SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SHOUD 1 - 1ères Révélations ou Découvertes

Série Révélations (ou Découverte) : Shoud 1 – Adamus Saint-Germain canalisé

par Geoffrey Hoppe – présenté au Crimson circle - 07 septembre 2013

www.crimsoncircle.com

 

 

« 1ères Révélations ou Découvertes »

 

 

Je suis ce que Je Suis, Adamus, la facette inspirée par Shaumbra de Saint-Germain.

 

(Applaudissements du public) Merci.

 

Commençons donc notre nouvelle série, la série Révélations (NDI : ou Découverte).

Prenons une bonne respiration.

 

Comme souvent, je vous demande de prendre une bonne respiration profonde et de me laisser venir plus près de vous, laissez-moi venir au plus près de vous comme je le suis avec Cauldre - Geoffrey - en ce moment. Oh, et je suis à l'intérieur de lui. Oui, je vais rester ici un moment. J'ai oublié de le lui dire. Je ne pars pas tout de suite.

 

Alors, prenez une bonne respiration et invitez-moi, Adamus, si près que vous pouvez me sentir chatouiller vos entrailles - oui, tous; pour que vous puissiez me sentir dans votre coeur, pour que vous puissiez me sentir à côté de vous.

 

Prenez une bonne respiration profonde.

 

Vous voyez, il faut être une personne audacieuse et courageuse pour laisser entrer quelqu'un dans cette proximité, pour laisser quiconque - y compris vos proches, vos enfants, y compris qui que ce soit- entrer dans cette proximité, car il y a des couches et des couches de protection, de défense, de matériel et d’énergie psychique tout autour. Mais quand vous pouvez laisser quelqu'un entrer dans cette étroite relation, qu'il est bien à l'intérieur, vous étreignez de l'intérieur, vous atteignez un niveau de conscience grâce à la confiance, en permettant, qui va bien vous servir.

 

Ainsi, chers Shaumbra, prenez une bonne respiration.

Lorsque vous pouvez autant vous faire confiance, que vous pouvez me laisser entrer dans vos pensées, dans votre mental, c'est se faire confiance, avoir beaucoup de confiance et d'équilibre en vous.

 

Si vous pouvez me laisser entrer, vous pouvez également en laisser d’autres. Lorsque vous laissez les autres entrer, vous voyez qu’ils ne peuvent jamais vraiment vous faire de mal, jamais, jamais, rien vous enlever.

Ils peuvent créer beaucoup d'illusions. Ils peuvent jouer le jeu, faire semblant qu'ils peuvent prendre quelque chose de vous, et vous pouvez jouer le jeu de prétendre que vous êtes une victime, prétendre que vous êtes vulnérable.

 

Mais prenez une bonne respiration. Si vous pouvez me laisser approcher si près, si profondément, si intimement, alors vous avez atteint un niveau de conscience – de conscience vraie - de vous même.

Oh, et en parlant de vous-même, pourquoi ne pas prendre une bonne respiration et vous laisser être dans cette proximité. Uhhhh, un peu plus difficile, un peu plus difficile de vous laisser être dans cette proximité.

Nous allons parler de cela et bien d'autres choses dans notre série Révélations (NDI : ou Découverte), mais découvrir qui vous êtes. Oui.

 

Cela semble facile. Ça ne l’est pas. Ça ne l’est pas. C'est l'une des choses les plus redoutées. Nous avons parlé de la peur, Jane, vous et moi, à de nombreuses reprises. Que craignez-vous le plus ? Vous-même, bien sûr - vous tous, chaque être angélique. C'est le plus haut niveau de résistance ou de peur, ou comme vous voudrez l'appeler, mais c'est la chose la plus difficile. Nous allons le faire dans notre série Révélations.

 

Nous entrons dans notre cinquième année ensemble. Nous en avons terminé quatre. Surpris que tant d'entre vous soient encore là. Non, vraiment, en fait, je suis surpris, parce que, voyez-vous, il y a une certaine fascination pour la religion et la philosophie, pour essayer de mettre un peu de sens dans la vie, et comme vous l'avez probablement découvert il n'y a pas vraiment de sens. Il y a un niveau de fascination pour les choses spirituelles, l'occulte, en partie parce que vous les avez étudiés auparavant, dans le passé, en partie parce que l'occultisme, la spiritualité ont un attrait. Ils ont un pouvoir, une séduction.

 

Certains disent qu'ils l’étudient pour aider à donner une meilleure compréhension de la façon dont les choses fonctionnent, mais non, ils sont pleins de Makyo (NDI : pour rappel : illusions, croyances etc…), parce que vous ne comprendrez jamais la façon dont les choses fonctionnent. C’est conçu ainsi. C’est conçu ainsi.

 

Donc il y en a beaucoup qui l'étudient comme une distraction dans leur vie au jour le jour. Ils peuvent aller jouer à des jeux d'ange. Désolé, mais ce ne sont que des jeux. Ils peuvent impressionner les amis et parents avec leur connaissance occulte, leur singularité. Ils utilisent parfois la spiritualité et la nouvelle ère comme un voile pour leur nature autrement impaire, et ils l’appellent simplement New Age. (Quelques rires étouffés) Très vrai.

Très vrai.

Mais comme vous le savez depuis le début des temps avec Tobias, depuis le moment où j'ai commencé à venir à vous en 1999, nous ne sommes pas ici pour être l'âge spirituel ou le nouvel âge. Cela ne fonctionne pas.

Cela ne fonctionne pas. Nous sommes ici, vous êtes ici pour votre l’illumination incarnée.

 

Il n'y a vraiment rien à étudier. Rien du tout. Il y a beaucoup à découvrir et il y a beaucoup à réaliser.

Vous êtes venus ici, mois après mois après mois ... après mois. (Adamus glousse). Vous avez effectivement manifesté, en créant cet aspect appelé Adamus.

 

En fait, j'ai, en tant que Saint-Germain, un peu de difficulté à me déplacer dans ce rôle, un peu - certains diraient - un peu désagréable, un peu prétentieux, un peu provocateur. Mais c'est ce que vous créez- la poussée, le bord, la différence - parce que vous avez beaucoup étudié la spiritualité, passé beaucoup de vies dans les ordres religieux, vous avez réalisé que c'était intéressant, mais que cela n’apportait pas le véritable accomplissement que vous choisissiez.

 

Alors vous êtes venus ici dans cette vie avec ce groupe appelé Shaumbra, à cette rencontre et avez dit :

«Je vais la faire - l'illumination incarnée. Je ne m'inquiète pas de ce qu'il faudra. »

Vous êtes venus ici sous l’effet d’un peu d'illusion, que vous alliez être ici pour aider à sauver le monde et tout le reste de ces choses, mais vous trouvez qu'il n'a pas besoin d'être sauvé. Et que même si c'était le cas, ils ne vont pas nécessairement l’accepter de vous. Ils vont résister à n’importe qui.

 

Donc, vous venez ici pour l'illumination incarnée. Et vous allez la réaliser. Vous allez la réaliser. Je n'ai aucun doute à ce sujet. Je ne serais pas ici si je pensais que ce serait un peut-être. Cela est, et en devenir, aussi longtemps que vous le choisissez, aussi longtemps que vous le permettez.

Et cela ne va pas du tout être quelque chose comme vous avez pensé que cela serait. (Quelques rires étouffés)

 

Donc, je vous en donne le mérite et des applaudissements pour les fixer. Les temps sont durs parfois, vraiment difficiles - très difficiles - car cela déchire vers le bas toutes les illusions. Cela déchire vers le bas les identités. Cela déchire en bas des faussetés. Cela déchire ce que vous pensiez que vous avez été afin que vous puissiez découvrir le vrai vous. Très, très peu d'humains, sont à jamais allés dans cette voie. Très, très peu.

Un grand nombre d'êtres humains parlent de religion et de justice de Dieu et de tout le reste, mais très peu s’arrêtent pour prendre ce genre de regard et voyage intérieurs. C'est difficile.

Mais vous n'auriez pas voulu qu'il en soit autrement.

 

Alors, bienvenue à la série Révélations (NDI : ou Découverte).

 

 La série Révélations (NDI : ou Découverte)

 

Dans notre série, qui durera onze segments, dans notre série chaque mois, nous allons avoir une discussion – un débat interactif - comme je sais que vous les aimez tant. Vous ne pouvez même pas attendre que Linda vous tende le micro. Ai-je raison? (Certains dans le public disent «oui»)

Nous aurons des discussions interactives, car vous avez beaucoup de sagesse à partager. Ouais, vous avez à partager. Et c’est parfois intimidant avec cette poussée de microphone en face de vous et mon regard ainsi que celui de dizaines de milliers à regarder. Mais quand vous entendez votre propre voix – et pas seulement les mots qui sortent, mais le ton, la profondeur, l'esprit dans votre voix, quand vous entendez que - c'est là que vous commencez à avoir cette percée de conscience. C'est alors que vous commencez à réaliser

«Je suis ce que Je suis."

 

C'est quand vous commencez à simplifier les mots. C'est quand vous arrêtez de raconter de longues histoires.

C'est là que tout le monde peut sentir la présence provenant de votre voix.

Nous aurons donc nos discussions. Elles seront animées. Elles seront folles. Vous pourrez être un peu bouleversés par moments, mais la discussion, l'interaction est bonne afin que vous puissiez vous entendre.

 

Bien sûr, j'aurai toujours ma portion de conférences- portion de lecture fascinante- de chaque Shoud. Mais alors que nous serons dans cette série Révélations, chaque mois, nous aurons une expérience. Parfois, ce sera un merabh, parfois un autre type d'expérience. Nous arrivons à un point où nous n'avons pas besoin de continuer juste à parler des choses, il est temps d'en faire l'expérience. Soyez donc prêts chaque mois pour une expérience.

 

Pour certaines expériences vous n'allez rien éprouver immédiatement. Eh même si vous le voudrez, vous ne vous en rendrez pas compte tout de suite. Parfois, il faut des heures, des jours, des semaines pour la réalisation de ce qui s'est réellement passé. Dans les expériences, nous n'allons pas essayer de faire quelque chose. Nous n'allons pas à y mettre de force. Nous allons les permettre, puis les laisser se dérouler. Pas de stress mental. Pas de force.

Juste permettre.

 

Nous allons passer par une série d'expériences très spécifiques à chaque Shoud, un travail sur l'expansion ou sur les précédents. J'ai dit à Cauldre que je vais essayer de garder mon segment court, ainsi un peu plus court.

 

Mais littéralement je regarde et surveille les énergies, sentant ce qui se passe, parce que comme je vous l'ai dit de nombreuses fois auparavant, je ne suis rien mais une distraction - une charmante distraction humoristique, mais une distraction - de sorte que pendant que vous observez, que vous écoutez, que vous éprouvez, autre chose se produit vraiment ici. Vous êtes assis dans un espace sécurisé, vous sentant dans votre Présence Je Suis et permettant un changement ou un mouvement qui se produit doucement, tranquillement et sans y penser.

 

Rien ne va gâcher un bon mouvement d'énergie, une bonne expansion de conscience plus que de penser à elle à votre façon. Ainsi je distraie, vous, vous permettez. Marché conclu? (Le public est d'accord)

Bon. Nous allons donc commencer cette interaction avec la question du jour - si vous êtes prête avec le microphone. (À Linda)

 

LINDA: Oui, monsieur.

ADAMUS: Oh, ne m'appelez pas monsieur. (Quelques rires)

LINDA: Voulez-vous la question écrite maintenant?

ADAMUS: Non, à la demande du public.

LINDA: Oui, monsieur.

ADAMUS: Alors, prenez un moment pour ressentir cela intérieurement sans trop y penser, mais se sentir dedans, parce qu'une partie de l'expérience d'aujourd'hui sera littéralement d’être à l'écoute - l'écoute de ce qui existe déjà.

 

 La question d'aujourd'hui

 

Donc la question que j'ai pour vous - question mentale, mais sentez-vous dans la réponse – êtes-vous mieux lotis qu’il y a 14 ans lorsque nous avons commencé, ou quatre ans environ, lorsque j'ai commencé avec vous ?

Êtes-vous mieux maintenant ?

Prenez une bonne respiration et sentez-vous en elle. Êtes-vous mieux ?

Et chère Linda, le micro s'il vous plaît. Et Linda, quelle est votre réponse ? (Rires car elle se fige à mi étape)

Vous devriez prendre une photo de ça ! (Beaucoup de rires)

Elle est dans un état de suspension de conscience.

Il y a quatorze ans. Ça a été un voyage pour vous, j'en suis sûr.

LINDA: Je suis plus à l’aise. Je suis plus à l’aise.

ADAMUS: Plus à l’aise.

LINDA: Ouais.

ADAMUS: Pourquoi ? Comment ?

LINDA: J'ai plus de clarté personnelle.

ADAMUS: Bon.

LINDA: Plus d'autonomisation.

ADAMUS: Bon.

LINDA: Et je n'ai toujours pas blessé qui que ce soit dans les compagnies aériennes. (Rires)

ADAMUS: Un grand bravo. (Quelques applaudissements) Bon. Bon.

LINDA: Et j'aime ce que nous faisons.

ADAMUS: Oui. Alors êtes-vous mieux ?

LINDA: Oui!

ADAMUS: Non, je parle de Shaumbra.

LINDA: Oh, en parlant à Shaum-... oh, oh, oh ! Pas plus avec moi! Avez-vous fini avec moi ?

ADAMUS: (rire) C’est le temps du microphone.

LINDA: Vous avez fini avec moi?

ADAMUS: Oui.

LINDA: D'accord.

ADAMUS: Edith. Bonjour.

EDITH: Bonjour, Saint-Germain ?

LINDA: Adamus.

EDITH: Êtes-vous Adamus ou Saint-Germain ?

ADAMUS: Est-ce important ? Est-ce important ?

EDITH: Non

ADAMUS: Et ne sommes-nous pas un dans le même ?

EDITH: Très bien.

ADAMUS: Oui. Lequel préférez-vous aujourd'hui ?

EDITH: Je ne peux pas répondre à cela.

LINDA: Oui vous pouvez ! Oui ou non. Adamus, Saint-Germain.

ADAMUS: C'est un peu comme ". Je ne sais pas"

LINDA: C'est une réponse illégale.

EDITH: Je n'ai pas dit que je ne sais pas. J'ai dit que je ne peux pas répondre à cela.

ADAMUS: Donc, Edith, Edith êtes-vous mieux ?

EDITH: Oui, dans le sens que Linda a décrit. J'ai plus de clarté et de compréhension de moi-même. Je sais qui je suis. Un ...

ADAMUS: Ouais. Vous n'avez pas l'air d’être réellement certaine à ce sujet.

EDITH: Eh bien, j'ai un problème ...

ADAMUS: Que pensez-vous ?

EDITH: ... et ça ne part pas. Je ne crois pas pouvoir obtenir mon abondance, et je suis un peu moins bonne que j’ai l'habitude de l'être.

ADAMUS: Vraiment ? L’êtes-vous ?

EDITH: Oui.

ADAMUS: Est-ce mauvais ?

EDITH: Ouais, je n'aime pas ça.

ADAMUS: Oui, vous le faites.

EDITH: Non, je ne le fais pas.

ADAMUS: Oui, vous le faites. Public ?

LINDA: Oui, vous l'aimez !

ADAMUS: Et pourquoi ai-je dit cela ? Ohhh ! Cela va être une série fun (NDI : amusante, dans le vent etc…)! Ohh ! Parce qu’Edith, vous avez entendu ces mots auparavant, et vous pouvez plaider la faiblesse, vous pouvez soutenir l’état de victime toute la journée, mais il y a quelque chose dans votre vie que vous n'aimez pas, vous faites comme elle, parce qu'elle est là. C'est là. Cela vous sert d'une certaine manière.

Maintenant, maintenant c'est frustrant. C'est difficile. Vous y pensez tout le temps. Vous dépensez des quantités énormes d'énergie à réfléchir, à vous demander ce que vous avez fait de mal, et cela ne cesse de vous écarter de ce puits d'abondance.

EDITH: Oui, vous avez raison.

ADAMUS: Manque de puits d'abondance. Le fait est que l'argent ne fait pas vraiment la différence. Vous n'êtes pas venue ici pour faire de l'argent, vous êtes venue ici pour l'illumination. Juste ?

EDITH: C'est vrai.

ADAMUS: Ainsi il ne fait pas vraiment une différence. Le fait est qu'une fois que vous le laissez aller, que vous le laissez juste aller et que vous cessez de lutter avec lui, que vous arrêtez de vous réveiller au milieu de la nuit avec lui, vous allez vous rendre compte que l'argent n'a pas d'importance et puis ça va être là. Ensuite, vous vous demanderez pourquoi il n'était pas là auparavant lorsque vous en aviez vraiment besoin. Mais pour le moment cela vous sert en quelque sorte, en quelque sorte, et c'est à vous de le découvrir. Ouais. Et vous froncez les sourcils et, vous le savez, vous avez ce regard douteux sur votre visage. Jusqu'à ce que vous possédiez le fait que vous recevez quelque chose de cela, il sera toujours là. Il sera toujours là.

EDITH: Oh, je souhaite me dépêcher de le découvrir.

ADAMUS: D'accord. Allez-y ! (Quelques rires) Et ce n'est pas de la psychanalyse. Nous ne voulons pas entrer dans cela. Nous ne voulons pas entrer dans les traumatismes de la petite enfance ou quelque chose comme ça. Mais en quoi cela vous sert-il ? Voulez-vous que je vous le dise ?

EDITH: Oui, s'il vous plaît.

ADAMUS: D'accord. Cela vous garde concentrée. Vous pensez que cela est. Vous pensez que cela va vous garder sur vos genoux et concentrée afin de ne pas vous laisser distraire par toutes les choses du monde. Et vous l’avez dit à plusieurs reprises pour vous-même que vous n'allez jamais vous laisser prendre dans tous les plaisirs mondains, et que vous n'êtes pas. Maintenant vous devez entreprendre la démarche consciente de dire : «Je ne vais rester coincé dans cela. Je peux avoir des plaisirs mondains dans mon éveil, parce qu'ils vont de pair. "Ils le font pour vous tous. Ils le font.

EDITH: D'accord. Je vous remercie.

ADAMUS: Oui, et je ne peux pas ... Je serais ravi de vous donner une grande abondance. Je ne peux pas. Je ne peux pas. Et même si je le pouvais, je ne le ferais pas, parce que c’est le plus grand cadeau à vous donner à vous-même.

EDITH: Je comprends.

ADAMUS: Oui

EDITH: Je vous remercie.

ADAMUS: Alors, quand cette chose d’abondance arrive, ma chère, ne vous concentrez pas sur elle. Ne vous focalisez pas sur elle, parce que même le manque d'abondance a appris à être une distraction plus grande que l'abondance même. Bon.

EDITH: C'est vrai.

ADAMUS: Alors, êtes-vous mieux ou pas ?

EDITH: Oui.

ADAMUS: Est-ce un grand oui ou un peu oui ?

EDITH: Entre oui. (Rires)

ADAMUS: D'accord. Bon. Un peu plus, mieux ou pas ?

GARRET: Oui.

ADAMUS: Bon. De quelle manière ?

GARRET: Le moyen le plus évident qui a été mentionné. Je me sens plus en paix.

ADAMUS: Oui.

GARRET: Et c'est un vrai cadeau.

ADAMUS: Ouais. Oui.

GARRET: Ouais.

ADAMUS: Et beaucoup plus ou un peu plus ?

ADAMUS: Oui. Et je pense que vous le savez, nous savons que l'une des choses qui a été la plus difficile - si vous me permettez d'être un peu personnel - une des choses qui a été ... parce que j'allais le faire de toute façon. (Quelques rires étouffés) Une des choses qui a été ...

GARRET: Si je m'occupais, est-ce que cela ferait une différence ?

ADAMUS: ... le plus difficile pour vous comme pour tant d'autres, mais d'apprendre à être avec vous-même. Juste pour être avec vous. Et vous avez eu cette occasion et vous l’avez incarnée, vous l’avez intégrée, et maintenant vous l’enseignez.

GARRET: Ouais. Et probablement, une des choses les plus indicatives, c'est que lorsque les doutes surgissent, ils ne sont rien.

ADAMUS: Ouais.

GARRET: Les doutes vont toujours arriver, mais qu’est-ce que je veux d’eux ? Dois-je vouloir qu'ils me servent ou que c'est juste un doute ?

ADAMUS: Absolument. Bon. Je vous remercie. Maintenant, par rapport à il y a 14 ans ou il y a quatre ans.

L'un ou l'autre.

IWONA: Je fais beaucoup mieux.

ADAMUS: Bon. De quelle façon ?

IWONA: J'aime la vie.

ADAMUS: Oui.

IWONA: Et j'ai juste appris récemment comment permettre à la vie de m'aimer en retour. (Elle rit)

ADAMUS: Ahh. Comment est-ce arrivé? Avez-vous marché dans un magasin un jour et vu une petite boîte que vous pouviez acheter et la vie vous a aimé en retour ?

IWONA: C'est arrivé comme ça

ADAMUS: Ouais. C'est arrivé comme ça.

IWONA: Juste arrivé.

ADAMUS: Ouais.

IWONA: C'est une expérience.

ADAMUS: Ahhh !

IWONA: Une révélation.

ADAMUS: Oui. Comment est-ce arrivé? Comment avez-vous vécu cela ?

IWONA: J'ai ouvert afin de permettre et de recevoir.

ADAMUS: Bon.

IWONA: C'était mon défi.

ADAMUS: Bon. Comment vous sentez-vous d'avoir la vie qui vous aime en retour ?

IWONA: Excell-... merveilleux. (Elle rit)

ADAMUS: Ouais. Aucune résistance.

IWONA: Aucune résistance.

ADAMUS: Bon.

IWONA: Oui !

ADAMUS: Je vous remercie. Quelqu’un d’autre ... Bonnie.

LINDA: Ohhh, nous, nous y allons.

ADAMUS: Bonnie.

BONNIE: Salut.

ADAMUS: Et être franche et sincère - ou être Bonnie et sincère (NDI : jeu de mots : bonnie veut dire mignonne).

BONNIE: (riant nerveusement) Oh !

ADAMUS: Ou vous pouvez être franche.

BONNIE: Eh bien, bien sûr, je suis mieux! Bien sûr.

ADAMUS: Oui. De quelle manière ?

BONNIE: Eh bien, je comprends ce qui se passe maintenant beaucoup plus que je l'ai fait il y a très longtemps quand nous avons commencé cela.

ADAMUS: Oui. Vous êtes allé à travers des défis et des difficultés, comme tant d'autres l’ont fait, et on pouvait penser que vous alliez dire: «Non, c'est vraiment difficile. La vie devient plus difficile. "Mais vous dites:"

Non ? "Vous dites, en d'autres termes," Oui. "

BONNIE: Ce n'est pas sur les choses, je suppose.

ADAMUS: Ouais.

BONNIE: Et, bien sûr, j'ai simplement tout perdu comme beaucoup de gens l’ont fait.

ADAMUS: Ouais. N'était-ce pas amusant ?

BONNIE: (rires) Ouais! C'était juste des tonnes de plaisir !

ADAMUS: Parce que vous êtes toujours là! Vous êtes vivante! Vous parlez au microphone. «J'existe !"

Le matériel n'est pas si important que cela.

BONNIE: Il ne l’est pas. Vous vous sentez beaucoup plus légère sans tout ça.

ADAMUS: Ouais, ouais. Oui. Bon.

BONNIE: Mm hmm.

ADAMUS: Et heureux que vous soyez toujours souriante.

BONNIE: Merci de me l’avoir demandé.

ADAMUS: Oui. Et un de plus. (Linda tend le micro à Jane) Respirez profondément.

JANE: Oui. Bien que le voyage ait été très difficile à certains moments, je dirais que ma conscience est beaucoup plus grande aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a 14 ans, et pour cela je suis reconnaissante.

ADAMUS: Et pourquoi le voyage était-il difficile ? Quoi en particulier ?

JANE: Eh bien, comme Bonnie vient de le dire, d’avoir tout perdu, le substantiel, le matériel.

ADAMUS: Oui.

JANE: Je veux dire, la seule chose que je n'ai pas perdue est mon cher mari.

ADAMUS: Oui. (Adamus glousse) Et le plus drôle, c'est que vous parlez d’avoir tout perdu. Je ne vous vois pas dans la rue dans les coins de mendicité.

JANE: Nous étions proches.

ADAMUS: Dans votre mental.

JANE: Oui.

ADAMUS: Dans votre mental, en fait, et peut-être dans votre perception de combien il y avait sur votre compte bancaire. Mais la plupart d'entre vous sont encore au volant de belles voitures, la plupart d'entre vous ont encore les bases de la vie, donc il y a beaucoup de perception qui se passe ici. Et beaucoup de perception causée par la peur, causée à se demander à quelle profondeur, à quelle distance se trouve le fond, puis à se rendre compte que cela n'a pas vraiment d'importance. Ça n'a pas vraiment d'importance. Oui.

Difficile de passer par ...

JANE: Oui.

ADAMUS: ... et ce qui est plus difficile que le matériel, que le financier, c’est le mental. La déchirure-le mentale vers le bas – bien plus difficile.

JANE: Mm hmm.

ADAMUS: Ouais. Bon. Mais vous pensez que vous êtes mieux lotis, vous dites que vous êtes mieux ?

JANE: Je le suis. Je me sens plus connectée à moi-même comme je ne l'ai jamais été auparavant.

ADAMUS: Bon.

JANE: Mon intuition, ma connaissance est plus forte qu'elle ne l'a jamais été.

ADAMUS: Oui.

JANE: Et je commence à lui faire confiance.

ADAMUS: L'estime de soi ?

JANE: Elle monte. (Ils rient) Je suis consciente de cela.

ADAMUS : Ah, il y a de l'auto-estime alors ! (Adamus glousse)

JANE : Oui. Il y a toujours ! Oui.

ADAMUS: Bon.

JANE: Je peux le voir.

ADAMUS: Bon.

JANE : Mais c'est correct.

ADAMUS : Ouais. C'est correct.

JANE: Oui.

ADAMUS: Voulez-vous passer le micro à Marc ?

LINDA: Uh-oh.

ADAMUS: Pour notre dernier commentaire.

MARC: (il soupire profondément) Bon, eh bien je suis à peu près d'accord avec ce qu'elle a dit.

ADAMUS: Astucieux déplacement. (Rires)

MARC: Oui. Vous savez. Vous connaissez mon mariage, non ? Ce n'est certainement pas ce que je pensais qu'il serait.

ADAMUS: Certainement.

MARC: Ce n'est certainement pas.

ADAMUS: Certainement.

MARC: C'est bien différent.

ADAMUS: Comment allez-vous enseigner cela - parce que vous allez enseigner – comment allez-vous enseigner cela à d’autres? Comment l’expliqueriez-vous, parce que vous vous imaginez maintenant debout, assis en face d'une salle de classe avec une douzaine ou peut-être 20 élèves assis autour, vous essayez de leur expliquer. Ils sont tous étourdis et excités parce qu'ils viennent de découvrir la métaphysique et la spiritualité, et ils sont sur cette hauteur comme s’ils étaient les premiers à l’avoir jamais découvert. Et ils sont tellement excités et ils disent: «Je ferai n’importe quoiiiiiiii! (Rires) Quoi que ce soit, je vais le faire. "Et ils pétillent et ils ont des choses, des anges suspendus dans la fenêtre de leur voiture, et ils retirent leurs cristaux pour vous les montrer.

MARC: Et je secoue la tête

ADAMUS: Et vous êtes juste assis là comme le capitaine Kirk, * J'aime ". Ohhh, ohhh"

Comment allez-vous leur dire: «Ce n'est pas ce que vous pensez, » sans éclater leurs espoirs et leurs illusions ?

* Se référant à une vidéo présentée lors de la partie intro.

MARC: Attention à ce que vous demandez. (Rires et Adamus glousse)

ADAMUS: Ou vous pourrez dire: «Vous obtiendrez ce que vous demandez, en cheminant ! "

MARC: Vous le faites, mais vous n'avez aucune idée de ce que vous demandez. Sooo ...

ADAMUS: C'est un bon point.

MARC: Et cela ne ressemble tout simplement à rien de ce que vous pensez que ce sera.

ADAMUS: Et si on vous dit: «Maître Marc, alors qu’est-ce que c'est? Donnez-nous les réponses. Vous avez étudié ce sujet. Vous l’avez étudié encadré par le grand Adamus. (Rires)

Un des rares qui ait jamais eu cette occasion unique. Garçon, nous souhaiterions avoir été là quand il y était. "Ils vont dire:« Qu'est-ce que Maître Adamus a dit ? Simplifiez. Quel était son message ? "

MARC: Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il a dit. (Rires)

ADAMUS : C'est une réponse brillante, par la manière. Ce n'est pas important ce qu'il a dit.

MARC: Oui.

ADAMUS: Absolument.

MARC: Et le voyage est individuel. Il n'y a donc pas de recette pour, vous savez, ce à quoi ça va ressembler.

ADAMUS: Ouais. "Mais, mais," disent-ils, «Donnez-nous quelques indices. Qu'avez-vous fait ? Je veux dire, regardez-vous maintenant. Regardez les voitures. Regardez votre femme. Je veux dire, vous avez fait beaucoup. Regardez tout ce que vous avez. Hahhh! Comment fait-on... et vous avez cette aura sur vous et vous sentez comme les biscuits aux pépites de chocolat. (Rires) Et vous êtes vivant! Et vous êtes en vie! Dites-nous, comment avez-vous fait ? "

MARC: Je ne sais pas. (L'assistance répond "Oh lala") Umm ...

ADAMUS: Et puis vous riez et dites, "je plaisante ! "

MARC: C'est vrai.

ADAMUS: Ouais.

MARC: Non, comme je l'ai vraiment fait, un souffle à la fois. Vraiment.

ADAMUS: Un souffle à la fois. J'aime cette réponse. Cela devrait aller dans le livre de la sagesse. Absolument. Un souffle à la fois et encore une chose. Que leur diriez-vous ? Ils se sont réunis dans votre - je reçois dans, Cauldre dit votre café, votre café éclairé- ils sont réunis là autour après des heures. Vous faites payer vingt, trente dollars pour une tasse de café parce que vous le pouvez.

MARC: Au moins, ouais ! (Quelques rires)

ADAMUS: Parce que vous le pouvez. Ouais. Et après, vous leur dites, « un souffle à la fois», et ils disent (d'une voix geignarde), «Je suis si fatigué de la respiration! Je ne peux plus le supporter ! Je respire et je respire et je respire et rien ne se passe! Regardez-moi! "(Rires)

LINDA: Ce n'est pas attractif !

ADAMUS: Dites-moi. Je le vois tout le temps, comme le fait Aandrah. « Je suis malade et fatigué de la respiration. Quoi d'autre ? »

MARC: Permettez.

ADAMUS: Oh. Comment pouvez-vous faire cela ?

MARC: Vous venez de le faire. Permettez-le. Vous venez de lâcher prise.

ADAMUS: Prenez une respiration profonde.

MARC: Prenez une grande respiration, nous sommes là à nouveau. (Rires)

ADAMUS: Et achetez une autre tasse de mon café magique ! (Plus de rires)

MARC: C'est vrai.

ADAMUS: Oui. Il est béni. Oui, Adamus a béni les grains de café avant de partir. Ça fonctionne- nous faisons des millions.

MARC: Un bon commerce. Merci.

ADAMUS: Ouais. Ouais. Très bien. Je vous remercie. Je vous remercie.

 

Donc, chers Shaumbra, êtes-vous mieux ? C'est une question stupide. Cela n'a pas vraiment d'importance.

Et il n'y a pour vous aucun moyen pour vraiment comparer. Vous pouvez essayer, et je fais comme pour les réponses. Vous devenez tellement meilleurs, Shaumbra. Cela n'a pas vraiment d'importance. Et par rapport à quel niveau ? Eh bien, sur le plan humain, beaucoup d'entre vous diraient, probablement pas. Vous possédez peut-être moins. Vous pouvez avoir ... vous n'avez pas ou plus d’emploi, une relation sexuelle régulière, de la bonne nourriture ou autre chose, vous ne pouvez pas. Mais ... mais ... (Adamus rit) Mais je sais que vous n’êtes pas venus ici en aspirant pour ces choses. En fait, la vraie réponse est, Édith, rejetant presque ces choses, les repoussant presque. Et regardez ce qui s'est produit– elles sont parties.

 

Je sais que vous êtes venus ici pour cette illumination incarnée, l’ascension, ou comme vous voulez l’appeler, et en quelque sorte ... (quelqu'un baille) Ouais – un bâillement! - oh! Sandra, pourriez-vous lui obtenir un café, un massage de pieds et deux fils électriques. (Quelques rires étouffés)

 

Vous êtes venu ici pour l'illumination incarnée dans ce que j'appellerais, selon la façon dont vous regardez, ou un acte de désespoir, en disant: «Si cela ne fonctionne pas ..." (quelqu'un dit «Je sors d'ici"; Adamus glousse) "Eh bien, si cela ne fonctionne pas, oui, je sors d'ici. Si ce n'est pas dans cette vie, c’est qu’il n'y a rien. Il n'y a rien. Donc, c'est tout ou rien. "Vous mettez tous les jetons sur la table. Tout. Quitte ou double, en disant: « C’est ainsi. » Et un peu fou, mais c'est la façon dont vous êtes.

 

Maintenant, la vérité est que vous connaissez déjà. Vous le savez déjà, mais maintenant vous allez dans l'expérience de ceci. Vous connaissez les réponses, maintenant c'est l'expérience.

Vous êtes venus dans cette vie en disant : « Ce doit être cela » et comme je l'ai dit, cela peut être considéré comme un peu désespéré ou très audacieux et courageux, très étonnant, faisant émerger tant de choses – le mental, le passé, la conscience de masse - et la résistance toujours. Se reposant toujours ici. Existant toujours.

 

Incroyable. Prenons une bonne respiration avec celle de notre série Révélations (NDI : ou Découverte).

 

De mon point de vue et de celle des autres membres du Conseil Cramoisi, ce n'est pas tellement une question que vous soyez mieux lotis, c'est une question de ce qui s'est passé avec votre conscience, nous pouvons voir votre lumière, nous pouvons voir la nature élargie de votre être, comme nous pouvons littéralement voir par les voyages quand vous entrez dans votre état de rêve. Êtes-vous différent de celui que vous étiez il y a 14 Ans ? Immensément. Immensément.

 

Je voudrais faire un DreamWalk (NDI : marcher dans le rêve), si vous voulez écrire ceci (à Linda) - pour vous-même dans votre cerveau - faire un DreamWalk et nous allons le faire ensemble, nous pouvons le faire en direct ou faire un enregistrement. Je dois vérifier avec Linda et Geoffrey, mais un DreamWalk d’il y a 14 ans.

Nous allons essayer de revenir en arrière et vous allez voir ce que c'est que d'essayer de revenir. Et je pense que vous verrez à travers ce DreamWalk que ce n'est pas ce que vous avez pensé que c’était, et ce sera comme d’essayer de se goinfrer de retour dans le ventre de votre mère. C'est juste difficile à faire. C'est juste difficile de revenir en arrière.

Et tandis que le mental se souvient de certaines belles choses du passé, ainsi que certaines des choses terribles, le fait est que si vous avez essayé d'apporter votre conscience là-bas, vous ne pouvez pas vraiment le faire.

Donc, nous allons faire un essai avec un DreamWalk.

De quoi allons-nous parler dans la série Révélations? Qu'allez-vous découvrir dans la série

Révélations ? Et encore une fois, j'ai dit que nous allons avoir des conférences, des discussions et puis des expériences.

JOHANNE (elle bâille encore) Je suis désolée.

ADAMUS: Voulez-vous une tasse de café maintenant ou plus tard ?

JOANNE: Je suis tellement détendue !

ADAMUS: Non, allez-vous allonger sur le tapis. (Quelques rires) C'est propre. Nous sommes en famille. Nous ne nous inquiétons pas. (Adamus glousse) Cauldre me reproche d'être un tel orateur inspirant ! (plus de Rires)

 

  

Les Révélations dans cette série

 

Qu'est-ce que vous allez apprendre dans la série Révélations?

Quelle est la première chose que vous allez découvrir ?

 

(Pause)

 

 

 

~ Vous

C'est facile. Vous-mêmes ! Ouais, ouais, vous-même. Première chose.

Maintenant, cela semble évident, et vous êtes genre, "Ouais, ouais, ouais. N'avons-nous pas appris il y a des années ? "Eh bien, vous l'avez entendu il y a des années, mais vous n'avez pas appris cela. Vous ne l'avez pas incarné, embrassé ou expérimenté.

 

Numéro un, vous découvrir. Vous.

 

Maintenant, le fait est, que ce soient des êtres humains ou des êtres angéliques, chaque être se détourne de lui même. Ils le font. Je ne sais pas pourquoi. Il y a beaucoup de théories à ce sujet. Les gens extériorisent; même les êtres angéliques extériorisent. Cela fait partie de la, je suppose que vous diriez la découverte du Je Suis, la poursuite de la question « Qui suis-je ? » Mais très peu se posent les yeux sur eux-mêmes. Pourquoi ?

C'est difficile à faire. Vous avez beaucoup de mauvais souvenirs du passé. Il y a des choses que vous n'aimez pas sur vous-même, et je ne parle pas seulement du moi humain. Je parle du Soi âme, du Soi Esprit. C’est très difficile, très ... vous faites n'importe quoi pour distraire. Vous sortez et menez des batailles et des guerres plutôt que de jeter un oeil à l'intérieur de vous-même. Mais dans cette série Révélations, nous le ferons.

Nous ferons exactement cela.

 

Nous allons faire cela dans la perspective de quelque chose que j’ai mentionné dans la dernière série, quelque chose qui pourrait avoir flotté au-dessus de la plupart de vos têtes. Nous allons le faire du point de vue du pardon total.

La chose difficile pour moi, pour d'autres entités qui travaillent avec vous, c’est de tenter de vous amener à vous rendre compte que votre passé n'est pas du tout celui dont vous vous souvenez qu’il est. Mais vous croyez qu’il l’est. Vous pensez que c'est ainsi et vous agissez en conséquence. Donc, nous allons travailler sur tout ce concept de regarder le Soi avec les yeux du pardon, de l'auto-compassion et d’en venir à la découverte qu'il n'est pas - pas - ce que vous pensiez qu’il est. Et je sais que vous êtes assis là en train de penser: «Eh bien, oui, mais je me souviens, c'était comme si ...» Ce n'était pas comme ça. Et dans cette série, nous allons vous faire découvrir, la plus précieuse, la plus belle chose qui soit.

Mais ça va être mon plus grand défi avec chacun d'entre vous, parce que vous allez être énergétiquement distraits, psychiquement vous distraire, moi, Cauldre, tous les autres.

Pourquoi est-il si difficile de vous regarder, d'être à l'intérieur de vous-même ? C'est de cette façon pour tous les êtres, et pas seulement pour les êtres humains.

 

~ Dieu

 

Numéro deux dans notre série Révélations, nous allons découvrir Dieu. Hm. C'est plutôt agréable. Dieu.

LINDA: Dieu ?

ADAMUS: Dieu. (Quelques rires) Nous sommes précisément en cette année, si vous le permettez, où je crois que vous allez, vous allez faire l'expérience de Dieu. Une assez grand ...

EDITH: Nous sommes Dieu.

ADAMUS: ... assez grande promesse. Ahh! Mais avez-vous rencontré Dieu, Edith ? Ou voulez-vous Dieu ? Entendez-vous les mots «Je suis Dieu aussi» ou vous sentez-vous comme une, profonde, intime expérience amoureuse ?

Mm, bonne question. Cela semble bien beau de dire «je suis Dieu aussi," mais c'est très mental. Mais combien d'entre vous l'ont éprouvé réellement ?

 

Il y a beaucoup de concepts de Dieu. Je n'aime pas nécessairement le mot «Dieu», mais je l'utilise ici parce que c'est un terme commun. Il y a beaucoup de concepts de Dieu là dehors, et en fait, franchement, ceux qui enseignent Dieu en savent le moins au sujet de Dieu. Absolument. Les fanatiques, les extrémistes, les justes, ce sont ceux qui savent le moins au sujet de Dieu. Ils l’enseignement d'après un livre. Ils l'enseignement de leur mental, leurs règles, leur limitation, leur sens de la nécessité de leur souffrance intérieure et de leurs règles.

Pourquoi les autres humains leur permettent-ils d'enseigner au sujet de Dieu, je ne sais pas, sauf peut-être, que la plupart des humains ont cette vision déformée.

 

Le concept de Dieu en ce monde est peut-être l'un des ... c’est l'une des trois principales choses de la conscience qui sont les plus déséquilibrées en ce moment - l'idée que Dieu est ailleurs, le concept de Dieu comme un père; le concept que Dieu a de règles ou condamne ce que vous faites. Le concept que Dieu est d'origine humaine.

Ceux qui sont à la chaire, ceux qui appellent au haussement de bras n'ont pas éprouvé Dieu.

Vous ne pouvez pas étudier Dieu. Vous ne pouvez pas construire un Dieu. Vous ne pouvez que l’éprouver.  

Et quand vous le faites, c'est une expérience profonde et intime, une expérience dont vous n’aurez probablement même pas envie de parler. C’est si beau, si personnel, ce serait presque une distorsion d'en parler avec les autres.

C'est pourquoi, dans les temps anciens il n'y avait aucun mot ou de nom de Dieu, parce qu'il était connu par quelques-uns que c'est quelque chose de si personnel que vous ne pouvez pas en parler.

 

Dans notre série Révélations, en passant par vous, votre regard intérieur, vous aurez l'expérience de Dieu et je serais dedans. C'est une jolie tâche difficile, mais je ne serais pas là à dire ces mots, à moins que vous, mes chers amis, ne soyez prêts pour cela - prêts dans le corps, prêts dans le mental.

Parfois, aller à la base, aller à Dieu, parfois, quand c’est mené de manière déséquilibrée et trop désespérée, parfois par des médicaments, parfois à travers des rituels intenses, cela peut être complètement déséquilibré. Cela peut faire plus de mal que de bien. Certains d'entre vous qui ont pris des médicaments se rendent compte que si le reste d'entre vous n'est pas prêt ou équilibré pour avoir cette expérience, elle peut vous déchirer.

Elle peut vous déstabiliser mentalement. Elle peut détruire le corps. Chacune et chacun d'entre vous est prêt à le vivre d’une manière très naturelle et très personnelle.

 

~ Aucunes Croyances

 

Dans notre série Révélations, vous allez aussi découvrir qu'il n'y a pas de croyances - si vous pouvez écrire « aucune croyance » (à Linda). Il n'y a pas de croyances. Vous croyez qu'il y a des croyances, mais il n'y en a pas. C'est peut-être une déclaration qui va être débattue et discutée à propos de beaucoup de choses, mais c'est mon affirmation selon laquelle il n'y a vraiment pas de croyances. Il y a des programmes lourds.

Des programmations lourdes, et il y a certaines parties de la programmation que vous prenez comme vôtres, et dites de cela que ce sont vos croyances, mais il n'y a vraiment aucune chose telle que des croyances.

Il n'y en a vraiment pas.

Les gens accrochent leur chapeau sur des croyances. Ils disent: « je crois ceci. Je crois cela. » Je prétends juste que c'est toute une énorme programmation. Programmation que vous avez autorisée, la programmation qui s’est produite aussi longtemps que les humains ont été autour et même avant cette date, la programmation qui a obtenu plus d’intensité et de profondeur que jamais.

 

Si vous vous sentez dans un humain typique, descendant la rue, juste vous sentir dans leur énergie, ils ont une multitude de modes de consommation énergétique chaotiques et des lignes provoquées par beaucoup de programmation. Programmation qui n'est pas réellement cohérente, qui ne suit aucun beau chemin – elle est partout.

Une personne peut avoir la conviction qu'elle s'aime et se détester en même temps, que le monde est bon, le monde est mauvais, que l'eau est froide ou chaude, toutes ces choses. Et celles-ci - ce qu'ils appellent croyances, ce que j'appelle programmations - sont incompatibles, et finiront par les conduire à un effondrement total, si elles croient en leurs croyances. Dépression nerveuse, si elles croient en leurs croyances.

Ainsi, nous allons apprendre et découvrir qu'il n’y a pas de croyances, que c'était toute la programmation, et nous allons apprendre comment libérer cette programmation, Linda; comment s'en libérer plutôt que de la combattre. Comment comprendre que ce n'est pas la vôtre, plutôt que prendre la culpabilité et la souffrance, en pensant que vous l’avez créé et que vous êtes une mauvaise personne et tout le reste de cela. Nous allons aller au-delà des croyances.

 

Pouvez-vous vous imaginer un instant être sans croyance ? Je ne le crois pas. (Adamus glousse)

Imaginez un instant avoir la liberté sans croyance aucune. Certaines personnes pourraient dire: «Mais alors, qu'est-ce que je dois faire? Qui suis-je? Que dois-je ...ce qui a fait partie de mon identité, c'est d'avoir mes convictions ». Et elles vous blessent réellement plus qu’elles ne vous aident.

En fait, vous créez de nouvelles croyances basées sur la vieille programmation pour essayer de régler des choses ou d’avoir des choses plus douces dans votre vie, mais ce que vous faites vraiment les cache, les balaye sous le tapis. Donc, nous allons aller au-delà des croyances cette année. Nous allons libérer les croyances jusqu'à –vous mettre à nu - sans croyances.

 

~ Aucun Pouvoir

 

Cette année, nous allons aussi découvrir quelque chose dont Tobias a parlé il y a plusieurs années mais qui, en réalité, n'a jamais vraiment été vécu profondément - qu'il n'y a pas de pouvoir. Il n'y a pas de pouvoir et pas besoin de cela. Ce monde - et la plupart des autres mondes - fonctionnent sur la conviction du pouvoir. Les gens cherchent. Les gens essaient de l'obtenir. Les gens essaient de le voler aux autres. Le pouvoir est aussi ... yeah (à Linda), «aucune Puissance» ou «Impuissance. « Il n'y a pas besoin de puissance. Mais regardez vos nouvelles. Regardez d'autres personnes. Il y a des jeux de pouvoir en cours.

 

Le pouvoir est aussi une partie de l'ensemble de ce dilemme énergétique auquel non seulement ce monde, mais d'autres parties de cet univers sont confrontés en ce moment en raison de la croyance au pouvoir.

Le pouvoir donne une sensation de force et de dignité et ils se sentent comme s’ils avaient une identité, comme s’ils avaient un but. Alors ils essayent d'acquérir du pouvoir. La meilleure façon de le faire c’est de quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre pour croire qu'ils sont meilleurs que vous. C'est du pouvoir psychique - en prenant littéralement leur part d'énergie, se mettant au niveau de leur voler leur part des choses.

 

La plupart des gens tirent la puissance à travers le sexe. Ils pensent que c'est agréable, mais c'est vraiment un jeu de pouvoir. Vraiment. C'est pourquoi toute l'expérience avec le sexe pour la plupart des êtres humains n'est pas ce qu'elle pourrait être. C'est pourquoi il y a une industrie incroyable en ce moment sur la base des pilules pour rendre aux hommes une érection qui dure quatre mois ou quoi que cela se trouve être. (Rires) Quatre jours, je ne sais pas. (Plus de rires) Je n'ai pas ce problème. Je ne suis pas dans le corps physique. (Plus de rires)

 

Les humains - et d'autres êtres, pas seulement les humains, il y a aussi bien beaucoup d'aliens- qui sont dans un jeu de puissance constante, la volant aux autres. Vous le voyez sur la Terre tout le temps, tout le temps - les politiciens et les gens d'affaires et les militaires. Chaque fois que vous voyez une soudaine flambée militaire, c'est juste quelqu'un qui a besoin d'un peu de puissance. C'est très vrai.

 

Donc tout ce jeu de pouvoir se passe partout. Le fait est que vous n'en avez pas besoin. Le fait est, que vous n'avez vraiment pas besoin d'énergie pour exister. Vous pouvez exister sans énergie. Mais le fait est que l'énergie est là en grande quantité pour vous servir.

Le pouvoir est une distorsion ou une manipulation de l'énergie. Nous allons apprendre à être impuissants, comment ne pas l’actionner littéralement en vous-même, comme tant d'entre vous le font toujours, et ne pas utiliser le pouvoir ou monter en puissance avec d'autres personnes. Oui, cela fait partie de l'École de l'énergie sexuelle, une extension de cela. Ainsi, cette année - aucun pouvoir, et aucun besoin de cela. Aucun besoin de cela.

 

Pourriez-vous imaginer n’avoir besoin d'aucune sorte de pouvoir - le pouvoir financier, ne pas avoir besoin de lui ou de manque financier, du pouvoir de la santé, de l'alimentation biologique, de toute forme de pouvoir sur d'autres personnes.

Un grand nombre d'entre vous, dans l'expérience passée, les vies antérieures, sont entrés dans le jeu des énergies psychiques avec les autres, ce qui est ... oui, tout le reste de cela. Vous avez appris comment utiliser votre énergie, vos talents, vos capacités psychiques avec les autres, et beaucoup d'entre vous souffrez toujours de cela parce que quand vous jetez un sort à quelqu'un, il s’étend vraiment sur vous. C'est le problème avec la sorcellerie.

C'est pourquoi je ne suis pas un grand fan de cela, parce que tout ce que vous faites c’est de l’étendre sur vous aussi.

Vous êtes entrés dans toute cette histoire de pouvoir, d'abord pour vous protéger ou pour défendre vos familles ou tout autre, mais vous êtes entré en elle, et c'est un cycle qui est difficile à briser. Il est très difficile d'éclater le cycle du pouvoir, c’est très difficile de sortir de là, mais vous allez découvrir comment le faire facilement.

  

~ La Connaissance

 

Le point suivant sur la liste des révélations, nous allons l’appeler conscience, mais il s’agit vraiment de comment vous écouter vous-même. Vous savez tout ce qu'il y a à savoir. Vous ne le savez pas encore. (Quelques rires étouffés) Vous savez ce qui est bon, mais vous vous promenez en disant: «Je ne sais pas."

Vous prétendez que vous ne savez pas ce qui est bon pour vous. Je ne parle pas de droit en termes de jugement, mais de ce qui est approprié pour vous.

 

Alors vous marchez autour indécis, puis l'énergie cesse de se déplacer et alors vous devenez frustrés et puis quelqu'un utilise la puissance sur vous et tout à coup vous êtes dans ce piège de l'énergie. Nous allons entrer dans l'écoute de vous-même. Maintenant, c'est difficile à faire et je mentionne ce dernier, ou près du dernier, parce que vous devez venir ici (au premier élément de la liste, «Vous») et d'abord être en mesure de vous écouter.

Vous savez déjà ce qui est bon, mais vous êtes rattrapés ici (la tête) en doutant et en pensant que vous ne savez pas. C'est pourquoi c’est tout simplement terrible quand vous dites: "Je ne sais pas», parce que vous savez.

 

Nous irons à travers quelques expériences pour découvrir que - et certaines d'entre elles vont être très gênantes pour vous en cette année - pour faire ce que vous savez être juste. Vous le savez déjà, et vous laissez les autres vous influencer. Vous vous neutralisez même. Nous allons sortir de cet engrenage. Vous savez déjà ce qui est juste.

L'illumination n'est pas quelque chose que vous pouvez étudier. L'illumination n'est même pas vraiment quelque chose que vous pouvez apprendre de quelqu'un d'autre. L'illumination n'est pas un cours.

L'illumination est permettre. L'illumination est, pourrait-on dire, de faire confiance. L'illumination connaît.

 

Donc, dans notre découverte, nous allons faire exactement cela.

Prenons une bonne respiration dans la découverte.

 

Je vais résumer tout cela en disant: cette année, nous allons entrer dans l'expérience de celle-ci.

Nous allons entrer dans l'expérience. L’expérience, eh bien, vous savez ce qu'est une expérience.

L'expérience est une expérience.

Vous allez sur un bateau dans des eaux très rugueuses, une tempête tout autour de vous, et vous vous demandez si ce bateau va couler. Cela fait partie de l'expérience. C'est cette adrénaline, je suppose, de, vous savez, «qu'est-ce qui va arriver au bateau ? Qu’est-ce qui va m'arriver? " C'est juste une expérience. Vous continuez à exister.

Que je sache.

 

Prenons une profonde respiration et ayons une expérience. Oui.

 

La Conscience

 

Donc, la première expérience, dont nous allons parler est l’«état de conscience». L’état de conscience.

La conscience est conscience. Il ne s'agit pas de penser. Fondamentalement, il y a très peu de liens, de chevauchement entre la pensée et la conscience. Vous ne pouvez pas penser votre chemin dans la conscience. Vous ne pouvez pas. Vous avez essayé. Vous avez essayé de penser. Vous pensez: «Je suis ce que Je Suis» - haussement d'épaules - mais vous pouvez en faire l'expérience et vous pouvez avoir la conscience de ceci.

La conscience est la sagesse. La conscience est la sagesse profonde. La conscience n'est que le "aha" que vous obtenez. En ce moment vous vous êtes permis beaucoup d'expériences qui vous ont préparés pour de nouveaux états de conscience, mais - cette question avec le mental - vous pensez à ce sujet. Vous vous demandez et vous vous inquiétez. Donc, cela s’est arrêté. Cela attend juste.

 

La conscience est presque quelque chose que, lorsque vous avez l'expérience de la conscience, vous ne pouvez presque pas l'expliquer.

Comme je le disais à l'égard de Dieu, vous avez failli ne pas la vouloir. Vous ne vouliez pas la polluer avec des mots ou des pensées ou avoir d'autres vous attaquer pour elle.

Un état de conscience doit être souple, mais pour la plupart il est très rigide, il est très linéaire. En d'autres termes, ils doivent avoir un événement précédant un autre et un autre pour atteindre des niveaux de conscience.

Vous ne pouvez pas, et ce sont des mots en gras, mais vous ne pouvez pas développer votre conscience – appelons cela-ouvrir votre conscience - par la pensée. Vous ne pouvez pas. Vous ne pouvez pas. Vous pouvez augmenter un peu votre façon de penser, mais vous ne pouvez pas augmenter votre conscience.

La plupart des gens pensent à propos de l'illumination ou réfléchissent sur la conscience, et alors ils vont - c'est amusant au premier abord - mais alors ils vont dans un cercle et ça coince et votre corps devient coincé, votre mental est coincé, et cela peut devenir très déprimant.

 

La plupart des personnes pensent en termes de conscience très linéaire. En d'autres termes, vous faites une chose à la fois, un niveau de conscience. Alors qu'en réalité, la conscience est à plusieurs niveaux, multidimensionnelle. Vous pouvez avoir plusieurs états de conscience en même temps. Plusieurs états.

Maintenant, le mental n'aime pas ça du tout. Le mental dit : «Je ne peux pas comprendre. »

C'est bien. Vous ne pouvez pas comprendre Dieu, l'illumination, vous-même, la vie ou quoi que ce soit d'autre. Vous ne voulez pas. Il s'agit de l'expérience de ceux-ci.

 

Lorsque vous vous permettez de faire l'expérience, pour l’élargir, la conscience prend naturellement la sagesse, la distille et l'amène dans l'âme même, dépouillée de tous les faits et des chiffres et des détails et de ce que vous pensez que sont les traumatismes et tout le reste. Distillant tout ça. Respirant cette sagesse. Trouvant que ce que vous dites, est la joie dans l'ouverture de la conscience.

La conscience n'est pas quelque chose que vous acquérez. Vous n'allez pas sortir et obtenir plus de conscience. Vous développez ou vous devenez conscient de la conscience que vous avez déjà. Quand la conscience est combinée avec l'expérience, vous mettez les deux éléments - l'expérience de la vie, par exemple, peu importe la difficulté ou le merveilleux, ce n'est pas vraiment important, vous combinez cette expérience avec la conscience crue, vous les amenez ensemble - maintenant vous avez quelque chose de presque indescriptible.

La conscience elle-même est comme un calice vide, un récipient vide. Elle est là. Elle existe et maintenant elle veut se remplir avec l'expérience, avec la réalité, avec l'expérience sensorielle d’elle-même.

La conscience connait alors conscience, ou se connecte à la conscience, d'une manière beaucoup, beaucoup plus profonde.

Vous, Marc, allez dire à vos étudiants qui s’en viendront à vous, "C'est une question de conscience.

C'est une question de conscience d’aimer se connaître, pour la gloire, la sagesse, pour le Je Suis.»

La conscience réellement ne se soucie pas du tout si c'est une bonne expérience, si vous êtes mieux maintenant que vous ne l’étiez il y a 14 ans. Elle se soucie seulement de l'expérience. Se souciant juste, d’aimer juste l'expérience. Voilà tout. Elle n'a pas de jugement. Elle n'a aucune croyance.

 

Plongée dans la conscience

 

Alors prenons une grande respiration, et si nous pouvions baisser les lumières s'il vous plaît, et John nous voulons une belle musique de la conscience. Et je ne vais pas appeler cela un merabh. C’est juste. C’est entrer dans un état de conscience.

Maintenant, la chose intéressante ici, comme nous tamisons les lumières et mettons une peu de musique légère, * vous ne pouvez pas y penser, mais vous pouvez le sentir et l'expérimenter. Je vous invite donc à faire exactement cela. Vous ne pouvez pas forcer. Vous ne pouvez pas.

* Une piste de Liquid Mind

 

Ce n'est pas un objectif. Il ne s'agit pas de faire bon ou mauvais. Vous ne pouvez pas faire mal.

L'état de conscience est l'endroit où votre conscience est à ce moment-là.

Une partie de votre conscience est ici, dans cette salle ou partout où il vous arrive d'être à l'écoute d’elle. Une partie de votre conscience est dans votre corps. Vous êtes toujours conscient de ce corps physique. Une partie de votre conscience avance sur la pointe des pieds dans le demain et le jour suivant – comme d’aller dans l'avenir.

Une partie d’elle est sur ce qui s'est passé hier, l'an dernier, la dernière vie. C'est très linéaire, vous voyez.

La prise de conscience, la conscience a été concentrée sur vos croyances, vos perceptions, vos craintes et vos envies. Mais il y a tellement plus de conscience, la conscience, qui est déjà là. Vous pouvez prendre une profonde respiration et lui permettre de se développer (NDI : ou de s’expanser).

 

(Pause)

 

Le plus drôle, c'est que rien ne se passe. Ah - ou tout au moins rien que le mental puisse comprendre tout de suite.

Comme vous prenez une profonde respiration et permettez à l'état de conscience de s'ouvrir et de s'élargir, il y a une partie de vous, le mental, qui dit: «Oui, mais je n'ai pas de sensation. Rien ne se passe.» Mais pourtant cela est. Cela est parce que vous permettez, parce que vous l’avez choisi, parce que c'est votre putain de conscience et vous pouvez faire ce que vous voulez avec elle. Elle est.

C'est l'ouverture à vous-même, ce qui rend votre conscience plus souple de sorte qu'elle n'est pas seulement centrée sur cette réalité humaine, donc ça ne vient pas seulement à travers les filtres du mental.

 

Prenez une respiration profonde ... dans l'état ouvert de la conscience.

(Pause)

 

Au début de notre Shoud, aujourd'hui, je vous ai demandé de m'inviter, en vous, dans votre corps - oui, c'est vrai dans votre corps physique - et dans votre mental. La plupart d'entre vous étaient ouverts et confiants et assez audacieux pour le faire.

Maintenant, nous sommes ici, encore une fois avec la nature ouverte et confiante, de prendre une profonde respiration et de vous permettre d'ouvrir votre conscience. Le mental dit: «Eh bien, que dois-je faire ?"

Rien. Rien.

Une partie de vous est à la recherche d'une réaction. Il ne doit pas y en avoir.

Simplement en permettant, un peu comme ouvrir le faisceau d'une lampe. Le faisceau pourrait être très étroit, éclairer seulement une petite zone. Maintenant, vous pouvez prendre une profonde respiration, ouvrez le faisceau, ouvrez la conscience.

 

La conscience n'est pas la pensée, par la manière. La pensée, l'activité mentale n'a presque aucune conscience à elle, et c'est là que beaucoup de ceux qui ont été sur cette voie de l'illumination ont obtenu de la distraction – à trop penser.

La pensée vous laisse sentir comme vous contrôlez, comme quoi vous faites quelque chose, comme quoi vous pensez. La vraie conscience est sans pensée. Il faut être une personne très audacieuse et confiante pour aller au-delà de la pensée.

 

Beaucoup de personnes s'arrêtent à ce point et disent: «Mais je dois savoir ce qui se passe. Je dois savoir ce qui se passe. Je dois être capable de penser, de comprendre. "Ils disent:« Qu'est-ce qui se passe si je perds le contrôle ?

Si je sors de mon mental ? "

C'est exactement là où nous allons. Nous allons au-delà de la notion de pouvoir et de contrôle de toute façon.

 

Alors prenons une grande respiration.

Il n'y a pas de pensée dans la conscience.

(Pause)

Il n'y a aucun langage dans la conscience.

(Pause)

Il n'y a absolument pas de mathématiques dans la conscience. Aucune.

(Pause)

Et pas de cadre.

(Pause)

C'est quelque chose que vous pouvez vous permettre d'expérimenter.

Si votre mental bavarde maintenant, dites- lui juste de se taire.

(Pause)

Vous vous permettez de venir à de nouveaux états de conscience qui ne nécessitent pas d'énergie, qui n'ont pas besoin de penser.

La conscience est conscience ... ouverture.

Oh, oui, et la simplicité, beaucoup de simplicité dans la conscience. Le mental est complexe, la conscience est simple. Et dans cet état de conscience, de souplesse, de conscience ouverte, vous pouvez commencer à vous sentir de nouveau, sentir de nouveau.

(Pause)

La conscience peut être très ouverte, fluide ... expansive.

Il suffit de prendre une profonde respiration et de permettre.

(Pause)

Dans nos révélations de cette année, vous allez découvrir comment vous êtes un être de conscience.

Vous n'avez pas besoin de penser- vous ne pouvez pas penser - votre chemin en elle. Vous allez vous permettre d'être éveillé, conscient, avec très peu de besoin de penser; difficile pour le mental à imaginer, mais très peu de besoin de penser.

Prenez une bonne respiration profonde ...

(Pause)

La conscience, votre conscience, elle n'est pas détenue ou contrôlée ou manipulée par quelqu'un d'autre.

Pas même Dieu, ou les archanges, ou qui que ce soit. La conscience est «j'existe. J'existe ! "

Et puis elle se dilate en une plus grande conscience, en une plus grande expérience.

(Pause)

 

Un jour, Marc, vous direz à vos élèves que peu de conscience apporte peu d'expériences; de petites expériences apportent peu de conscience. En d'autres termes, vous vous limitez vous-même, vous limitez votre expérience, vous limitez également votre conscience, vous limitez votre conscience, vous limitez votre expérience.

Vous prenez une profonde respiration et, avec une confiance pure, ouverte, vous vous permettez de grandes expériences, vous obtenez une grande expansion de conscience, vous permettez la grande expansion de conscience, vous avez de grandes expériences.

L'expérience c’est juste une façon de se réjouir dans le Je Suis, dans le J'Existe.

 

Dans notre découverte, vous vous rendrez compte que vous n'aurez jamais à vivre à nouveau une expérience comme une leçon. Disons même, que vous ne parlerez plus en ces termes – d’expériences comme des leçons.

Il n'y a pas besoin de leçons. Pas besoin. Vous dites: «Qu'est-ce que l'Esprit essaie de me dire ? Pourquoi est-ce arrivé ? Qu’est-ce que l’Esprit essayait de me dire ? "L’Esprit essaie simplement de vous dire" Bonjour. Content que tu sois en vie. Maintenant, qu'allez-vous faire? "C'est là que vous prenez une grande respiration et dites :

« Zut, je vais ouvrir ma conscience ».

Maintenant, je vais demander à John d’éteindre la musique funèbre (quelques rires) afin que nous puissions juste être dans le silence, dans le silence de la conscience.

 

Prenez une bonne respiration et ne pensez pas.

(Pause)

Transcendez de ce besoin de penser et plongez simplement dans la conscience ouverte.

(Pause)

Et je vous demande de faire l'expérience de cela, ce mois-ci, jusqu'à notre prochain Shoud – de plonger dans la conscience - sans y penser, sans réfléchir, sans devoir avoir un but. Plongez dans la conscience qui permet une expérience qui n'est pas une leçon. Plongez dans la conscience sans avoir de structures, de cadres, de filtres, des hésitations ou quoi que ce soit.

 

Maintenant, vous aurez probablement quelques moments à vous sentir dans un haut niveau de désorientation.

C'est juste une expérience. Mais en vous faisant confiance à vous-mêmes, que cela ne va pas affecter votre conduite ou toute autre chose. Lorsque vous ouvrez votre conscience, vous rendez votre conscience plus souple, votre mental va se sentir très chamboulé - plus. Il va se sentir de mauvaise humeur. Une partie de l'expérience est de permettre cela. Juste permettre. Ainsi, dans l'expérience de ce mois, si vous êtes assis à la maison derrière l'ordinateur, ou que vous alliez faire de la marche, il suffit de plonger dans la conscience sans penser, sans structures, sans filtres.

 

Donc, nous allons avoir les lumières de secours. Prenons une bonne respiration, alors que nous commençons notre série Révélations. Une bonne respiration. Ahh! La Conscience. Oh, c'est une chose merveilleuse.

La conscience est ... vous devenez plus ludique avec elle, vous apprendrez que vous pouvez la focaliser - concentrer le laser - où vous voulez. Vous pouvez avoir des focalisations multiples de laser focalisés se passant en même temps. Vous pouvez juste l’ouvrir dans une grande, grande prise de conscience de la conscience.

Vous pouvez la masquer. Vous pouvez la faire très, très petite. Vous pouvez faire ce que vous voulez avec elle.

 

La conscience n'est pas un jeu que vous jouez avec d'autres. Elle est pour vous, pour vous-même.

Ne sortez pas par la porte et commencer à zapper les autres avec votre conscience. C'est alors que vous allez commencer à vous faire zapper en retour.

Vous verrez que la conscience est malléable. La conscience est quelque chose avec laquelle vous pouvez jouer et travailler. C'est la vôtre, je veux dire que c'est votre âme, mais vous avez été très rigide avec elle. Vous avez été programmé pour être très rigide avec elle. Vous avez eu le système de croyance que vous continuiez à ajouter à la conscience ou obteniez petit à petit de la conscience. Pas du tout. Pas du tout. Vous pouvez avoir autant de conscience en vous que vous le souhaitez.

Cela va provoquer des conflits intéressants avec le mental et avec certaines de vos pensées, et c'est pourquoi je dis que les croyances vont s’en aller tout droit par la porte avec la conscience. Aussitôt la porte passée.

 

Prenons une bonne respiration jusqu'à notre prochaine rencontre. Il s'agit de l'état flexible de la conscience.

Et quels sont ces mots que j'aime entendre ?

LE PUBLIC: Tout va bien dans toute la création.

ADAMUS: Et il en est ainsi.

Je vous remercie. Vous avez terminé tôt aujourd'hui. Je vous remercie. Je vous remercie.

(Applaudissements du public)

 

© Copyright Geoffrey Hoppe 2013

Adamus® canalisé par Geoffrey Hoppe , secondé par Linda Hoppe

Vous pouvez distribuer librement ce texte, dans son entièreté, sur une base non commerciale et gratuite, y compris ces notes. Toutes autres utilisations doivent être approuvées par écrit par Geoffrey Hoppe, Golden, Colorado.

Voir la page des contacts sur le site Web : www.crimsoncircle.com Golden, Colorado USA 80403 Toutes les photos sont de Dave Schemel

Pour voir toutes les photos http://www.crimsoncirclephotos.com/

 



13/10/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres