glousse) Écho, écho, écho. (Quelques rires) Pourquoi cela n’est-il pas?

SHEEMA: Parce que ...    ADAMUS: Ce cerf dans le regard des phares.
SHEEMA: ... J’ai été un peu occupée à réfléchir à mon illumination.
ADAMUS: Ne sont-elles pas les mêmes? (Elle glousse) Ne sont-elles pas les mêmes? Je veux dire, vous êtes à réfléchir à deux d'entre elles, est ce que je veux dire. (Elle rit encore) Ne réalisant ni l’une ni l'autre. Mais ne sont-elles pas la même chose? Votre explosion créative, ainsi que ...

SHEEMA: Elle commence à sortir.   ADAMUS: Prenez.    SHEEMA: Oui.

ADAMUS: Lentement mais sûrement ?   SHEEMA: j’avais peur d’elle.
ADAMUS: Pourquoi? Vous devriez avoir peur de ne pas l'avoir.
SHEEMA: Eh bien, vous savez, comme quand j’ai entendu ma voix pour la première fois, comme il y a sept ans, elle était si incroyable que cela m'a fait peur.    ADAMUS: Yep.
SHEEMA: Et j’ai arrêté de chanter pendant sept ans
ADAMUS: Oh. Vous savez ce qui va se passer maintenant, n’est-ce pas ?
SHEEMA: Eh bien, je vais commencer à chanter de nouveau.   ADAMUS: Oui, maintenant.
SHEEMA: Oh non !!! (Rires) Nooon! (Quelques applaudissements) Eh bien, je suis juste ...
ADAMUS: White Christmas (NDI : Noël blanc), un de mes favoris. SHEEMA: Nooon, non, non, non, non.    ADAMUS: (chantant) Je rêve ...
SHEEMA: J’apprends mon ...
ADAMUS: (continuant à chanter) ... d'un Noël blanc. (le public se joint à lui) Tout comme ceux que j’ai l'habitude d'avoir. Allez de l'avant. Nous avons tous chanté, maintenant à votre tour.     SHEEMA: Je déteste cette chanson. (Rires)    LINDA: Feliz Navidad!
ADAMUS: Jingle Bells. Rien.
SHEEMA D'accord, c’est la chose. Toute ma vie j’ai chanté avec ma gorge ...

ADAMUS: Distraction !     SHEEMA: Non, c’est vrai!

ADAMUS: Distraction. Je ne vais pas l’obtenir facilement ... s’il vous plaît.   SHEEMA: Non !
ADAMUS: Vous avez 30 secondes.
SHEEMA: Je peine à trouver comment placer ma vraie voix.    ADAMUS: Oui.
SHEEMA: Mais je vous promets, bientôt je viendrai vous chanter une chanson.
ADAMUS: Je ne vais pas l'acheter. C’est dès maintenant. Oui. Vous voulez l'illumination ?
(elle fait une pause, pendant que le public dit également "faites-le")
Faites-le! (Adamus glousse) Allez-y. Un public brutal. "Faites-le! Faites-le! Faites-le! Faites-le! Faites-le! Faites-le! "      SHEEMA: Non !
ADAMUS: J’ai juste chanté. Pas bien, mais j’ai chanté. (Elle rit)
EDITH: Elle est éclairée et elle est très créative. (Quelques rires)
LINDA: Vous pourriez être la prochaine, Edith. (Plus de rires)
ADAMUS: Voyez Édith - Édith, vous essayez de la sauver ici.


Vous avez cette belle opportunité dans notre moment de Père Noël où d'autres sont, comme ça - snap! – réalisant des maisons, de l'argent, des entreprises vendant pour un grand profit - snap ! - Juste comme ça. C’est aussi simple que ça.

 


Maintenant, qu’elle est cette hésitation? Vous venez de dire que vous avez réalisé votre voix. Je dis laissez-la sortir. Vous dites que vous voulez une explosion de créativité. Je pense que non. Je pense que vous voulez y réfléchir. Je pense que vous voulez jouer avec elle. Je ne pense pas que vous la vouliez. Je vais prendre le microphone. C’est chanter ou rien. (Le public dit «Chanter!")


SHEEMA: Feliz Navidad? (assistance dit "Oui!") Très bien. Je vais essayer ...
ADAMUS: Et puis nous allons nous joindre à un moment donné.
SHEEMA: D'accord. Mais ça ... va sortir de ma gorge. Okay? Nous allons donc ...

ADAMUS: Chut! Chut! Chut! Chut! Chut! Chut! Chut! Chut! Chut! Maintenant, vous voyez ? !?! Vous voyez ce dont je veux parler ?! Oh! J’ai dit que c’est si facile et j’ai dit que la vie est bonne et ... (elle coupe Adamus et commence à chanter une chanson en espagnol; Adamus écoute avec un sourire)

 


Ahhhh ! (applaudissements et quelqu'un crie "Bravo"; ils s’embrassent) Je vous remercie. Ah !
J’adore la façon dont nous agissons réellement. Nous sommes en fait démonstratifs, au lieu de simplement en parler, et je réalise que parfois je pourrais pousser les zones de confort de Linda, votre zone de confort, mais c’était aussi simple que cela. Vous veniez faire une déclaration que l'un de vos souhaits était cette expression créative, cette explosion et votre illumination. Mais encore, lorsque l'occasion est donnée, « Eh bien, nous allons y réfléchir. Penser à ce sujet. Parler. »

 

 

Cela Est


Mes chers amis, à mon point: L’Engagement. Chacun de vous a pris un engagement dans cette vie qui est que cela est. Rien d'autre. Rien d'autre. Vous avez pris un engagement avant cette vie. Vous avez pris un engagement dans une vie précédente, entre les vies. Quand vous étiez un petit bébé, vous aviez cet engagement - «Cela Est, tout ou rien." Ce feu qui fait rage, dans votre cœur et dans votre être même, est ce qui vous amène ici, cet engagement que c’est pour la durée de vie - la durée de vie ; l’engagement que vous n’allez pas gaspiller, que vous n’allez pas vous laisser distraire; l'engagement que cela est  - tout ou rien - si profondément dans vos veines. Une partie de tout ce que vous avez tellement fait dans cette vie. C’est la seule chose.

 


Et, mes chers amis, Père Noël ou pas, Adamus ou pas, c’est ici. C’est fait. Il n'y a rien que vous ayez à travailler plus. Il n'y a rien que vous ayez à étudier. C’est le moment de la réalisation, ce qui est déjà.

 


J’ai utilisé ce terme "Kasama» avec Keahak récemment. Nous allons éprouver cela, nous tous, dans une variété de façons différentes. C’est ce qui a déjà été fait, c’est déjà là. Qu'il s‘agisse de l'illumination, qu'il s’agisse de quelques dollars supplémentaires dans votre poche, que ce soit votre santé ou votre corps de lumière ou tout cela, c’est fait. C’est venu à travers une vision, à travers un désir. C’est là. Pas là-bas. Cette chanson n'a pas besoin de rester dans l'avenir quelque part. Cette expression sauvage de la créativité ou de l'abondance ou la connaissance ou la simplicité n'a pas besoin d'être là-bas, au loin. Rien à atteindre. C’est ici. Kasama est le destin de l'âme.

 


Maintenant, je l'ai dit de nombreuses fois, il n’y a pas de destin. Il n’y a pas de fatalité. Pas en termes linéaires. Il n'y a rien là-dehors. Il n'y a pas plus la main qui guide votre vie et fait bouger les choses.

 

Il  n’y a aucun conseil d’êtres angéliques, d’aliens ou d’intra terrestres ou même du gouvernement qui manipulent votre vie. Il n’y a pas de destinée à l'extérieur, mais il y a le destin de l'âme. Il y a ce qui est déjà en vous, Édith. C’est déjà fait.

 

L'argent - et l'argent est la pointe de l'iceberg - mais la réalisation. La réalisation.
Nous avons fait ... j’ai fait - eh, nous avons tous fait - un travail efficace dans ces cinq dernières années de désherbage, de lâcher, repoussant ceux qui ne se sont pas engagés. Il n'y a pas de place dans le Crimson Circle pour ceux qui ne s’engagent pas absolument dans leur illumination. Ce n’est pas un spectacle de côté. Ce n’est pas un divertissement. Eh bien, c’est du divertissement, mais ... (quelques rires) C’est plus qu'un divertissement. Ce n’est pas juste une autre distraction. Cela Est. Cela Est.

 


Comme je l'ai dit à Cauldre et à certains autres Shaumbra, c’est l'année, c’est le moment, c’est le moment quand le pop-corn commence à éclater. Il a été réchauffé. Vous savez comment c’est quand vous mettez du pop-corn dans la cocotte et qu’il commence à chauffer et que vous vous demandez quand est-ce que ces graines vont commencer à éclater. En particulier, si vous avez vraiment faim et qu’il est tard dans la nuit et que vous avez le jeu vidéo et que vous voulez juste ces graines, que ces graines commencent à exploser avec  l'orgasme créatif. Et ...

 

SART: Ouais ! (Rires et quelques autres crient aussi "Yeah !!"). "
 
ADAMUS: Mais je dis cela et je commence notre séance d'aujourd'hui en disant que c’est vraiment très facile. Et vous êtes tous, "Ouais, ouais. Oh, c’est facile. "Mais alors, quand cela vient à vous, quand c’est là prêt à être réalisé, vous commencez avec les excuses et les« mais »et« Attendons »ou« Je ne sais pas »ou quoi que ce soit d’autre.

 


Mes chers amis, le Père Noël est réel, bien réel. Vous pourriez dire que le Père Noël est en vous. Vous avez aidé à le créer dans votre merveilleuse enfance, vos croyances enfantines sur Santa Claus.


Il est ici, et là où nous allons pour nous en rendre compte. Je ne veux plus entendre d'excuses, pas plus que des mais. Tous les outils sont là, et il s’agit juste maintenant de vous laisser exploser en qui vous êtes. Ouais. Une belle explosion en Soi.

 


Nous y reviendrons dans un instant dans un petit peu plus de discussion. Mais maintenant, je veux dire la dernière de mes histoires pour un livre des mémoires d’un Maître.

 

LINDA: Ahh. Le Livre UN.

ADAMUS: Le Livre UN. Oui, Oui. LINDA: Ohhhh.
ADAMUS: Mémoires d’un Maître. Et s’il vous plaît, rendez-vous compte que je l'appelle mon livre, mais c’est notre livre. Ce sont des histoires courtes pour illustrer, pour démontrer les points très simples.

 


Les gens vont-ils l'obtenir? Quelques-uns. Peut-être encore plus que quelques-uns. Est-ce que cela changera le monde? Je ne m’inquiète pas. Ce n’est pas important. C’est amusant de faire les histoires. C’est amusant vraiment de récapituler. Comme je raconte l'histoire, vous vous demandez tellement souvent si je suis vraiment en train de raconter votre histoire. Heh! Ouais. Parfois, c’est votre nom, on se demande parfois si j’ai juste changé le nom. Ce sont toutes nos histoires.

 


Donc, avant d'aller plus loin, je voudrais dire la dernière histoire dans le livre Un des Mémoires d'un Maître.

 

Et, en passant, Cauldre s’inquiète parfois, Linda peut-être beaucoup, ils disent, «Adamus, c’est une grande déclaration de dire que ce livre va frapper, qu’il va être un best-seller dans le hit des ventes. Non, parce que je ne suis pas là à le souhaiter. Je n’essaie pas de projeter du positif - spit(NDI : il crache) – de penser à lui, parce que cela ne fonctionne pas. Nous le réalisons. Désolé. Cela ne fonctionne pas si bien. (Quelques rires) Je n’essaie pas de le saupoudrer de poussière de fée. C’est très simple pour moi de dire cela, parce que je le vois. Je sais cela. C’est déjà là. Il est déjà publié. Il est déjà en train de se répandre comme une traînée de poudre à travers le monde. Il est déjà traduit dans beaucoup de langues, les éditeurs sont alignés à la porte à prier Linda pour un contrat, et elle va résister jusqu'à ce qu'elle obtienne ce qu'elle veut absolument hors de lui.

 


Ce n’est pas un vœu pieux, et c’est la différence. C’est la différence avec ce que beaucoup d'entre vous avez fait dans votre vie - «J’espère juste que c’est là. Je le souhaite ou je pense à des pensées positives »et cela ne fonctionne pas. Ce n’est pas très efficace. Vous savez juste que c’est là. Je le vois, puis il devient.

C’est une belle manière de façonner votre réalité. Je vois déjà; par conséquent, c’est là. Par conséquent, toutes les choses vont dans la direction, cela n'a pas d'importance. Peut-être que les choses dans votre vie n’allaient pas dans une bonne direction. Cela n’a pas d'importance. Vous avez juste la vision, et alors tout change.

C’est, en un sens, jouer avec le temps et le non temps. Oh, nous avons eu de ces belles discussions sur le temps en Égypte. Avec ces belles expériences intemporelles sortant d'une conscience de restrictions du temps et de se rendre compte que c’est déjà fait. Pas dans l'avenir. Pas dans 20 ans à partir de maintenant, en ce moment, et ça change tout. Cela change le passé. Tout. Tout.

 


Oh, mon plus grand moment va être lorsque certains d'entre vos pop-corn, certains qui se sont vraiment ouverts ... et j’utilise l'analogie de pop-corn parce que beaucoup d'entre vous, vous voulez être comme la méthode de torréfaction lente. Vous le mettez dans le four et vous laissez cuire environ six heures jusqu'à ce que ce soit rôti lentement. Le popcorn, vous l’avez vraiment réchauffé, puis boum! Il explose. Mais il explose dans cette, sorte de savoureuse, délicieuse, croustillante chose incroyable, que vous êtes. (Quelqu'un dit «Ooh»)

 


Donc, oui, ooh. (Adamus glousse) Donc, mes chers amis, en Égypte, oh, nous avons eu de merveilleuses expériences hors du temps. Et mon plus grand moment, c’est quand l'un de vous vient à moi et non pas avec les mots de Makyo ( NDI pour mémoire : Illusions, croyances), mais une véritable connaissance et que vous dites, «J’ai enfin obtenu ce dont vous parliez dans le passé. Je l’ai finalement, pas seulement de manière intellectuelle, mais je reçois quand vous dites que le passé n’est pas du tout ce que je pensais qu’il était, ce dont je me suis souvenu. «Quand l'un de vous dit:« Vous savez, je pensais que j’avais eu une très mauvaise enfance et de mauvais parents et j’ai fait de mauvaises choses et j’ai pris de mauvaises décisions et j’ai pris de mauvaises tournants dans la vie. "Et puis vous réalisez soudainement que ce n’était pas du tout ce que vous pensiez que c’était. Vous réalisez soudainement que cela passe encore, que ce n’est pas mauvais et que cela se fait, on peut dire, d'une façon merveilleuse, que cela ne s’est jamais vraiment passé de toute façon.

 

Lorsque l'un de vous vient à moi et dit, "Je viens de réaliser ce que vous vouliez dire sur le passé. Je reçois enfin. "Oh! Un de mes moments déterminants. Mais en attendant, revenons à notre histoire.
 

 


Une histoire



Prenons une grande respiration, tandis que nous passons dans l'histoire finale des Mémoires d'un Maître.


Harold aimait la saison des vacances. Il l’aimait tellement qu'il a décidé de mettre les décorations finales sur le dessus de l'immense arbre de Noël dans le grand hall de l'école spirituelle. Il l’a obtenu bien avant que les autres ne se soient même réveillés ce matin-là, il pouvait mettre la touche finale sur un arbre qui avait près de sept mètres de haut. Immense, il était.


Il a sorti l'énorme échelle. Il a sorti toutes les décorations et ornements, les a assemblés autour de lui pour pouvoir y avoir accès facilement, et a commencé l'ascension de l'échelle, tenant, bien sûr, sur le fait de l’arbre, ce bel ange, l'ange de cristal qui allait être mis en haut  au sommet de l'arbre. Et comme il mettait ces finitions en haut sur l'arbre, il entendit la porte  dans le grand hall s’ouvrir, et il se retourna pour regarder et il a vu que c’était le Maître. Le Maître.


Et à ce moment de finition de l'arbre, à ce moment dans les premières heures du matin, de regarder par-dessus pour voir le Maître, bien sûr, vous pouvez deviner ce qui est arrivé au pauvre Harold. Il a perdu son équilibre. Il alla s’écrouler en bas de l'échelle, atterrissant sur les caisses d'ornements sur le sol, et, ce faisant, s’est cassé le bras, cassé deux côtes et s’est coupé le visage sur l'un des ornements en verre et a été éjecté dehors.
LINDA: Awww.
ADAMUS: Le Maître se tenait à l'arrière de la salle, ne sentant pas un bit de mal de ce qui venait d'arriver à Harold, mais comprenant que c’était parfait pour Harold.


Le Maître se dirigea vers l'endroit où le corps de Harold était étendu mollement, tenant toujours le cristal ou ange en verre qui avait été conçu comme la forme du fait d’un arbre, mais qui ne s’était pas entièrement brisé et il avait des morceaux de celui-ci fichés dans son visage, le regarda, regarda le sang couler sur son visage , prit une profonde inspiration, a sorti son IPhone 6 - nous faisons des placements de produits dans nos histoires maintenant (Rires) - a sorti son IPhone 6 et composé le 911. (Le numéro d'appel d'urgence des États-Unis) Belle histoire jusqu'ici. (Adamus glousse)


Ensuite le Maître se trouve à l'hôpital, au chevet du pauvre Harold dont le bras était maintenant dans le plâtre, qui était dans une grande douleur à cause des côtes cassées et qui avait un gros pansement couvrant les nombreux points qui étaient sur sa tête. Et soudain, au moment où le Maître entrait dans la chambre, l'étudiant, Harold, a commencé à se réveiller et le Maître dit, "Cher Harold, à quoi pensiez-vous? Qu'est-ce qui se passait dans votre esprit à ce moment où vous êtes tombé de l'échelle? Qu'est-ce qui se passait dans votre esprit? A quoi pensiez-vous? "


Harold réfléchit un instant, repensa à l'incident et dit: «Eh bien, Maître, il y avait deux choses principales. La première a été, allais-je vivre? Ce fut un long chemin vers le bas de cette échelle. Il y avait beaucoup de boîtes sur le terrain. Allais-je vivre? Je ne suis plus un jeunot. C’était une longue chute. Allais-je vivre? "Et le Maître dit:« Oui. Quoi d'autre? ", Harold dit,"

 

Vous savez, j’étais dans cette pièce uniquement pour la finition de l'arbre. Ce que je me disais était, j’ai une bonne vie. J’ai deux enfants merveilleux. J’ai une belle femme; je suis marié depuis un certain temps, j’ai une belle maison. Mais je me demandais ce que  j’avais vraiment fait? J’ai été impliqué dans cette communauté spirituelle, la vôtre, Maître, pendant les cinq dernières années. Mais qu’ai- je vraiment fais? Est-ce que je me distrais? Ai-je vraiment appris quelque chose ? Est-ce que je tourne juste mes roues ? Est-ce juste une distraction dans une vie dans laquelle je pourrais par ailleurs juste m’ennuyer avec? C’est à cela que je pensais. "


Le Maître dit: "Parfait. Absolument parfait. "Et il dit à Harold, Vous savez, quand les choses se passent, quand vous avez une chute, lorsque vous avez un accident, lorsque une quelconque de ces choses se produit, revenez toujours à ce qui se passait dans votre esprit à ce moment-là, parce que cela met en place la situation.

 

"Vous étiez ici, décorant le sapin pour les vacances, pensant à vos progrès, réfléchissant pour savoir si vous aviez vraiment fait un bon travail dans votre propre quête spirituelle. Harold, vous pensiez à votre propre engagement et si vous étiez fidèle à vous-même, si vous étiez sérieux. Et soudain tout est sorti de l'équilibre. Ce n’était pas parce que je suis entré que vous êtes sorti de l'équilibre. Je suis entré parce que vous étiez sorti de l'équilibre. J’étais la distraction parfaite, la raison parfaite pour vous de tourner autour de l'échelle, de perdre l'équilibre et de tomber. Et, ce faisant, cela a produit un certain nombre de choses.

 

Cela vous a fait vous demander si vous êtes vraiment en vie? Êtes-vous vraiment en vie? Vous voici maintenant à l'hôpital, probablement heureux que cela n’ait pas été pire. Ce n’est pas permanent. Vous guérirez très rapidement. Mais vous deviez considérer votre vie.


"Les êtres humains sont intéressants, en quelque sorte. Très intéressants, parce que plus que tout ce qu'ils veulent c’est se sentir en vie, mais ils ne savent pas toujours comment. Les êtres humains font des choses étranges pour se sentir vivants, Harold, comme de tomber d'une échelle. Vous pouvez penser que c’était un signe d'en haut, mais ça ne l’était pas. C’était une façon pour vous de vous sentir vivant. Certes, en montrant du doigt la mort, cela vous a fait vous sentir vivant. En étant dans la douleur, dans laquelle vous êtes en ce moment, cela vous rappelle en fait que vous êtes en vie. La douleur est drôle comme ça.

 

Alors que la douleur est très difficile et douloureuse, elle vous rappelle que vous êtes en vie, d'une manière étrange.


"Pourquoi est-ce que les humains font des choses, parfois des choses insidieuses et douloureuses, juste pour se sentir vivants? Pourquoi est-ce que les humains conduisent sur l'autoroute à des vitesses incroyables, des vitesses effrayantes, juste pour le plaisir de se sentir vivants? Pourquoi est-ce que les humains mettent la musique si forte, au-delà de ce que la gamme de leurs oreilles ne peut même pas vraiment tolérer. Pourquoi est-ce? Parce que cela les fait se sentir vivants. Ce bruit, les vibrations, cette alimentation externe et les énergies entrant par leurs oreilles faussant leurs cerveaux - cela les fait se sentir vivants.

 

"Pourquoi est-ce que les humains se font valoir avec d'autres personnes, ceux qu'ils prétendent aimer? Parce que cela les fait se sentir vivants. Ouais, Harold, même un argument vous fait vous sentir vivant. Il se passe quelque chose dans ce qui pourrait être une vie par ailleurs un peu ennuyeuse, une vie où l'on se demande s’ils sont vraiment en vie, s’ils valent vraiment la peine, s’ils font vraiment quelque chose qui ait de la valeur.
"Pourquoi est-ce que les humains jouent à des jeux extrêmes? Pourquoi est-ce que les humains se coupent volontairement? Pourquoi est-ce que les humains prennent de la drogue ou boivent à l'excès, Harold? Parce que cela les fait se sentir vivants.


"Il y a en effet de meilleures façons de se sentir vivants, mais très peu d'humains le réalisent vraiment. Donc, ils ont recours à ces défis externes pour eux-mêmes. Ils font des choses étranges, extrêmes, juste pour se sentir vivants, parce qu'il n'y a rien de pire, rien de pire que de se sentir morts, de se sentir engourdis, de se sentir inutiles, même si vous avez encore un corps physique.

 

"Donc, ils font des choses très, très étranges. Votre chute de l'échelle, Harold, en quelque sorte, répondait à une question pour vous-même que vous aviez sur cette échelle: faites-vous quelque chose de significatif dans votre vie? Êtes-vous vraiment en vie?


"Et, Harold, la vraie question est : vous laisserez-vous vous sentir? Êtes-vous à vous laisser sentir la vie? Ou êtes-vous à vous la fermer? Êtes-vous en train de vous compromettre?

 

Êtes-vous toujours à satisfaire d'autres personnes? A donner aux autres en premier? Vous ne pouvez pas vous sentir vivant de cette façon. Non.

 
En fait, quand vous faites cela, quand vous donnez toujours en premier aux autres, chaque jour vous vous sentez un peu plus mort, parce qu'ils vous prennent de l'énergie et vous le leur permettez.


«Quand vous êtes tombé en bas de l’échelle et que vous êtes entré dans une douleur atroce, puis que vous vous êtes évanoui à cause de la douleur, cela vous a fait vous sentir si vivant d'avoir cette douleur. N’est-ce pas étrange ?


«Harold, je vous ai connu pendant cinq ans. Vous avez été un bon élève. Mais Harold, vous vous interrogez. Vous vous interrogez. Vous vous tenez en arrière. Vous sentez toujours que c’est si important de tout faire pour tout le monde, que tout le monde doit être heureux. Vous vous limitez encore vous-même. Vous avez toujours honte d'avoir plus dans votre vie.

"Donc, Harold, en quelque sorte, d'une certaine manière, vous vous tuez lentement, jour après jour. Et vous vous dites, eh bien, que vous êtes un bon père. Vous avez un bon travail. Vous n’avez pas de factures, mais vous savez aussi bien que moi, que vous ne vous sentez pas vraiment vivant ".


Avec cela, Harold décomposé s’est mis à pleurer parce qu'il savait exactement de quoi le Maître parlait, et les pleurs lui faisaient du bien. Et le Maître n'a pas essayé de consoler Harold, il n’a pas essayé pas de lui tapoter sur l'épaule ou la tête et lui dire que tout allait bien se passer, parce qu'il savait que ce moment à pleurer allait, une fois de plus, le faire se sentir vivant. Il savait que pendant que ces larmes et ces émotions et cette version survenaient, il s’ouvrait lui-même jusqu'à son âme.


Au même moment, la porte s’ouvrit et un groupe de chanteurs bénévoles de vacances est entré et a commencé à chanter une belle chanson de Noël, et le Maître dit, «prêtez l’oreille, oh Harold, les anges chantent." (Des gémissements et des rires au calembour d’Adamus) et Harold gémit et gémit, pas de douleur à cause de ses blessures, mais de douleur à cause du sens du mauvais humour du Maître.


Et ainsi se termine Mémoires d'un Maître. (Adamus glousse et l'assistance applaudit)

Et à ce point, chers Shaumbra, vivants. Vivants.
 

 

 


Survivre ou Vivre

 


Nous avons parcouru un long chemin ensemble, et on peut dire qu'il deviendra plus intense, et c’est bien parce que vous allez vous sentir plus vivants. Nous avons parcouru un long chemin ensemble et il n'y a pas plus de place dans votre vie pour juste survivre, pour juste s’en sortir. Pas de place.

 


C’est vraiment une question de survivre ou d’être en vie. C’est la question - de survivre ou d'être en vie? Il n'y a plus de position de compromis ici. Il n'y a plus maintenant à revenir ici. Je vais être emphatique à ce sujet dans l'année à venir. Cela n'a rien à voir avec l'année, mais c’est un bon moment. J’adore les vacances. Nous célébrons, donnons un petit coup de pied de recul et nous préparons pour le prochaine round. Mais le prochain round ne va pas être au sujet de survivre. Survivre n’est pas très amusant n’est-ce pas? Non, non, Vous n'êtes pas venu ici pour survivre, et cela fait partie du conflit. C’est ce qui vous rend différent des autres personnes.

 


C’est pourquoi parfois vous pensez que vous êtes étranges et différents et tout le reste. C’est parce que vous ne tolérez pas de survivre. Vous tomberiez d'une très grande échelle métaphorique si vous surviviez juste après ceci. Vous ne vous laisserez pas. Harold est tombé de cette échelle. Le Maître ne l’a pas fait. Le Maître est arrivé au moment idéal pour marcher dans la salle, comme cela arrive synchroniquement. Mais ce n’est pas le maître qui l'a fait tomber.

 

C’était Harold sachant qu'il s’en sortait juste, sentant que cela le rongeait, qu'il avait connaissance qu’il y avait plus, mais sentant aussi qu'il le supprimait. Il voulait être un bon père, un bon mari, un bon élève, un bon tout, et cela ne fonctionnait plus. Il arrivait juste à survivre. Il n’était pas vraiment vivant.

 


Vous dites que vous voulez une explosion, une explosion de votre créativité. Vous voulez l'illumination, qui est vraiment juste la réalisation. Vous voulez que cela se produise, et j’ai commencé cette conversation en disant que c’est facile, vraiment facile, si vous ne dérogez pas de votre propre chemin et si vous ne vous donnez pas d'excuses. Et si le microphone vient à vous, vous chantez de tout votre cœur, et je veux dire cela comme une métaphore. Si la vie vient à vous, vous l'embrassez. Vous la commandez. Vous dansez avec elle. Vous vous sentez vivant avec elle.

 

La plus grande chose pour un être magnanime est de savoir Je Suis, et c’est aussi pour se sentir vivant. Vous êtes venus sur cette planète pour l’incarner dans la biologie. C’est un peu étrange, mais maintenant vous vous habituez. Vous venez ici pour vous sentir vivants. Il n'y a pas de meilleure façon de se sentir vivant que d'avoir cinq sens humains, un corps physique qui peut éprouver de la douleur.

 

Pour être dans une réalité linéaire avec toute son étroitesse, fait en quelque sorte, vous aide à vous sentir vivants. Mais à un certain point vous vous faites attraper dans les routines et les ornières, dans la conscience de masse, dans votre propre dogme, dans votre propre crasse – les immondices énergétiques - et vous vous arrêtez. Vous vous compromettez. Vous vous retenez. Vous me dites que vous allez chanter dans un certain moment dans l'avenir. Vous me dites que vous êtes vraiment prêts pour cela, quoi que «cela» soit, se trouve être, mais vous êtes juste là à attendre. Pour quoi? Vous êtes juste là à attendre.

 

Et dans l'intervalle ... et je ne m’inquiète pas vraiment parce que c’est déjà arrivé de toute façon. Je peux le voir quand je vous regarde, Pete, ou l'un d’entre vous. C’est fait. La réalisation, la maîtrise, l'illumination, quoi que ce soit – c’est fait. Donc, je ne suis pas inquiet à ce sujet. La seule chose que je trouve pénible, c’est quand vous survivez juste, quand vous n'êtes pas vraiment vivants. La seule chose que je trouve difficile c’est de vous regarder sachant que c’est déjà là, sachant que vous avez peur de le réaliser, peut-être.

 

Vous le mettez hors tension. Vous êtes en attente de cet autre grain de maïs à côté de vous pour le faire apparaître d'abord, pour vous assurer juste que ça ne saute pas et qu’il ne va pas devenir invisible quand il le fait. (Adamus glousse)

 


Mes amis, nous ne pouvons plus attendre. Nous ne pouvons pas attendre. Je ne pense pas que vous le vouliez, mais pourtant c’est ce qui se produit. Pourtant, il y a cette hésitation. Nous ne pouvons plus attendre.

 

J’ai déjà dit que l'illumination, la réalisation est un type de chose que vous voulez plus que la vie elle-même. Si je devais garder votre tête sous l'eau, comme je scelle un couvercle sur le dessus de cette cocotte de pop-corn, si vous voulez plus que la vie elle-même, mais pourtant il y a cette hésitation qui vous retient.

 

Ainsi cela arrive au point où vous survivez juste. Il y a une partie de vous qui sait, et elle va vous pousser hors de l'échelle. Pas moi. Pas une conspiration, mais votre soi vous poussera tout de suite de l'échelle de façon à ce que vous puissiez vous sentir vivant. C’est une chose merveilleuse au sujet des expériences de mort imminente. Oh! Elles sont incroyables. Effrayantes. Et elles ne sont pas toujours proches de la mort. Parfois, ce sont des expériences de mort. (Adamus glousse) C’est la chose étonnante, car cela pourrait aller dans l'autre sens. Mais tout à coup cela vous fait vous sentir vivants.



Nous n’avons pas besoin d'emprunter cette voie. En fait, je ne la recommande pas à qui que ce soit. Nous n’avons pas besoin de passer par cette grande route d’accident de voiture qui est dans certaines de vos énergies ou de l'itinéraire de peur du cancer. C’est une question effrayante. Ouais. Nous ne devrions même pas en parler, non? Non, parlons-en, car elle effraie l'enfer hors de vous, et elle devrait.

 


Le médecin vous donne des nouvelles, «Vous avez le cancer." Mm. Oh boy. Soudain, vous commencez à apprécier la vie, hein? Soudain, ce n’est plus seulement pour survivre. C’est comme maintenant, vous dites: «Je dois vivre. Je dois faire tout ce que j’ai souhaité faire ".

 


Et puis vous venez vers moi. C’est le plus drôle. Alors vous venez à moi et dites: «Bon sang, Adamus, vous savez, je viens de recevoir des nouvelles. Pas si bonnes. Pouvez-vous faire quelque chose? "Je suis comme, « Non. Vérifiez avec le Père Noël. Il pourrait être en mesure de vous aider. "(Rires) Pas très bon. Pas si bon.
Mais c’est génial. Et le ... (il regarde Linda)

 


LINDA: Je suis à l'écoute.

ADAMUS: La bonne nouvelle est que vous obtenez des nouvelles, vous paniquez et vous vous demandez s’il y a un remède miracle là-dehors. Nah. Mais vous commencez à contempler la vie. Ah! Et puis, vous venez à moi et nous avons quelques grands entretiens - et vous savez qui vous êtes - et tout d’abord vous essayez de négocier. Cela ne fonctionne pas. Mais alors, vous dites: «Vous savez, je souhaiterai juste avoir ...» et remplissez les blancs. «Je souhaiterai juste ce que j’ai laissé. Je souhaiterai ne pas avoir tergiversé mon propre éveil, ma propre réalisation. Je souhaiterai avoir été un peu plus audacieux.

 

Je souhaiterai ne pas m’être tellement compromis. J’aurais eu la vision claire à l'époque comme je l’ai en ce moment. Oh, j’ai la vision. Avec la mort, me montrant du doigt et toute la douleur et tout le reste qui va participer à toute cette épreuve, oh, je les ai souhaités»

 


Mes chers amis, nous allons simplement obtenir la vision maintenant. Beaucoup plus facilement.

 


J'ai dit au début de tout ceci que c’est effectivement très facile, sauf si vous l’obtenez à votre façon. Ayons cette vision maintenant.

 


Et la vision - je ne parle pas d’une vision avec vos yeux. La vision c’est la conscience. C’est ce que signifie vision. C’est une prise de conscience.

 


Cauldre me permettra de raconter une histoire intéressante. Il a eu une expérience l'autre soir, après le dîner assis à regarder une émission de télévision niaise et relaxante, dit-il. Elle était relaxante. Et soudain, il pouvait voir d'une manière qu'il n’avait jamais vu auparavant. Pas seulement avec ses yeux. Il pouvait voir sur 360 degrés. Même si ses yeux étaient fermés, il pouvait voir dans tout, dans la pierre sur la cheminée, dans le bois sur les armoires, dans tout. Il pouvait voir dans et à travers les choses. Il pouvait tout sentir sans effort. Sans effort, même sans essayer. Soudain, la prise de conscience était là. C’est ce que c’est. Soudain, juste toute la prise de conscience.

 


Et la prise de conscience n’est pas une chose mentale du tout. Elle est juste là. Vous n’avez pas à y travailler. Soudain, vous réalisez l'installation. Vous vous rendez compte comment les énergies fonctionnent, comment elles viennent pour vous servir. Vous réalisez combien vous êtes votre meilleur ami et combien vous êtes votre pire ennemi. Vous vous rendez compte comment vous obtenez sur votre chemin. Vous vous rendez compte comment vous vous compromettez. J’allais dire «dégonfler, mais vous vous compromettez tellement.

 

 

 

 


Se souvenir de la Vision

 


Vous savez pourquoi vous êtes ici dans cette vie. Vous connaissez cet engagement, cet engagement profond brûlant, mais d'autre part vous vous compromettez. Allons au-delà. Ayons une vision.

 


Sur ce, je vais demander que les lumières de la maison soient un peu baissées, pour une certaine belle musique de merabh de vacances. Ah, oui.

 


La vision, ah, cela ne signifie pas les yeux. C’est la connaissance dont nous avons parlé.

 


(La musique de Noël commence en douceur)

 


Cela ne signifie pas que vous devez connaître tous les détails de ce qui va se passer. C’est la vision, la vision de votre illumination dans cette vie. C’est ici.

 

(Pause)

 


Ce n’est pas une vision mentale. Ce n’est pas celle que vous devez évoquer dans votre esprit. C’est une vision, la connaissance, que vous êtes venu dans cette vie disant que c’est votre dernière vie. Vous êtes venu dans cette vie si profondément engagés que rien ne se mettra sur votre chemin. Même pas vous-même.

 


J’ai toujours aimé cette partie, quand vous avez dit, "Rien ne va se faire à ma façon, pas même moi-même." Si cela signifie avoir à tomber d’une échelle, l’obtenir dans un accident de voiture, quoi que ce soit, vous n’allez pas laisser quoi que ce soit dans votre chemin. Vous avez eu une telle vision, une telle vision de pourquoi vous êtes ici.

 


Elle est toujours là.

 


La beauté de ceci est que vous n’avez rien à faire. Vous n’avez pas à travailler la vision. Vous n’avez pas à comprendre comment l’obtenir. C’est déjà fait.

 


Vous avez juste besoin de revenir à cette vision. Au Maître incarné éclairé. Pas dans dix ans à partir de maintenant, pas plus tard.

 

 


Bien. Maintenant.

 

 

Cette vision seule, cette reconnexion est suffisante. Elle va déplacer des montagnes et des bateaux. Cette vision, cette connaissance, sans aucun doute, cette vision audacieuse est tout ce qui est nécessaire. Tout le reste commence juste à tomber en place.

 


C’est alors que vous, le Maître, pouvez juste avoir ce grand vieux sourire sur votre visage. C’est alors que vous pouvez autoriser les énergies à vous servir.

 

C’est alors que vous ne vous moquez pas ou que vous ne retenez pas la richesse et les richesses, la santé. Vous ne mettez pas le pied sur le frein.

 


Cette vision ... c’est ce que vous avez apporté dans cette vie.

 


Vous savez, cette vision, c’est l'une des deux choses que vous détenez, que vous considérez comme étant si précieuses, si précieuses que vous les avez cachées loin. Vous vouliez que rien ne fausse ou pollue ou corrompe cette vision. Donc, vous l’avez cachée, éloignée de sorte qu'elle ne serait pas exposée aux choses difficiles de ce monde. Vous l’avez cachée loin parce que vous saviez que vous seriez très vulnérables à l'obscurité dans cette vie, plus que dans les autres vies.

 


Je vais répéter cela. Vous saviez que vous alliez être vulnérables à l'obscurité dans cette vie plus que toute autre vie. Donc, vous l’avez cachée loin cette vision de sorte qu'elle ne serait pas corrompue.
 

Vous alliez être plus vulnérables à l'obscurité, parce que vous alliez être plus sensibles, que vous alliez être plus qu'un explorateur, et vous saviez que le temps viendrait où vous ne pourriez plus courir dans l'obscurité - la vôtre ou toutes les autres.

 

Vous ne pourriez plus fonctionner en elle. Vous ne pourriez plus vous cacher dans la lumière.
Une véritable intégration intègre tout – l’obscurité et la lumière, haut et bas, bon et mauvais, masculin, féminin - de sorte que vous avez caché cette vision de votre illumination, si bien que vous pourriez presque dire que vous avez oublié où vous l’avez mise.

 

(Pause)



Mais vous savez, je ne l’ai pas fait. J’ai vu où vous avez caché cela. Je savais que nous allions être assis ici comme ça juste avant les vacances, juste après avoir traversé le marqueur historique de 2012. Je savais que viendrait un point où vous n’alliez pas tolérer plus de simplement survivre. Vous n’alliez pas accepter de parler mensuellement juste sur la façon merveilleuse dont l’illumination pourrait être. Je savais qu'allait venir un point où, si nous ne poursuivions pas avec cela, nous aurions une mutinerie ici au Crimson Circle.

 


Ainsi, j’ai eu la vision, vous avez eu la vision que nous serions assis ici, jouant de la musique douce de saison dans le fond, un bel arbre de Hanoukka sur la scène, et je savais que nous allions parler de la vision une fois de plus. La vision que vous aviez, la vision, la connaissance que l'illumination est déjà là. Pas dehors à un autre endroit, mais ici.

 


La vision, la prise de conscience; puis, dans cette forme de Kasama, ce qui signifie que c’est déjà arrivé, alors j’ai dit: «Vous savez, il faut vraiment être audacieux, courageux d'avoir une vision et de la permettre." Très audacieux, courageux.

 


C’est une chose d'avoir la vision, la cognition de l'illumination et de la maintenir à distance, autant que vous tiendriez une carotte devant un cheval. C’est autre chose, autre chose de  la permettre.

 


D'une certaine manière, vous pourriez dire que c’est presque amusant, jusqu'à un certain point, d'avoir la vision et de continuer à travailler vers elle, en la gardant latente. Une sorte de plaisir, jusqu'à un certain point. Mais alors, eh bien, la vie commence à s’en aller hors de vous. Vous ne vous sentez pas si vivants.

 

Vous vous sentez comme survivant juste. Cela arrive réellement souvent à ceux qui poursuivent le travail spirituel.

 

Je dirais que tout le monde qui s’implique dans la spiritualité et, dans une certaine mesure, dans la religion, tout le monde a un véritable désir sincère de connaître quelque chose de plus.

 

Mais d'autre part si souvent le travail spirituel, les groupes, les livres, les produits sont juste un moyen de survie. Ils sont juste une distraction. Ils sont juste une autre déclaration au Soi que le Soi n’est pas prêt.

 


Tôt ou tard ... tôt ou tard, vous êtes fatigués de tout cela et nous arrivons à un moment de vérité. C’est déjà arrivé et ça se passe.

 


La chose drôle est que ce moment de vérité, en ce moment, ne se passe pas seulement ici. C’est en fait aussi tout ce qui se passe dans votre passé. Ce que vous ressentez en ce moment se fait sentir par vous, un jeune enfant au moment de Noël, un jeune adulte d'une vingtaine de Noëls, il y a vingt-cinq ans. Tout est senti.



Il s’agit de se rappeler  la vision, cette belle vision, cet engagement, «Ce Cela Est."
Maintenant que nous nous sommes sentis de nouveau dans cette vision et l'engagement de l'illumination dans cette vie, la prochaine étape est d'être si courageux, audacieux, et de la laisser venir en vous. Plus besoin d'attendre ou de la tenir dehors. Pas plus que de se contenter d'autre chose que de la réalisation complète. Plus de réflexion. Plus de doute. Plus de jeux. Cela Est.

 

Cela Est.

 

C’est Être ou mourir. Alors, soyons.

 

(Pause)

 


Je comprends pourquoi vous avez caché la vision, pourquoi vous avez prétendu qu'elle n’était pas là. Je peux comprendre pourquoi vous ne vouliez plus jamais la corrompre. Vous préférez ne pas la réaliser ou ne pas la posséder, plutôt que de la voir déformée par vous et par d'autres.
Mais nous allons la tirer de nouveau. Prenez-la de là où elle a été cachée, ouvrez-la, comme vous le feriez pour ouvrir un cadeau de Noël. Oui, en ce moment. N’attendez pas. N’attendez pas pour Noël prochain.

 


Ouvrez-la juste comme si elle était assise sous cet arbre n’attendent que vous.

 


S’il vous plaît, s’il vous plaît ouvrez-la. C’est votre illumination. C’est votre conscience. C’est votre épanouissement.

 


Sentez.

 


(Pause)

 


Vous voyez, c’était vraiment facile. Ce n’était pas si difficile que ça.

 


Maintenant, il suffit de mettre les choses en vous. Amenez-les simplement en plein dedans.

 

(Pause)

 


Votre corps, mettez dans votre corps et votre esprit. Elle est vivante. Voyez, c’est vivant.

 


Ce n’était pas dans le livre des secrets. Ce n’était pas une baguette magique. C’est vous. Votre vision, elle est vivante.

 


Vous n’avez pas à faire des choses comme de tomber d'une échelle ou d'entrer dans des accidents de voiture ou d'obtenir les mauvaises nouvelles du médecin. Ce sont de fausses façons de se sentir vivant.

 


Cette vision est vivante. Apportez-la en vous-même, dans votre corps, dans vos yeux, votre nez, votre bouche. Laisser couler dans vos oreilles, dans votre ventre, dans vos pieds, dans vos jours et nuits.

 


Elle est vivante.

 


(Longue pause)

 

Prenez une respiration profonde. Prenez une bonne respiration, mes chers amis.

 


J’adore cette période de l'année. C’est tellement magique, si magique. La magie est très vraie, si vous la laissez être.

 

 

Donc, comme je l'ai dit lorsque nous avons ouvert, c’est facile. C’est assez facile. Vous l’obtenez parfois à votre façon. Ouais. Vous l’obtenez dans votre propre chemin avec les doutes et la retenue. Mais là où nous allons maintenant, là où les Shaumbra encore restants vont, là où nous allons maintenant, c’est dans la réalisation, l'expérience, la vie, en elle-même. Pas seulement pour survivre la vie et d'en parler, mais de la vivre. C’est là où nous allons.

 


Cela va en fait être beaucoup plus facile, beaucoup plus facile à bien des égards. Mais cela va vous demander d'être un peu scandaleux, audacieux - bien, vraiment audacieux - et d’être vous-même.

 


Donc, avec cela, mes chers Shaumbra, ce fut un tel plaisir d'être ici avec vous. Maintenant, je dois aller me préparer pour votre partie. Oui, je vais être autour. Et, s’il vous plaît, quoi que ce soit, ne me servez ou pour vous autres que la meilleure chose. Pas seulement à la fête de ce soir, mais dans la vie en général.

 


Avec cela, nous allons prendre une profonde respiration et nous rappeler que ...

 

 


LE PUBLIC ET ADAMUS: Tout va bien, dans toute la création.

 

ADAMUS: Sur ce, bonnes fêtes, chers Shaumbra. Merci. Merci. (Applaudissements)

 

 

 

(NDI : pour rappel *Ahmyo

Ahmyo est pur, absolument pur, le soi pur, en fait, une sorte de réalisation du Je Suis. Ahmyo, où vous cessez de douter de tout ce qui se produit, vous cessez d’essayer de l’analyser. « Tout est créé par moi pour » - qu’importe comment vous l’appelez - « un plus grand bien, pour ma propre expansion ou pour ma joie de la vie. Chaque petite chose. »

Ce niveau de confiance en soi c’est ce dont tous les maîtres ascensionnés ont aspiré, ou ont expérimenté, je devrais dire, dans leur dernière vie sur terre.

Ce - ahmyo - est, ce que vous pourriez dire, est la dernière et peut-être l’étape la plus joyeuse.)

 

 

 

SOURCE http://www.crimsoncircle.com/Library/LibrarySeries.aspx

 



14/02/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres