SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SHOUD 5 - KHARISMA - 31 DÉCEMBRE 2014

Adamus Saint-Germain

 

Série KHARISMA – Shoud 5

Présenté au Crimson Circle le 31 DECEMBRE 2014

Canalisé par Geoffrey Hoppe assisté par  Linda Hoppe

www.crimsoncircle.com

 

 

KHARISMA 5

NOTE IMPORTANTE:

Cette information n’est probablement pas pour vous,

sauf si vous prenez l'entière responsabilité de votre vie et de vos créations

***



 

Je suis ce que Je suis, Adamus du domaine souverain.

 

Magique. Vraiment magique. La musique, le moment, tous et chacun d'entre vous. Merci, cher Yoham. Il y a plus à venir, donc ne vous détendez  pas trop. Hmm.

Magique. Oh ! Parce que ... (une femme Shaumbra vient lui tendre une tasse en cristal remplie de café) Oh, ma chère! Oh, ma chère !


SHAUMBRA 1: Je vous présente outrageusement et avec audace...

ADAMUS: Une tasse digne ...

SANDRA: ... Une tasse en cristal.

ADAMUS: ... d’un Maître.

SANDRA: Café avec crème.

ADAMUS: Oui. Ahh! Merci. (Applaudissements) Et pas des tasses en papier ou en plastique pas chères pour un Maître. Non. Non. En cristal … du véritable cristal

EDITH : Est-ce que c’est celle de Leslie ? (Adamus hausse les épaules ; quelqu’un dit «Non»)
 

 

 


Magique

 

 

ADAMUS : Magique, chers Shaumbra, parce que pendant que la musique jouait, tout a été téléchargé. Cela a été effectivement téléchargé un jour – peut-être pour certains d’entre vous, il y a une semaine. Mais vous avez obtenu d’écouter la musique. Vous avez obtenu de la sentir. Ah, vous avez obtenu d’entendre la musique.

 


Ce qui n’avait pas été entièrement téléchargé auparavant est entré, a traversé maintenant. C’est la beauté de la vie. Vous n’avez pas à passer par la corvée, la tristesse, l'ennui de l'expérience quotidienne de tous les jours pour démêler les choses dans le linéaire. C’est livré dedans juste comme ça. Tout ce dont nous allons parler dans le Shoud aujourd'hui, est déjà fait avec et à travers la musique, pendant que la musique jouait dans ce moment de détente où vous avez oublié votre bras cassé, ma chère. Ah, il peut guérir rapidement et qu’aucune autre partie de vous ne se casse pendant un certain temps. (Quelques rires)

 

SHEEMA: Ça alors, merci.

ADAMUS: (Rires) Ouais, " Ça alors, merci. (Plus de rires) C’était enthousiaste.

 

Magique dans ce beau moment, tout est là. Tout. Tout sur ce Shoud, chaque bit de sagesse, tout ce que vous allez obtenir – est déjà là. C’est la beauté de votre vie quotidienne. C’est déjà là. Cela a déjà été téléchargée ou est en cours de téléchargement; "téléchargé" signifie venir à votre conscience.

 

Vous vous rendez compte qu’il n'y a vraiment rien à atteindre, rien pour quoi lutter, rien à attendre de l'ancien, de la façon d’avoir un but. C’est aussi simple que ça.

Maintenant, la beauté, c’est que vous avez à écouter la musique, puis Tout arrive, se télécharge... (Adamus prend une gorgée de son café) Oh, tout va bien. Vous pouvez jeter cela loin (à Linda), quelles que soient les eaux grasses et la consommation d'alcool de Cauldre.

 

Tout est téléchargé, mais la beauté c’est que maintenant vous avez l'expérience de la musique, et que maintenant vous pouvez en faire l'expérience de façon un peu différente avec plus de joie, plus d’ouverture, sans chercher à obtenir quelque chose au dehors, mais simplement de recevoir ce qui est déjà là. Cela va être la vie allant de l'avant, où vous pouvez être dans cette connaissance que c’est déjà là, et en faire l'expérience d'une manière beaucoup plus joyeuse.

Je sais que certains d'entre vous ont eu l'expérience où vous avez essayé d'écouter si profondément de la musique ou une conférence ou une tonification ou joué avec des boules de cristal pour essayer d'obtenir quelque chose d’elles, de peur que vous puissiez manquer quelque chose. Vous n’allez pas le faire, parce que c’est déjà là. Si beau, si simple, si propre.

 

Maintenant, vous arrivez à avoir, ce que vous appelleriez, une réaction émotionnelle pendant que vous écoutez de la musique maintenant, tout en étant à l'aise, parce que vous n'êtes pas là à essayer d'obtenir quelque chose d’elle, vous ne cherchez pas à en faire quelque chose, vous n’essayez pas d'obtenir qu’elle vous guérisse ou de vous guérir. Maintenant, vous pouvez juste en profiter, et vous pouvez avoir, ce que vous appelleriez, l’émotionnel ou une réponse sensuelle en elle. Vous pouvez vous asseoir et vous détendre et vraiment en profiter.

 

Cette réponse émotionnelle avec laquelle beaucoup d'entre vous, par la manière, sont dans un  tel conflit - un minute à essayer d'avoir une réponse émotionnelle et la minute suivante ne cherchant pas à avoir une réponse émotionnelle; un moment à essayer de sentir quelque chose, l'instant d'après à essayer de l'éteindre parce que vous sentez – qu’elle change trop brusquement. Maintenant, la réponse émotionnelle et sensuelle est juste un assaisonnement – votre assaisonnement. L'émotionnel et la réponse sensuelle sont juste un arôme maintenant- votre assaisonnement.

 

L'assaisonnement. C’est un bel extrait dans lequel vous mettez les ingrédients de votre vie. C’est maintenant, un arôme qui donne ce goût unique, spécial - votre goût à votre vie. Ah! Maintenant, vous pouvez même ajouter cet ingrédient d’émotion et surtout de sensualité à tout ce que vous faites, confortablement, en sachant que c’est déjà là.

 

Maintenant, certains d'entre vous pensent un peu trop à ce sujet - "Maintenant, comment ça se fait" Eh bien, je peux vous dire. C’est la façon naturelle des choses. C’est la façon naturelle, cela doit se produire. Vous ne devriez pas avoir à travailler si dur et lutter si dur.

C’est déjà là. Qu'il s’agisse d'un emploi, que ce soit une idée ou une réalisation, qu'il s’agisse de quelque chose, c’est déjà là. Nous allons y revenir d'ici la fin de notre Shoud, mais se rendre compte que la finalité est déjà là.
 


Adieu à l’ancien

 

Cela a été une année intéressante. Nous avons commencé l'année ... (il y a une certaine distorsion du microphone) une si grande voix aujourd'hui. Nous avons commencé l'année en écartant fondamentalement tout le monde, en disant essentiellement qu'il était temps de sortir, de quitter.

 

Vous vous rappelez quand la pente était ardue, j’avais demandé à tout le monde de partir. J’ai même demandé à ceux d'entre vous qui regardaient en ligne, de quitter leur chambre, votre propre maison.

 

C’était un acte symbolique de dire, «Je vais aller m’engager, rester engagé dans mon illumination ou je vais retourner dans le vieux monde, les vieilles habitudes. » Pas de jugement. Cela n'a pas vraiment d'importance. Mais c’était un acte très symbolique pour dire êtes-vous prêts? Êtes-vous vraiment prêts?

Presque chacun d'entre vous est revenu. Quelques-uns ne l'ont pas fait, mais presque tous  sont revenus. Mais ils demandent encore tout à ce sujet, où nous allons, ce qui va vous arriver?

 

Nous sommes ici. Ce n’est pas un hasard que nous ayons ce Shoud très spécial toujours en cette année. Oh, c’est l'approche des dernières heures, mais toujours dans cette année (NDI :2014). Ce qui est parfait c’est que nous ne le faisons pas dans la nouvelle année.

 

C’est comme nos serre-livres - au début de l'année en disant: «S’il vous plaît partez si vous n'êtes pas prêts", puis vous passez vraiment toute l'année à vous sentir vraiment dedans, à vous le permettre vraiment, «Êtes-vous prêts?" - Et nous voici dans ces  heures finales, les dernières heures et cette la décision finale, finale. Une décision qu’en fait, chacun d'entre vous a déjà prise.

 

Nous allons donc utiliser cette occasion, ce moment, peut-être avec quelques sentiments de peur, effrayants, mais nous allons utiliser cette occasion pour le véritable adieu au vieux moi limité, le moi craintif, le moi humain linéaire, le moi qui avait à s’identifier à un passé, le moi qui se demandait ce qui allait se passer à l'avenir. Profitons de cette occasion pour un véritable adieu : à se perdre, à se confondre, à se demander ce qui va se passer. Profitons de cette occasion pour dire adieu au doute. Oh, le doute, une couverture puante si laide, mais que vous portez encore autour. Pourquoi? Pourquoi? Vous vous demandez pourquoi. Je vous demande pourquoi. Pourquoi? Pourquoi voudriez-vous transporter cette vieille couverture vraiment grotesque du doute? Mais parce qu’elle vous donne un certain degré de confort.

 

Je pense qu'il y a un confort étrange en lui. Vous pensez que si vous ne doutez pas de vous-même, que vous allez faire quelque chose, que vous allez agir d'une manière non convenable. Ainsi vous avez mis cette limitation. Ce doute est un peu comme votre système de freinage. Vous devez douter de vous, obtenir de jeter le doute, là, juste pour vous assurer. Mais nous allons utiliser cela aussi comme un temps pour dire adieu au doute.

Je vais le dire en termes très humains, des termes très linéaires. Qu'avez à perdre? Si vous laissez aller le doute, si vous ne vous laissez pas prendre dans le doute, plutôt, si vous n’êtes pas pris par le doute, qu’est ce qui va arriver de pire – que vous fassiez quelque chose de bizarre comme celle de devenir un Maître? Si vous laissez aller le doute, hmmm, est-ce que votre lumière va briller? Est-ce que vous allez avoir le charisme? Est-ce que vous allez laisser le vrai Vous sortir?

 
Le doute est comme une prison. Le doute est une limitation, et effectivement beaucoup d'entre vous ont été tellement habitués à douter, ce démon, ce fantôme; vous avez été tellement habitués à accepter qu’il soit juste là et qu’il continue à revenir, que vous allez être toujours en lutte contre ce doute. Vous pouvez le laisser aller dès maintenant. Vous allez avoir à lâcher ce qui lui donne toute sorte de crédibilité, n'importe quelle sorte d'énergie. Vous allez laisser aller ce doute

 

Le doute est un tel égouttoir de l'énergie, comme vous les sceptiques, le savez. (Adamus glousse) Douter de vous-même, un tel égouttoir de l'énergie. Il vous sape l'énergie. Le doute est l'un des parents du virus de [l'énergie sexuelle].

 

Lorsque le doute pénètre dans votre esprit, il gèle en quelque sorte votre esprit, et puis il pénètre de plus en plus profond. Ce doute devient plus laid et plus laid, et ce qui se passe, c'est que vous ne faites rien parce que vous vous êtes vous-même mis dans le doute. Vous ne faites même pas... vous ne faites rien. Vous êtes figés. Vous êtes coincés. Cela ne vaut pas la peine.

 

Ainsi quelle année cela a été de dire: «Êtes-vous vraiment prêts pour l'illumination incarnée? Etes-vous vraiment, vraiment prêts pour cela? "Vous avez eu une année complète pour l'examiner, pour penser à ce sujet, pour vous sentir en cela.

 

Il y a eu, pendant des années, des fois, où vous pouviez sentir votre passion pour elle si profondément. Vous saviez un jour que c’était tellement réel et le lendemain, le doute. Le lendemain, "Qu’est-ce que je dois faire?" Le lendemain, vous vous compariez encore à d'autres personnes. Le lendemain, toujours à penser d’où vous veniez, à votre passé et toutes les choses stupides que vous avez faites et ainsi de suite. Ce doute mis sur votre chemin. Uh-uh.

 

Après un certain temps, mes amis, cela devient une manière bizarre de vivre - entre la passion pour votre réalisation et puis tout le doute. Disons adieu à tout cela, dans ces dernières heures - ainsi, certains d'entre vous de l'autre côté du monde, vous êtes déjà dans la nouvelle année, mais revenez ici juste une minute de ce côté du calendrier. Nous allons utiliser ce temps pour dire adieu à cela.

 

Je vais demander l'accompagnement de la musique par mon groupe de musique préféré dans le monde entier, Yoham, et prenons l'occasion tandis que la musique douce joue de dire adieu.

Dire adieu - un moment cela semble vraiment bon - «Bon! Je suis heureux de me débarrasser de tout cela "- mais alors le doute vient dedans. C’est comme,." Haahhhh! Mais qu’est-ce que je fais? Puis-je vraiment dire adieu? "Vous voyez comment le doute fonctionne? "Puis-je vraiment dire adieu? Ou est-ce juste une petite expérience musicale agréable de cinq minutes, un gentil petit bien-être, mais s’en retournant au même endroit le lendemain ? "C’est totalement à vous; totalement à vous. Vous pouvez dire adieu à tout ce vieux moi.

(La musique commence)

 

Dites adieu au doute, à la consternation. Oh! Parfois ... Je vous aime tant, vous tous, mais parfois je regarde dans vos vies. Je regarde dans ce que vous mettez à travers. La lutte. Le tourment mental. La remise en cause de qui vous êtes. Et je crie sur vous à des moments et vous dis: «Laissez aller."

 

Vous obtenez un grand sourire sur votre visage, puis la minute suivante, vous êtes comme, "Oh, mais puis-je tout laisser aller?» Et «Suis-je digne de vraiment laisser aller? Que dois-je faire pour laisser aller? Dois-je faire une sorte de thérapie de l'eau pour laisser aller? "Non, la ferme. (Quelques rires) Laissez juste aller. C’est aussi simple que ça. Ça l’est vraiment.

 

Nous allons donc utiliser cette occasion avec la musique pour laisser aller. Adieu. Adieu au vieux moi. Non pas qu'il y ait quelque chose de mal en cela, autre que votre point de vue. Votre point de vue.

 

Le vieil humain est très bien, mais il fallait avoir un point de vue de celui-ci et un combat avec lui. Oh, ce combat avec le vieil humain. Un jour, vous gagniez la ronde; le lendemain, il gagnait la manche. Mais il ne s’arrêtait pas à neuf tours. Il gardait d’aller jour après jour après jour. Disons adieu à votre point de vue du passé, à votre combat avec vous-même.

 

Prenez une bonne respiration. C’est vraiment aussi simple que permettre.

 

Pour ceux d'entre vous qui ont besoin d'un peu de justification mentale, s’il vous plaît comprenez que ce vieil humain n’est pas plus heureux avec vous que vous ne l’êtes avec lui. En d'autres termes, que la perception du vieux soi, est qu’il veut aussi bien sortir de ce piège.

Il n’aime pas ce rôle. Il n’aime pas le dégout que vous avez pour lui et la peur que vous avez pour lui et le dédain et tout le reste de cela. Il est fatigué du jeu.

 

Vous voyez, que l'ancien moi n’est pas ce que vous pensiez qu’il était. Il veut se révéler - votre soi - dans sa plénitude, dans sa richesse. Il ne veut pas être tenu à une sorte de conscience de limitation dans laquelle vous vous êtes tenus. Il ne veut pas plus vous combattre. Vous le mettiez dans la position où il devait le faire. Vous l'avez fait vous combattre.

 

On pourrait dire que le vieux moi est l'accumulation de beaucoup d'expériences, d'échecs - au moins de votre point de vue - les échecs, les trahisons pour vous-même et d'autres, les luttes, le vieux soi avec beaucoup de tristesse. Je ne dis pas que tout était rude, mais beaucoup de lui l’était.

 

Il était fatigué de la position dans laquelle vous le mettiez, vous le mettiez dans votre passé. Et dans une très belle expérience simple, ici, parfois connue comme un merabh, vous pouvez simplement laisser aller.

 

Vous n’avez pas à avoir une pensée pour lui. Vous n’avez pas à faire pression sur lui. Vous n’avez pas à en découdre. Il suffit de dire au revoir. Cela prévoit des changements considérables dans l'énergie et la conscience.

 

Je vais vous le poser différemment. La conscience que vous avez de votre passé est très limitée. Le degré de conscience que vous déteniez dans votre passé est très limitée.

 

La Conscience est, disons, une lumière, un charisme qui brille dans l'éclat, dégagé, éhonté, indéfinissable même. La Conscience - ce beau cristal illuminé.

Mais ce que vous avez de votre passé, que ce soit une vie passée, que ce soit quelque chose dans cette vie, la conscience est généralement placée dans des choses comme l'échec et la lutte, la misère, la souffrance, les traumatismes.

 

 

 

La conscience que vous avez de votre passé n’est pas la vérité. Pas la vraie vérité.

 

Mais vous mettez ces petites particules de conscience au niveau des points les plus difficiles, déprimants et sombres de votre passé. Et là, elles s’assoient, ces petites particules de conscience limitée, puis elles sont séparées de la conscience principale, qui est votre divin, votre Soi gratuit. C’est encore la conscience, mais elle commence à revenir à vous dans la mémoire et la pensée limitée. C’est encore la conscience de votre passé, mais maintenant elle revient à vous d'une façon très perverse – des mauvais souvenirs, de l'énergie bloquée, les fantômes, les doutes et les ténèbres.

 

Votre passé, il ne veut pas cela. Vraiment pas. Il ne veut pas de cette limitation. Il veut la pleine conscience, la pleine lumière ... illimitée.

Je vais le dire encore et encore et encore jusqu'à ce que le pop-corn commence à éclater, mais votre passé n’est pas ce que vous pensez qu’il est, Dieu merci. Votre passé n’est pas comme ce dont vous vous souvenez.

 

Il y a ceux qui se battent pour leur passé. Il y a ceux qui solidifient leurs histoires de leur passé, mais des histoires qui ne sont tout simplement pas vraies. Il y a ceux qui disent ces histoires encore et encore pour eux-mêmes et pour les autres, et elles ne sont tout simplement pas vraies.

 

(pause)

 

 

Le passé, il mérite autant la conscience que le présent. Il mérite autant de charisme que l'avenir.

 

(pause)

 

Disons adieu à la perspective - à l'ancien point de vue - du passé.

 

 

Et c’est bien ici pour avoir une émotion ou une réponse sensuelle. C’est beau de sentir ce que c’est – d’avoir des particules limitées de conscience qui ont été incorporées dans le passé.

 

C'est bien de sentir ce que j'appellerais la sécheresse, la stupidité et l'angoisse du passé. Grâce à la musique, je vais prendre un moment et vous transmettre; Je vais canaliser à travers la musique ici. Je vais canaliser comment c’est quand vous lâchez les limitations du passé, de toutes vos expériences, de toutes vos vies même, et que ce soit gratuit. Laissez-leur le charisme complet qu'elles méritent. Laissez-vous être libre de toutes limitations que vous leur avez mis dessus.

 


Par le biais de la musique, je vais canaliser ici ce que je vois réellement dans le passé que vous avez eu. Pas ce que vous voyez, pas même comment vous vous êtes limités vous-mêmes, pas comment vous vous êtes vous-même fait souffrir.

 

Par le biais de la musique, je tiens à canaliser en chacune et chacun d'entre vous, la beauté, la beauté de la libération des limitations du passé. Prenons une grande respiration, comme nous allons profondément dans tout cela.

 

(longue pause, en musique)

 

Vous voyez, le passé n’est pas du tout ce dont vous vous souvenez. Il ne l'est pas. Je vais continuer à dire cela, encore et encore jusqu'à ce que vous l’obteniez. Mais il ne l’est pas. Ce passé, cette chose qui définit vraiment votre présent et votre avenir n’est pas ce que vous pensiez qu’il est.

 

Prenons une respiration profonde et disons adieu aux anciennes perceptions du passé.

 

C’est une chose difficile à faire pour un humain, parce que le passé les définit, c’est ce qu'ils pensent. Le passé leur donne quelque chose à penser et à comparer, à comparer tout le reste. Mais c’est une des plus grandes limitations, parce que le passé n’est pas - pas du tout - ce que vous pensez.

 

Maintenant, l'esprit discutera cela, et il doutera de cela. Il dira: «Non, je me souviens. J’avais un travail de cette date à cette date. Je me suis marié à ce moment donné et j’ai fait ceci et cela. "Ce sont des incidences chronologiques, mais ce n’est pas vraiment le passé. Le passé est vraiment la sagesse qui a été gagnée ou, dans de nombreux cas, pas gagnée. Cela n'a rien à voir avec ce qui s’est passé, la chose spécifique à une certaine date sur le calendrier. C’était la façon dont vous le perceviez. C’était la façon pour vous d’avoir des émotions et des sentiments et des compréhensions à lui.

 

Ce qui se passe c’est qu’un incident se produit et les sentiments sont nombreux. L'esprit les limite rapidement et l'esprit les met dans une petite boîte de stockage agréable et dit, "C’est la façon dont cela s’est passé, émotionnellement et dans tous les autres choses », et alors il cesse de parler de tout cela. Mais ce n’est pas vrai.

 

C’est un grand pas de dire: «Je vais dire adieu au passé. » Un grand pas, parce que d’une certaine façon il y a un sentiment que c’est du déni. Du refus. Et j’ai été accusé de cela à plusieurs reprises – de dire aux gens d'être dans le déni. Pas du tout. Le véritable déni, c’est quand vous avez des particules de conscience intégrées dans les événements du passé limité. C’est le déni.

 

Le déni n’accepte pas et ne permet pas qu'il y ait une pléthore d'expériences et de sentiments et de réactions, une gamme d'entre eux. Vous pouvez avoir une expérience et elle peut varier d'être en mal en bien, tous ensemble, couche après couche de l'expérience de la même chose qui s’est passée. Mais l'esprit se limite et dit: «Non, c’est ce qui s’est passé et c’était mauvais. »

 

Ensuite, vous passez des années et des années à essayer de vous en sortir, mais en ces années de thérapie ou dans tout ce que vous faites pour vous en sortir, ce qui se passe, c’est que vous lui redonnez  plus de définition et plus de crédibilité. Et puis cela se met plus en profondeur et devient plus solide, et puis vous croyez vraiment que c’est le passé.

 

Afin d'expérimenter et d'être le Soi Libre, vous devez libérer votre passé également. Ce n’est pas un exercice mental. Nous n’allons pas rester ici pendant des heures et des heures et les passer à délier les nœuds de notre passé, parce que, encore une fois, c’est un exercice très mental et très inefficace. Mais c’est aussi simple que de s’asseoir ici pendant quelques minutes avec de la belle musique et sentir ce que c’est de libérer les limites de votre passé, de sentir la libération, de sortir de ces définitions étroites de ce qui est arrivé. Cela vous libère. Cela ramène à l'un des enseignements les plus brillants de Tobias - l'avenir est le passé guéri.

 

Donc, mes chers amis, nous allons prendre une bonne respiration profonde avec cela.

 

En parlant de Tobias, les Maîtres sont ici aujourd'hui, un rassemblement très spécial. Nous avons tous ceux qui ont travaillé avec vous dans le passé, allant de Tobias, à Métatron, à Kuthumi, à Saint-Germain - mon préféré - à tous les autres, parce que c’est un tournant. C’est, ce que vous diriez, un moment de vérité ici.

 

C’est un moment de vérité parce que nous ne laissons pas simplement la vieille année; nous laissons derrière un passé limité insouvenu. Je dis insouvenu (NDI : J’ai préféré le mettre ainsi, plutôt que : oublié, comme un nouveau mot, l’essence correspondant plus à mon sens, ainsi qu’au terme employé par Adamus), parce que vous ne vous souvenez pas de ce qui s’est vraiment passé. Nous laissons cela derrière.

 


Comme nous avançons maintenant dans la nouvelle année, dans des temps nouveaux, Cauldre et Linda en ont beaucoup parlé aujourd'hui, cela va être seulement pour ceux qui choisissent et permettent l'illumination incarnée. C'est tout. C'est tout. Pas de place pour autre chose. Pas de place dans le travail que moi-même et les autres Maîtres allons faire avec vous, pas de place pour le doute. Je suis désolé.

 

Et c’est là que vous et moi allons avoir un bras de fer. Vous et moi allons avoir un bras de fer cette année, parce que vous allez dire, vous allez me dire, "je ne peux pas me débarrasser du doute."Vous allez dire, "je dois maintenir une certaine quantité de doute comme un équilibre." Que vous l'utiliserez comme un équilibre pour vous assurer que vous faites la bonne chose.

 

Vous allez me dire que le doute est quelque chose qui vous permet de ne pas faire n’importe quoi, et je vais vous le mettre direct dans votre visage. Un retour direct.

Il n’y a aucune raison pour le doute. Pas besoin de doute.

 

Vous devez être fatigués de lui parce que je suis vraiment fatigué. (Quelques rires)
Prenons une bonne respiration et disons adieu à cette vieille perspective limitée. Libérez-vous. Ce n’est pas un exercice mental. Vous venez de le faire. Vous venez de le faire.
 

 


Adamus Question-réponse

Donc Shaumbra, nous allons avoir un peu de plaisir. Linda avec le microphone s’il vous plaît, mon moment préféré.

LINDA: Mmmm.

ADAMUS: Mon moment préféré. Le temps des questions et réponses - mes questions, vos réponses.    LINDA: Uh-oh   ADAMUS: Oui.   LINDA: Votre plaisir.

ADAMUS: Maintenant, avant que nous procédions, deux choses. Prenons un souffle, un bon - appelons-le - un souffle de déplacement d'énergie. Déplaçons-dedans. (Tout le monde prend une profonde respiration)

 

Et, pour vraiment comprendre la sagesse de ce qui se produit ici quand je pose ces questions ineptes et que vous me donnez des réponses vraiment stupides, déplaçons-nous dans ce qui se passe réellement dans la salle.

 

Eh bien, d’une, c’est une distraction. J’aime les distractions. En deux, cela vous fait entrer dans des sentiments et j’aime quand vous entrez dans votre confusion. (Quelques rires) Non, je le fais vraiment, car cela s’avère être un bon point. Je pose une question et vous commencez à avoir des sentiments. Comme je vous regarde, vous avez deux, trois, quatre sentiments différents, et puis vous devenez confus – "Pourquoi devrais-je avoir tous ces sentiments différents, certains qui pourraient sembler contradictoires» - et alors soit vous arrêtez ou vous en sélectionnez un et pensez que c'est le seul. Non, elles sont tout à fait vraies, toutes les réponses que vous avez en vous.

 


Quand je pose ces questions, vous passez par - shwttt! - Je peux le voir, vous l’obtenez très mentalement, et pensez : "qu’arrivera-t-il si Linda me tend le micro? Quelle réponse vais-je bien donner qui va vraiment vous impressionner tous?" (Quelques gloussements) Et vous vous oubliez vous-même. Vous vous oubliez, et vous oubliez qu'il y a effectivement des couches de réponses, et qu’elles sont toutes tout à fait vraies. Elles sont toutes vraies.

 

Mais avant de faire cela, je veux faire autre chose. Prenons une bonne respiration - et je continuerai de le dire encore et encore jusqu'à ce que le maïs commence à éclater - tout, tout est à propos de votre illumination. Tout ce qui arrive, même ce bâillement que vous faites en ce moment est pour votre illumination. (Adamus glousse)

Tout est à propos de votre illumination. C’est la belle chose. Toute action, tout ce qui arrive avec d'autres personnes, toute votre vie, rien, barre, c’est l'illumination.

 

Maintenant, le plus drôle avec l'expérience que nous venons d'avoir, c’est que même votre passé est maintenant de votre illumination. Vous pensez peut-être, "Eh bien, avant il ne l’était pas, parce que c’était mon passé et que je n’étais pas très éclairé à l'époque," mais maintenant il l’est soudainement. Donc, tout à coup, tout commence à travailler ensemble. Cela crée tout un tourbillon, une tempête, tout un nettoyage pendant que cela se produit. Mais tout, même le bras cassé, est au sujet de votre illumination. Non pas que vous deviez vous casser un bras pour devenir éclairée, mais il faut que ce soit au sujet de votre illumination, sinon ce ne serait pas là. Correct?

 

SHEEMA: Correct.
ADAMUS: Qu'avez-vous appris de cette expérience de se casser le bras? Qu'avez-vous appris?

SHEEMA: Hummm ...

ADAMUS: C’est des conneries. Vous devriez avoir appris à ne pas marcher sur la glace! Ne pas marcher sur la glace! (Quelques rires) Bon!

SHEEMA: (Rires) Bon!

ADAMUS: Qu'avez-vous appris? (Elle glousse toujours) Elle allait me donner une réponse très métaphysique. Eh, non. Ne pas marcher sur la glace. Qu’avez-vous appris d'autre?

SHEEMA: (Rires) A être vulnérable.

ADAMUS: Oui.

SHEEMA Parce que je suis tellement habituée à être indépendante ...

ADAMUS: Oh ouais, ouais.

SHEEMA: ... et forte et à ne compter sur personne.

ADAMUS: Oui.

SHEEMA: Mais maintenant, il y a beaucoup de choses que je ne peux pas faire.

ADAMUS: Oui. Comme quoi?

SHEEMA: Je dois donc permettre aux autres de m’aider.

ADAMUS: Qu’est-ce que vous ne pouvez pas faire?

SHEEMA: Oh, saisir des choses, de petites choses.

ADAMUS: Vous pourriez me saisir de l'autre main. Cela n’a pas à être juste ainsi. (Elle rit) Bon. Quoi d'autre? Vulnérable. C’est très bien.

SHEEMA: Permettre aux autres de me servir.

ADAMUS: Ahh! J’adore ça. Permettre à d'autres de vous servir.

SHEEMA: Exact.

ADAMUS: Vous pourriez vraiment faire une sorte de jeu avec la chose du bras. Vous savez, juste ... vous pourriez réellement mettre les deux bras dans un de ces (NDI : plâtre ou attelle) et vraiment jouer! (Elle rit) Si j’étais vous, j'obtiendrais un fauteuil roulant trop juste ... (elle rit bruyamment) Je veux dire, allez! Si c’est ce qu'il faut pour vous faire réaliser que seul un Maître peut être en service. Que tout le monde n’est qu'un serviteur. Et que seul un Maître peut vraiment permettre aux autres de le servir. Ouais, jouez jusqu'à. Avons-nous besoin d'aller aussi loin que de se briser quelque chose d'autre pour faire le point?

SHEEMA: Non. Non.

ADAMUS: Bon, bon, bon.

SHEEMA: Non, mais ...

ADAMUS: Donc, ce n’était pas un signe de Dieu parce que vous faisiez quelque chose de mal dans votre vie?

SHEEMA: Eh bien, c’est assez intéressant. Au dernière Shoud vous avez parlé d’un gars qui est tombé d'une échelle.

ADAMUS: Oui, oui.

SHEEMA: Vous souvenez-vous?

ADAMUS: je l’ai fait. Ouais.

SHEEMA: Très bien.

ADAMUS: Oui. Je n'ai pas voulu dire littéralement! (Rires) Permettez-moi de le poser d'une manière différente. C’est basé sur une histoire vraie de quelque chose qui est déjà arrivé. Mais vous vous rendez compte de combien de Shaumbra ont été blessés depuis cette histoire? C’est vraiment triste. Beaucoup. Vous n'êtes pas la seule.

SHEEMA: D'accord.
ADAMUS: Oui. Ouais. Etes-vous remonté à l'histoire?

SHEEMA: Eh bien, à la minute où je suis tombée, à l'instant, je me suis demandé «A quoi est-ce que je pensais?

ADAMUS: Ouais, ouais. Que pensiez-vous quand vous êtes tombée?

SHEEMA: Eh bien, je pensais qu'une fois que je serais descendue, j’irais là-dehors et fumer une cigarette.

ADAMUS: Ah! Ah! (Elle glousse) Maintenant, nous arrivons à la véritable question. Alors, comment vous sentez-vous ... avez-vous de la culpabilité à propos de fut de fumer des cigarettes?

SHEEMA: Eh bien, je n’ai pas fumé pendant quelques jours, puis j’ai recommencé à fumer.

ADAMUS: Oh.

SHEEMA: Alors, comment puis-je régler ce problème?

ADAMUS: Fumer, vous casser le bras, ou moi?

SHEEMA: Fumer. (Ils rient tous les deux)

ADAMUS: Drôle que vous le mentionniez. Nous allons y revenir dans un instant.

SHEEMA: D'accord.
ADAMUS: Oui. En fait, nous allons commencer dès maintenant. Voici ma question du jour, mais vous pouvez donner le micro à Linda, parce que je veux un petit sentiment sur cette première. Une question difficile à la fin de cette année. Une question difficile. Et vous ne savez jamais qui va obtenir le mystérieux microphone de Linda, alors soyez prêts. Hmm hmm.

 

La question que j’ai aujourd'hui, et vous pourriez être inclus aussi, oui. (à Yoham) Juste parce que vous êtes des musiciens ne signifie pas que vous soyez exonérés. Et vous là-bas, juste parce que vous êtes près de la porte ne signifie pas que vous pouvez courir. La question est, et je veux vraiment que vous vous sentiez en cette première, en réalisant que  Linda pourrait vous donner le microphone.

 

La question est: Que combattez-vous en vous-même? Que combat... hmm. Ouais, beaucoup de "Hmm." Vous pouvez fermer les yeux. Il suffit de prendre un moment. Qu’est-ce ... et pas de  makyo ( NDI : illusions, croyances etc…) ici, parce que j’en vois déjà un peu.

 

 

 

Que combattez-vous en vous-même ?

 

Que combattez-vous en vous-même ?

Rappelez-vous, toute réponse que vous donnez peut être utile à d'autres Shaumbra qui écoutent maintenant ou qui écouteront dans l'avenir. Et n’oubliez pas, toute réponse que vous donnez ne peut vraiment incriminer que soi-même. (Adamus glousse)


Que combattez-vous en vous-même? Hmmm.

 

(pause)

 

Êtes-vous prête, Linda?

 

LINDA: Bien sûr   ADAMUS: Commençons.    LINDA: D'accord.

ADAMUS: Ah! J’adore ce moment. Vous pouvez sentir la nervosité entrer dans la pièce, et quelques-uns d'entre vous, ouais, "Donnez-moi le micro!" Mais, oui. Pouvez-vous vous mettre debout de sorte que le monde entier puisse vous voir?
LINDA F : La rage.

ADAMUS: La rage. Excellent. Merci. Merci pour votre réponse non-makyo. Mais vous connaissez ma prochaine question.    LINDA F. Oh

ADAMUS: Eh. (Adamus glousse) Pourquoi ce tumulte? Que combattez-vous?

LINDA F : Je crois que je me bats avec une situation de vie avec quelqu'un, et je ne suis pas ...

ADAMUS: Arrêtons juste au «Je me bats avec une situation de vie."

LINDA F : Très bien. Oui.

ADAMUS: Point.    LINDA F : Point.

ADAMUS: Rien à voir vraiment avec quelqu'un d'autre, finalement.

LINDA F : Très bien.

ADAMUS: Une situation de vie. Intéressant. Bien. Sur cette base, maintenant, pourquoi la rage?

LINDA F : (légère pause puis elle soupire) Je suppose que je continue à avoir de l'espoir que ça change autour. Je veux dire, j’ai déménagé dans une autre situation de vie, mais maintenant je suis entre deux lieux.

ADAMUS: Mm hmm.   LINDA F : Umm ...
ADAMUS: La rage. Dirigée vers vous-même, je suppose. Mais heureusement vous la dirigez vers d'autres si occasion.

LINDA F : C’est ce que je découvre les deux derniers jours, oui. (Quelques rires)

ADAMUS: Oui. Bon. Bon. Et quelle est vraiment cette rage?

LINDA F : C’est sur l'endroit où je n’utilise pas mes ressources totalement pour ce que je veux pour moi.

ADAMUS: Pourrais-je le dire d'une manière légèrement différente?

LINDA F : Bien sûr.

ADAMUS: Il s’agit de votre doute ou de votre remise en cause de la liberté, de l'indépendance, une véritable indépendance. C’est un peu effrayant.

 

Vous savez, c’est plus facile de s’accrocher à quelque ancienne situation, d'autres situations. C’est plus facile de le reporter sur d'autres personnes ou de dire que c’est à propos de l'hébergement, le logement, ce genre de chose, mais finalement il s’agit vraiment de votre propre liberté - la liberté des autres, pour commencer, qui est un peu inhabituelle pour vous et beaucoup d'autres - mais la vraie liberté et ce qui se passe dans cette liberté. Êtes-vous prête pour cela? Pouvez-vous en assumer la responsabilité? Allez-vous survivre?

 

Il y a - et je n’essaie pas de vous donner un moment difficile, mais tout le monde peut se voir en elle – Il y a là une partie, ce que je vais appeler, l'alimentation d'énergie de survie qui va sur un grand nombre de fois quand vous pensez «Eh bien, au moins il y a d’autres personnes dans ma vie, même si je ne peux pas les supporter, même si je ne veux pas être avec elles. Au moins il y a quelqu'un ou quelque chose d'autre. "Donc, vous les utilisez pour une énergie pour vous alimenter d’elles. Et ce n’est pas ce que je dirais du vampirisme, mais c’est un confort. C’est un confort.

 

C’est une chose très effrayante pour l'identité humaine, la contemplation d’être totalement par elle-même, une chose très effrayante. Donc, il y a ce besoin des autres, un besoin de vous voir à travers les autres, un besoin comme s’ils avaient une réponse ou pouvaient avoir une réponse que vous n’avez pas. Et aussi dans votre cas très précisément, la préoccupation que suscite la volonté: allez-vous laisser la planète? Allez-vous juste flotter hors d’ici s’il n'y a pas d'autres personnes dans votre vie, pour vous mettre à la terre? Pas qu'ils aient même besoin de vous, mais d'une manière vous en avez besoin, car sans n’importe qui, sans cette ancienne connexion, il y a une préoccupation que vous allez juste quitter. C’est donc une alimentation d'énergie de survie. Et nous allons arriver à la résolution - la résolution potentielle - dans un instant.

 

Bon. Suivant. Cher Linda de Issa, qui est le prochain? Que combattez-vous dans votre vie?

 

Oh, et avant que vous remettiez  le micro à qui que ce soit, il y a beaucoup de combats en cours. Il y en a vraiment. Et je sais que certains d'entre vous pensent: «Eh bien, je l'ai sous contrôle." (Spit!) ( NDI : Il crache) (Quelques rires) Vous pensez seulement que vous l'avez sous contrôle, mais il est si effréné. C’est tellement omniprésent, et nous venons ... nous sommes juste fatigués de ceci. Nous avons juste besoin de laisser aller cela. C’est dénué de sens. Ça l’est vraiment.

Okay, microphone, Linda. Oui.

Ah! Salutations.

 

SHAUMBRA 2 (homme): Euh, je suppose ...

ADAMUS: Voulez-vous une tasse de café?

SHAUMBRA 2: Bien sûr.

ADAMUS: Ils en ont fait du bon aujourd'hui. Crème, sucre, lait de chèvre?

SHAUMBRA 2: Dans un verre de cristal? Puis-je en avoir un?

ADAMUS: Dans un verre de cristal? Ils vous vous obtenir quelque chose qui ressemble un peu à un verre de cristal. Que voulez-vous dedans?

SHAUMBRA 2: Simplement de la crème, s’il vous plaît.

ADAMUS: Simplement de la crème. Voulez-vous des cookies?

SHAUMBRA 2: Non, je ne suis pas copain avec les sucreries.

ADAMUS: J’aimerais quelques biscuits.

SHAUMBRA 2: Très bien. (Rires)
ADAMUS: Alors ...
SHAUMBRA 2: S’il vous plaît, Adamus veut des biscuits.

ADAMUS: Oui, une assiette ici. Bon. Alors, que combattez-vous dans votre vie?

SHAUMBRA 2: Euh ..
ADAMUS: En passant, qu'est-ce que je viens de faire?
SHAUMBRA 2: De me distraire.

ADAMUS: Absolument.
SHAUMBRA 2: J’ai essayé de me sortir de ma tête donc je ne vous ai pas donné une réponse logique.  ADAMUS: Oui, oui, oui, oui. Bon.

SHAUMBRA 2: Je vous remercie.

ADAMUS: Et qu'est-ce que je viens de faire en vous demandant ce que je ai fait?

SHAUMBRA 2: Cela m'a fait le réaliser?
ADAMUS: Ouais, ou vous êtes revenu directement dans votre esprit, mais c’est un petit jeu que nous jouons. Allons de l'avant. Qu'est-ce que vous combattez-vous en vous-même?

SHAUMBRA 2: Je pense que comme beaucoup, des peurs et des doutes. Je sens que je sors de là parfois, mais je finis par faire deux pas en arrière et ...

ADAMUS: Ouais, ouais. Pourquoi?
SHAUMBRA 2: Je suppose que j’ai un peu peur de sortir complètement dans le  monde et d’être juste moi-même, complètement.

ADAMUS: Pourquoi?
SHAUMBRA 2: J’ai peur de ce qui pourrait arriver.
ADAMUS: Comme quoi? De se faire brûler sur le bûcher? (Adamus glousse)
SHAUMBRA 2: Ouais, eh bien, cela pourrait s’être passé dans une vie.
ADAMUS: Cela blesse seulement pendant une minute environ. (Rires) Non, parce que d'une certaine manière, vous aurez déjà quitté avant le processus. C’est la bonne chose d'être intemporel, vous le savez, s’ils se mettent à vous brûler sur le bûcher. Vous êtes déjà parti, en quelque sorte. Vous viendrez à traîner assez pour dire, "Jésus! C’était vraiment chaud! "Puis shwtttt! Vous êtes sorti de là. Donc vous n’allez jamais vraiment passer par ... (quelqu'un lui tend une tasse de café). Prenons une gorgée. Oui. Oh, vous avez une tasse fleur-de-lis. Je n'en ai pas ...

SHAUMBRA 2: Ouais.   ADAMUS: Wow! (Rires)   SHAUMBRA 2: Merci.
ADAMUS: Wow! Bien. Bien.

Donc, ici vous êtes, de toute évidence, un homme intelligent. Ici vous êtes, un bon gars qui se cherche. Ne diriez-vous pas cela, Mesdames et Messieurs? (Le public est d'accord) Ouais, vous voyez? Voyez ce qui se passe quand vous venez ici. Vous êtes perspicace. Vous avez conscience.

Donc, que vous donnent ce doute et la peur? Et vous avez tous les outils assis juste là pour vous, pourquoi avez-vous cela? Pourquoi combattez-vous et qui gagne?

LINDA: Mmmm.

SHAUMBRA 2: Pas mon vrai Soi.

ADAMUS: Oui. Ouais. Les aimez-vous?

SHAUMBRA 2: Non, cela devient vraiment fatigant, réellement.

ADAMUS: Vous restez éveillé la nuit dans votre  lit?
SHAUMBRA 2: Ouais. Insomnie. Juste ...

ADAMUS: Qu'elles- un gars brillant comme vous l’êtes - quelles solutions avez-vous trouvées?

SHAUMBRA 2: Eh bien, elles ne fonctionnent plus. Je veux dire, que j’ai essayé de me distraire avec un certain nombre de différents moyens. Mais j’ai vraiment simplement découvert que cela ne fonctionne plus.
ADAMUS: Bon. (Quelqu'un apporte la plaque de biscuits) Des cookies pour tous? Cookies? Eh, moi d'abord. C’est la façon dont les Maîtres travaillent. Merci. Faites-les circuler.

Lorsque la plaque sera vide, nous ferons  simplement un peu plus de poissons et de pains et continuerons à servir. (Quelques rires) Je suis désolé pour l'interruption.

SHAUMBRA 2: Pas de soucis.

ADAMUS: Mais, mmm. Mmm. Mmm. (Adamus apprécie passionnément le cookie; quelques rires) Ours avec moi, je veux vivre cette expérience. Il y a des choses qui me manquent au sujet d'être un être humain. Ouais, les cookies. C’est presque ... c’est sensuel. C’est très sensuel. Mm hmm.

AMIR: Mmm. (il prend également un cookie) Pour avaler ... du sucre.

ADAMUS: Mm hmm. Le sucre ne me dérange pas.

AMIR: Bon.

ADAMUS: Je pourrais manger beaucoup de sucre. Ouais. Il ne dérange que ceux qui sont inquiets au sujet du sucre. Et ils pensent qu'il les affecte, puis ils doivent, vous le savez, supprimer le sucre et faire ces autres régimes sans-sucre. Mais un vrai Maître peut manger du sucre pour le petit déjeuner, juste un bol de sucre, (rires) parfois avec un peu de crème dessus. (Plus de rires) Petit déjeuner de sucre à la crème sucrée. (Plus de rires)
Où en étions-nous? (Rires)

SHAUMBRA 2: Oh, revenons aux distractions à nouveau.

ADAMUS: Oh, c’est le retour à la chose de distraction. (Plus de rires) En fait, on était plus à faire un point sur la sensualité. Si vous voulez manger un cookie, je veux dire mangez-le. Sentez. Arrêtez ce que vous faites. Même si vous êtes en plein milieu d'une interview, vous savez, avec les gens qui regardent de partout dans le monde, arrêtez juste et ayez cette expérience sensuelle que la plupart d'entre vous n’ont plus, et mangez un peu de sucre pour le petit déjeuner. Bon dieu.

Donc, le doute et la peur et ... (quelqu'un apporte plusieurs cookies) Oh merci. Merci.

EDITH: Donnez-lui en un.

ADAMUS: Il ne mange pas de sucre.  EDITH: Oh.  ADAMUS: Pas trop de sucreries. Ouais.

SHAUMBRA 2: Pas trop. J'aime le chocolat pur, avec un haut-pourcentage de cacao. Là, c’est mon truc.

ADAMUS: Oui. Eh bien, il est pur. Ensuite, il est disposé dans une pâte de biscuit craquant à l'intérieur d'un cookie.

SHAUMBRA 2: Ouais!  ADAMUS: Très pur. Eh, mm .SHAUMBRA 2: Du sirop de maïs. Ouais.

ADAMUS: Mm hmm. Mmm. Mmm.

Alors, où en étions-nous? Nous étions donc sur la peur et le doute. Vous avez beaucoup de choses pour vous, mais vous êtes tout enveloppé en elles. Comment allez-vous faire face par la suite?

SHAUMBRA 2: Je me trouve effectivement en progrès, enfin, parce que je suis tellement fatigué de la façon dont les choses ont été. Je veux dire, je commence à faire des choses que j’aime vraiment et ...

ADAMUS: Wow, quel concept. (Quelques rires) Wow.
SHAUMBRA 2: ... des choses que j’avais peur de faire comme d’être vraiment dans la spiritualité en toute évidence, et j’ai un blog et je suis allé ... (un téléphone portable sonne)

ADAMUS: Oui. Une autre petite distraction. Et vous n’auriez même pas pensé qu'elle viendrait à partir du téléphone cellulaire d'Edith au milieu de notre conversation. La dernière personne dans le monde à laquelle vous vous attendiez, Edith! (Rires)

SHAUMBRA 2: Oui.

ADAMUS: La douce mère Edith et la sonnerie de son téléphone portable. Après toutes ces années, vous pourriez penser que ... comment a-t-elle pu ... en plein milieu de notre conversation. (Quelques rires) Ouais. (Quelqu'un dit «cachez-le, cachez-le!")
Vous remarquez tous ces distractions?   SHAUMBRA 2: Ouais. Vous êtes assez bon avec elles.

ADAMUS: Ouais, ouais. (Adamus glousse) En fait, vous les gars êtes bons dans ce domaine. Vous êtes vraiment bons dans ce domaine, car c’est exactement ce que vous faites. Vous avez ces combats en cours. Vous ne savez pas comment les gérer. Vous vous distrayez jusqu'à ce que la lutte revienne, jusqu'à ce que vous créiez un autre combat. Et bientôt, il y a tellement de chaos et d’ordures sur cela que vous oubliez même ce qu’est ce combat, ce pourquoi vous vous battez, et vous avez oublié qu'il y a en fait une solution très facile pour aller au-delà.

Donc, vous restez dans ce ring de boxe tout le temps - je veux dire, peut-être en sautant d'un ring de boxe à un autre - mais bientôt cela devient tellement confus. C’est comme, "Je ne sais même pas pourquoi je suis si mécontent. Je ne sais même pas pourquoi je suis énervé aujourd'hui. Je ne sais même pas pourquoi Adamus m’ennuie tellement, mais c’est juste la façon dont les choses sont, "en quelque sorte. Exact?

SHAUMBRA 2: Je suppose.   ADAMUS: Je suppose. Bien. Bon. Merci. Nous y reviendrons.

SHAUMBRA 2: Très bien.  ADAMUS: Nous allons terminer tout cela avec brio.

 

Que combattez-vous? (Linda offre le micro à John Kuderka qui l'agite vers l'extérieur)

LINDA: Non. Vous devez.  JOHN: Non, je ne le ferais pas.  LINDA: Oui, vous le ferez. Je vous ai été dit que vous deviez.   JOHN: Hmm.   ADAMUS: Hmm.   JOHN: Hmm.

ADAMUS: Peut-être que nous devrions avoir un peu plus de cookies. (Rires)

JOHN: Oh, je pourrais utiliser une tasse de café aussi.  LINDA: Sandra, une tasse de café pour John.   JOHN: Non, j’ai juste fait une blague.   ADAMUS: Que combattez-vous?
JOHN: (faisant une pause) Des problèmes de santé.
ADAMUS: Des problèmes de santé. Bon. C’est une bonne chose. Comment va cette lutte?

JOHN: Elle semble bien aller pour le moment.
ADAMUS: D'accord. Vous craignez qu'elle ne puisse pas aller bien? Craignez-vous ne pas avoir de contrôle sur elle?

JOHN: (pause légèrement) Non, pas peur. J’ai le contrôle sur elle si je veux.

ADAMUS: D'accord. Pas de peur, pas de combat?   JOHN: Pas vraiment. Non.
ADAMUS: D'accord. Le problème de santé, d’où est-il originaire, pourquoi est-il là en premier lieu?
JOHN: (expirant profondément) Voyons voir.


(pause)


ADAMUS: Je serai heureux de vous aider à tout moment.   JOHN: Eh bien, allons-y.

ADAMUS: D'accord. Problème de santé. Vous pourriez remonter aux produits chimiques, à certaines toxines, des choses comme ça, mais ce n’est en fait pas toute l'histoire. C’est une histoire intéressante, mais le problème de la santé va réellement vous aider à devenir, à vous sentir, une personne beaucoup plus sensible. Il vous a donné la capacité de vous sentir dans la mort potentielle. Il vous a donné la capacité de ressentir en vous-même, votre voyage, les gens autour de vous, et soudain c’est l'activation, c’est l'ouverture de vrais sentiments; pas les émotions, auxquelles vous êtes relativement défavorable, pour une bonne raison, mais de vrais sentiments. Et je dois dire que c’est l'une des trois principales choses que vous êtes venu expérimenter ici dans cette vie, réellement - je l'appelle, la sensualité - mais le vrai sentiment, et non la mièvrerie des sentiments que vous n’aimez pas tellement chez d'autres gens et moi pas non plus, mais une expérience réelle. Et c’est ce qu’il vous donne.

Et maintenant, si vous preniez cette essence du sentiment réel et que vous l’incarniez vraiment, que toute nécessité pour toute sorte de déséquilibre biologique, toute sorte de maladie puisse aller. Cela a atteint son but. Alors embrassez le sentiment.

JOHN: Cela sonne bon pour moi.

ADAMUS: Bon. C’est beaucoup plus facile, beaucoup mieux que la lutte.

Je sais que d'autres parmi vous ici ont eu des problèmes de santé et des problèmes de santé qui font peur, je veux dire des problèmes de santé qui menacent la vie. Et ils vous disent de nos jours, vous le savez, "Nous allons lutter contre cela. Nous allons combattre le cancer. Nous allons nous battre, ou quoi que ce soit d’autre. "Et je vais vous dire dès maintenant. Non. Nous ne le ferons pas. Il y a beaucoup plus efficace, une meilleure manière et beaucoup plus joyeuse.

 

Bon, un peu plus. Que combattez-vous en vous-même? Que combattez-vous? Oui.

 

SHAUMBRA 3 (femme): La peur   ADAMUS: Voulez-vous des cookies?

SHAUMBRA 3: Je viens d'avoir deux biscuits.   ADAMUS: En voulez-vous plus?

SHAUMBRA 3: Non

ADAMUS: Vous aimeriez un sandwich au thon en ce moment? (Rires) J’ai une faim pour un.

SHAUMBRA 3: Comment saviez-vous que c’est mon sandwich préféré?

ADAMUS: Et comment que je le sais! (Elle rit) Parce qu’à la minute où vous vous êtes levée, j’ai eu une faim pour ...

SHAUMBRA 3: Pour le thon?   ADAMUS: ... sandwich  au thon.  SHAUMBRA 3: Oh.

ADAMUS: Et j’ai toujours été un gars pour le saumon, mais tout à coup ... thon avec un peu de laitue, mayo supplémentaire, un peu de fromage ...

SHAUMBRA 3: Pommes chips.   LINDA: Rêvez-en! (elle rit)

ADAMUS: Et mis sur un beau pain aux céréales, grillé.

LINDA: Y a-t-il du thon dans la maison?  ADAMUS: grillé. Le pain grillé légèrement. Oui.
SHAUMBRA 3: J’en ai eu juste un hier.  ADAMUS: Ohhh! I ...
SHAUMBRA 3: C’est toujours dans mon aura, je suppose.

ADAMUS: Permettez-moi ... laissez-moi vous sentir un peu. (Rires, comme Adamus la renifle) Ohhh! Si seulement ils faisaient un parfum de thon. (Beaucoup de rires)
Mais non, vraiment, j’aimerais un sandwich au thon.   SHAUMBRA 3: Très bon.

ADAMUS: Pensez-vous que je vais l’obtenir? LINDA: Saumon. Nous pouvons en faire au saumon.  ADAMUS: Thon! Thon. Mais non, c’est bon. Allons, assez de distraction, passons directement au point. Que combattez-vous?  SHAUMBRA 3: La peurADAMUS: Oui, de quoi?
SHAUMBRA 3: Whoa.

ADAMUS: Whoa. Pourriez-vous sentir cela? Pourriez-vous sentir ce "Whoa?" Pouvez-vous faire preuve d'empathie avec elle? Quand elle a dit "Whoa" vous étiez comme, "Oh! Je sais où tu veux en venir bébé! Moi, je ... whoa! "Vous dites peur. Peur de quoi? Whoa! (Quelques rires) Bon.

SHAUMBRA 3: l'incertitude de l'avenir. Le doute. Le doute serait une grande partie de cela.

ADAMUS: Que le futur soit un désastre absolu. (Quelques rires, elle soupire) Et l'avenir est très prometteur. L'avenir pourrait être très rentable. L'avenir est très facile. Il est toutes ces choses. Vous comprenez? Ce n’est pas une réponse, mais il y a beaucoup de choix.
L'avenir va être toutes ces choses. Pour certaines personnes, l'avenir sera absolument horrible. Ça va être la pire année, qu'ils n’aient jamais eue.

SHAUMBRA 3: Oh!

ADAMUS: Pas vous. Vous êtes, "Oh non!" Je ne parle pas de vous. Je parle pour les autres.
On pourrait penser aussi que je veux obtenir un collier de popcorn ... de n’importe qui, de ne importe qui. (Elle jette son collier de popcorn à Adamus) Merci. Merci. Et on pourrait penser qu'une Shaumbra entreprenante saurait trouver un moyen d'avoir un collier de popcorn permanent, celui que les oiseaux et les écureuils n’auraient pas à manger. (Quelqu'un a apporté des colliers de popcorn à partager pendant la réunion)

EDITH: Voulez-vous le manger ?

ADAMUS: Non, je veux un sandwich au thon. (Adamus glousse) Mais pas maintenant, plus tard. Plus tard. Allons de l'avant avec ... J’ai de plus en plus faim quand nous parlons, et même la pizza ne satisferait pas ma faim maintenant.

SHAUMBRA 3: Vrai. Ouais.  ADAMUS: Voyez-vous ce que vous avez fait pour moi?

SHAUMBRA 3: Eh bien, vous savez.

ADAMUS: Pourriez-vous m’apporter un sandwich au thon à la prochaine réunion?

SHAUMBRA 3: Oui, je le ferai.  ADAMUS: Je vous remercie.

SHAUMBRA 3: Je vous le promets.   ADAMUS: D'accord. Bon. Bon.


Alors, où en étions-nous? Oh, la peur. Ça va être toutes ces choses. Ça va être lugubre. Ça va être la meilleure année que jamais. Ça va être une année de libération et de souveraineté et ça va être une année ignoble. Il va y avoir des crimes et toutes ces choses. Et ils ont tous une origine; ils ont tous eu lieu. Ce sont tous les potentiels. Ils vont tous être vécus, à un certain degré. Nous allons aller au-delà. Nous allons aller dans ce que vous voulez. Bon.
Alors pourquoi êtes-vous craintive? Pourquoi craignez-vous quelque chose?

SHAUMBRA 3: (soupirant) C’est une très bonne question.

ADAMUS: Est-ce que cela vous fait du bien?

SHAUMBRA 3: Non, la seule réponse que j’ai trouvée à cela est juste, autant que je peux, tout ce dont j’ai eu peur, de le faire de toute façon. Vous savez, il suffit juste de le faire.

ADAMUS: Cela n'a pas de sens.

SHAUMBRA 3: Non? (Ils rient tous deux)

ADAMUS: Non, mais c’est mieux que de courir après. Mais c’est aussi, en quelque sorte, vous combattiez toujours la peur.

SHAUMBRA 3: Eh bien, ce n’est pas agréable. Ce n'est toujours pas agréable.

ADAMUS: Ce n’est toujours pas agréable. Vous êtes toujours à la combattre.

SHAUMBRA 3: Exact

ADAMUS: Et vous êtes toujours, d'une certaine manière, à définir vous-même d'être battue par elle.

SHAUMBRA 3: Je pense que oui.

ADAMUS: Nous allons le dévier. Bien? Nous allons simplement le dévier.SHAUMBRA 3: Super!

ADAMUS: Vous dites super maintenant, mais quand ...  SHAUMBRA 3: Non!

ADAMUS: ... Je dis comment cela peut être fait, vous allez, "Ohhhh, je ne sais pas, Adamus. Je ne sais pas, mmmm ".

SHAUMBRA 3: Eh bien, cela ne peut pas, nous l'espérons, être pire que ...

ADAMUS: Oh, cela peut être.  SHAUMBRA 3: Ça peut?

ADAMUS: Non, ça peut être pire. (Rires) Oh, mon Dieu, vous n’êtes même pas encore entrée dans la définition même du pire.  SHAUMBRA 3: D'accord.

ADAMUS: Nous n’avons pas ... oh, non, non, non. Ça peut devenir bien pire. Est-ce que cela fait apparaître la peur?   SHAUMBRA 3: Curieusement, non.

ADAMUS: Oh, vous voulez que ça s’aggrave.

SHAUMBRA 3: Non, je veux juste savoir ce que c’est. C’est juste, vous savez, ce que c’est? Voyons ce que c’est.

ADAMUS: Vous savez, je vais vous donner le secret ici et l’expliquer plus tard ici. Elle dit qu’elle prendrait un verre. (Rires) Ouais. Voulez-vous lui verser un verre, s’il vous plaît? Elle a besoin d'en avoir un.  SHAUMBRA 3: S’il vous plaît!

ADAMUS: Nous allons juste créer une réalité totalement différente.  SHAUMBRA 3: D'accord.

ADAMUS: C’est tout, tout simplement.  SHAUMBRA 3: Je suis prête.

ADAMUS: D'accord. Bon. Vous dites que vous êtes prête maintenant, mais nous verrons. N’oubliez pas ce thon, mayonnaise en supplément. Ouais. Et j'aime le pain légèrement chauffé.  Vous pourriez avoir à comprendre comment vous allez faire cela, mais ...

LINDA: Les conserves de thon ou le thon frais?

ADAMUS: En conserve ou frais, elle demande. Cristal ou papier? (Rires bébêtes de Linda) Un peu de céleri aussi.

Suivant. Nous ferons deux de plus. Que combattez-vous dans votre vie? Ah!

 

MICHELLE: Je suppose que je suis ...

LINDA: Oh-oh, eh-eh-eh-eh-eh. (En faisant des gestes pour qu’elle tienne le micro vers le haut)

MICHELLE: Oh. Je suis ... (elle rit)

ADAMUS: Vous vous battez avec Linda en ce moment. (Adamus glousse)

MICHELLE: ... des parties de moi qui me frustrent, telles que l'irritation de certaines personnes.   ADAMUS: Moi?

MICHELLE: Pas tout le monde ici.

ADAMUS: Biennn, un peu! Aghhh! Juste un peu. (Rires) Donc quelques irritations avec certaines personnes ...   MICHELLE: Non

ADAMUS: Oui. Vous sentez-vous mal d'être irritée avec eux?   MICHELLE: Oui.

ADAMUS: Pourquoi? J’aime être avec les personnes irritées.

MICHELLE: Parce que j’étais vraiment irritée avec quelqu'un à Noël et ce n’était pas moi. Mais c’était moi, parce que ...

ADAMUS: C’était vous. (Adamus glousse)   MICHELLE: Ouais.

ADAMUS: Ça l’était vraiment. Pourquoi ne pas, demain, juste leur donner l'enfer?

MICHELLE: Eh bien, ils ne sont plus dans cet état, Dieu merci. (Rires)

ADAMUS: Dans quel état et dans quelle ville se trouvent-ils?

MICHELLE: Eh bien, ce serait trop dire.

ADAMUS: Il y a des téléphones. Il y a Internet. Vous pouvez leur donner l'enfer à longue distance.

MICHELLE: Je préfère ne pas parler à cette personne.   ADAMUS: Ahhhh! Je préfère.

MICHELLE: Juste un très étrange ...
ADAMUS: Je préfère vraiment juste lui rentrer dedans. Quand j’ai un ennemi, ah, whoa, nous y allons, un direct dans la jugulaire. Ouais. Errghhhh!

MICHELLE: Il n’en a pas la moindre idée. Il n’en a pas la moindre idée.

ADAMUS: Eh bien, je sais, mais donnez-lui un indice, parce que vous savez quoi? Autrement, vous le mettez en bouteille en vous-même.

MICHELLE: Je ne le suis plus.

ADAMUS: Oh lala! Je ne crois pas cela. Mmmmm. Non, mais c’était la première chose que vous avez mentionnée quand j’ai dit "Que combattez-vous?"

MICHELLE: L’irritation.  ADAMUS: Oui.  MICHELLE: Ouais.

ADAMUS: D'accord. Quoi d'autre? Il y a autre chose là que je la pêche pour ici.

MICHELLE: Hummm. (Rires) La première ...

ADAMUS: Soit dit en passant, le Maître comprend l'art de la distraction. Linda, pourriez-vous l’écrire ici sur votre chose magique (l'iPad). C’est tellement important de se rappeler cela.

Il vous donne un peu d'humeur, à vous-même, peut-être à personne d'autre. Mais comme vous êtes là-dehors, à enseigner ou à faire ce que vous avez à faire, en tant que Maître vous comprenez l'art de la distraction. C’est magnifique parce que quelqu'un pourrait être confronté à vous, faire quelque chose de difficile, juste vous distraire. Apportez-le d'ici à ici.

Quand vous êtes dans votre propre tête, comme vous le faites- vous arrivez à cette pensée, en vous inquiétant, en restant éveillée au lit la nuit - mince, il faut juste vous distraire! Non, vraiment. Juste vous distraire. Jouez à un jeu. Faites quelque chose de bizarre. Roulez hors du lit sur le sol! (Quelques rires) Vous vous choquez pour sortir de ce sens d’esprit de merde que vous avez. Il suffit de prendre les couvertures et juste de rouler - boom! - Jusqu'à ce que vous alliez sur le côté. Et vous allez rire, tout comme vous le faites maintenant, allez, "J’étais tellement prise dans ma propre poubelle." Un maître comprend l'art de la distraction. Je pense que nous ferons un livre Shaumbra quand j’aurais enfin reçu mes autres livres, "L'art de la distraction."

Oh, vous ai-je distraite?

MICHELLE: Oui, vous avez l'art de la distraction.

ADAMUS: Oui. Intentionnelle. L'art de la distraction intentionnelle.

MICHELLE: Distraction intentionnelle.

ADAMUS: Que combattez-vous, ma chère?  MICHELLE: Moi-même.

ADAMUS: Je sais, je sais. C’est ce que j’ai dit. Que vous vous combattiez vous-même mais quoi en vous-même?

MICHELLE: seulement des choses que je n’aime pas à propos de moi-même.

ADAMUS: D'accord. Vous n’avez pas dit lesquelles, mais vous pouvez si vous voulez.

MICHELLE: Je ne veux pas.

ADAMUS: D'accord. Je vais le faire alors. (Rires) Vous voyez la crainte monter, Wooo! (Plus de rires) Ce ne sont pas mes affaires.

MICHELLE: C’est vrai.

ADAMUS: Mais beaucoup de combat continu là.   MICHELLE: Ouais.

ADAMUS: Puis-je être personnel? Ok je le ferai. (Plus de rires) Cela n'a pas d'importance le sujet de la lutte, mais vous essayez de prétendre qu'il n’y en a pas, et c’est ce que vous obtenez vraiment.

La lutte est gagnante parce que vous prétendez qu'il n’y en a pas, et elle est, ma chère, et je vais vous le  montrer ici, à la fin de ceci ... oh, c’est presque la nouvelle année quelque part. Je vais vous montrer d’ici la fin de ceci, combien vous avez eu de combats, combien cela a monopolisé votre énergie, combien cela a été, oh, vous a causé des maux – physiques, des problèmes de sommeil, à parler des problèmes. Vous avez un tel sens de l'humour et de sagesse et vous ne l'utilisez pas. Vous ne l'utilisez pas. Vous vous retenez lorsque vous essayez d'exprimer quelque chose, et vous avez l'un des sens naturels les plus étonnants de la conversation et de la discussion.

MICHELLE: je le fais?

ADAMUS: De discussion brillante. Pas du bavardage bavardage, mais brillante. Donc, j’espère - nah, pas j’espère que, nous allons en faire une réalité - à la fin de ceci, vous allez voir combien d'énergie vous aviez mobilisée en combattant des choses et en prétendant que vous ne le faisiez pas.

MICHELLE: Ça sonne bien.  ADAMUS: Je vous remercie. Merci. MICHELLE: Je vous remercie.

ADAMUS: Oh non. Ça va être pathétique. Ça va être terrible pendant environ trois jours ...

MICHELLE: (Rires) Je vous remercie.

ADAMUS: ... et alors vous le surpasserez.

Okay, un de plus et nous arriverons au point. Vous vous demandez probablement "Quel est le point de ce Shoud autre que la distraction?" Oui. La distraction massive.

GLORIA: Moi?

LINDA: Mm hmm. Vous.  GLORIA: Je n’ai pas ... je n’ai pas la moindre question.

LINDA: Ohhh! Cela ne va pas voler. Non, non, non. Vous n'êtes pas autorisée à baisser le micro.   ADAMUS: Oui.

LINDA: C’est ce que nous dit Adamus. Vous n'êtes pas autorisée à baisser le micro.

ADAMUS: En fait, vous pouvez baisser le micro, mais alors vous devrez nettoyer les toilettes à la fin de la nuit Rires), ce qui ne serait normalement pas un problème, mais nous allons tous célébrer la nouvelle année et boire beaucoup et les toilettes pourraient avoir une sorte de désordre, si vous voyez ce que je veux dire. (Le public dit: «Oh, eww!")

Ouais. Une autre distraction. Vous voyez, vous n’allez tout simplement pas jeter quelque chose. Vous créez l'illusion d’ensemble, toutes les images que tout le monde est en train d'imaginer, ces toilettes vraiment dégoûtantes et ohhhh!

GLORIA: Non  ADAMUS: Oui. Oui. Quels sont les combats en vous-même?

GLORIA: Je suis heureuse d'être ici. Je n’ai rien à combattre à propos.

ADAMUS: Moi aussi  GLORIA: Oui.   ADAMUS: Oui.   GLORIA: Je ne sais pas.

ADAMUS: Rien? (Elle secoue la tête non) la famille?  GLORIA: Quoi?

ADAMUS: La famille. Les combats de la famille?  GLORIA: Peut-être. Peut Être.

ADAMUS: Ah! Maintenant nous commençons à découvrir. Bien sûr, c’était facile. Un de vous pourrait comprendre cela. Les combats de la famille, d'accord.

GLORIA: Eh bien, pas trop. Ils ont vieilli maintenant.

ADAMUS: Oui, ils ont vieilli, puis ils meurent et les combats n’ont pas autant de plaisir.

GLORIA: Exactement. (Rires)   ADAMUS: Ouais, ouais.
GLORIA: Ils sont morts. (Elle rit)  ADAMUS: Ils sont morts. Ouais
GLORIA: Je ne sais pas.   ADAMUS: Alors, quoi d'autre?
GLORIA: Quoi d'autre? Hmm. Je suis une personne pacifique assez satisfaite. Je ne sais pas ..

ADAMUS: Ouais, ouais. Bien. Vous n’avez jamais été, comme, en colère contre vous-même ou quelque chose?
GLORIA: Ouais, je l’ai utilisé, mais pas plus.  ADAMUS: Oui.  GLORIA: Ouais.
ADAMUS: D'accord. Qui avez-vous utilisé pour vous mettre en colère contre vous?
GLORIA: Ma famille. (Adamus glousse et quelques rires)  ADAMUS: D'accord. Bon.
GLORIA: Mais rien ...  ADAMUS: D'accord.
GLORIA: J’étais triste parce que mon animal est mort, mais sinon ...
ADAMUS: C’est triste. Ce n’est pas fou. Il y a une différence.  GLORIA: Ouais.
ADAMUS: Et votre animal de compagnie est toujours là.  GLORIA: Je sais. ADAMUS: Toujours.
GLORIA: Je vous remercie.

ADAMUS: Ils sont la première chose qui vous accueille quand vous allez de l'autre côté.

GLORIA: D'accord.

ADAMUS: Ouais, ouais. Oh, c’est ce que j’aime des animaux. Ils attendent juste.

GLORIA: Ouais.

ADAMUS: Ils attendent juste. «Quand le Maître vient à mourir, si je peux ... (rires)" Ehh, peut-être aujourd'hui. (Quelques rires) Oh, peut-être demain. Je vais attendre de toute façon. "N’oubliez pas de les nourrir. Nourrissez-les. Ouais. De l'alimentation énergétique, comme pour leur envoyer un peu de nourriture, parce qu'ils vous attendent juste.

GLORIA: D'accord.

ADAMUS: Oui. Bien. Merci.

GLORIA: Je vous remercie.

ADAMUS: Je vous remercie.

 

Bon, prenons une profonde respiration.

 

 

 

Plus de combats avec vous-mêmes.

 

En entrant dans cette année suivante, je vais vous dire quelque chose qui, à première vue va vous sembler merveilleux et puis ça va paraître bizarre. Mais s’il vous plaît sentez-la sur tous les différents niveaux qui lui sont donnés. Et je vais vous dire ceci et vous allez secouer tous vos têtes, hocher la tête, "Oh, ouais, ouais, d'accord. Nous le ferons, "et vous n’allez pas le faire. Et puis vous allez combattre. Vous allez penser que je ne parlais pas de vous, mais je le fais. Vous allez penser que je parlais de certains d'entre vous, de quelques-unes des choses que vous faites, mais je parle de tous. Et vous allez croire que je ne sais peut-être pas de quoi je veux parler, mais je sais. (Adamus glousse).

 

Comme nous entrons dans cette année et que désormais, plus de combats avec vous-même, cela inclut l'ensemble du large éventail de choses que vous faites pour rendre les choses difficiles sur vous. Cela inclut des choses comme le combat, l'alimentation et le poids, des choses comme votre apparence physique.

Maintenant, vous pensez que vous avez à les combattre, parce que vous avez un aliment-a-holic (NDI : ce que j’en comprends : un aliment auquel on est accroc). Vous allez manger beaucoup de chocolat et vous allez dévorer du gâteau et des pommes chips. Ne le combattez pas. Plus de régulation des choses comme votre nourriture pour le bien de votre corps, pour le bien de votre corps.

 

Beaucoup d'entre vous, se sont mis sur des régimes bizarres, puis ont justifié et ont dit, "Non, mais le médecin m'a dit que j’avais ..." dieu sait quoi ou autre chose élevée. Vous combattez. Vous vous combattez vous-même.

 

Laissez tomber vos gardes. "Ohhh! Non »Dites-vous:« Je dois garder certaines de ces gardes. Je dois combattre quelque chose, parce que je suis fondamentalement une personne faible. Je suis un pécheur. Ils me l'ont dit. Donc, je dois lutter. Je dois travailler contre des choses. Je suis fondamentalement corrompu et je voudrais juste manger mon chemin de la mort avec des sandwichs au thon si je ne me contrôlais pas. "Non. Le combat est fait. Le combat est fait. Laissez-le aller.

 

Oh! Je sais. Ça va sembler bon, puis ça va paraître bizarre. Ça va être doux et puis ça va être amer.

 

Les fumeurs. Votre bras. Tout le reste de cela. Du genre, «Je suis un fumeur et c’est mauvais." Non ça ne l’est pas réellement. Cela n'a pas vraiment d'importance. Oh, je suis désolé, chère Linda et quelqu'un d'autre qui a été offensé, mais cela n'a pas d'importance. Pour un vrai Maître - ce n’est pas grave.

Beaucoup d'entre vous sont des fumeurs. Vous combattez. «Je fais une mauvaise chose. Je vais quitter un jour. »Non, en fait vous ne le ferez probablement pas. Vous mourez d'abord. (Quelques gloussements)

 

LINDA: Duh!

ADAMUS: Pas si mal. Pas si mal. Mais vous êtes comme, "Oh! Il y a quelque chose de mal avec moi, "et vous devez aller faire une pause à l’extérieur et vous devez être l'un des étranges, des gens bizarres, et puis il y a quelque chose que vous aimez à ce sujet, être l'un de ceux qui peuvent aller à l'extérieur. Et même certains d'entre vous qui ne sont pas fumeurs veulent rejoindre les gens à l'extérieur, parce qu'ils sont un peu plus frais.

 

LINDA: Ohhhh!  ADAMUS: Et c’est Cauldre qui a dit cela. Je n’ai pas dit cela.


Si vous mettez en place une lutte au sein de vous-même et, "je dois me contrôler et j’ai besoin d'arrêter de fumer et c’est mauvais." Arrêtez. Le Maître ne s’engage pas dans un combat avec eux.

 

Certains d'entre vous font des choses comme du travail dehors, de l'exercice. Vous le faites parce que vous pensez que vous devez. Vous vous battez contre quelque chose – l’âge, le poids, la détérioration des os et des muscles. Arrêtez. Je ne dis pas d’arrêter l'exercice; arrêtez ce combat. Vous lui donnez seulement de l'énergie. C’est une partie de vous dans le passé, une peur ou quelque chose d'incomplet en vous, et vous ne nourrissez que le fantôme, ce monstre.

 

Beaucoup d'entre vous pensent que vous devez limiter vos pensées, que vous ne pouvez pas vraiment exprimer vos émotions parce que vous allez juste avoir de la rage partout chez les autres. Donc vous créez ce genre de déni - «Je dois être une bonne personne." Non, vous ne devez pas. Vous ne le faites pas. Vous réalisez que la « gentille personne » est un recouvrement hypnotique et que vous êtes tombé dedans – « je dois être gentil. Je dois être gentil envers les autres personnes. »

 

Eh bien, la chose drôle c’est qu’énergiquement vous n’êtes pas gentil avec eux, parce que vous ne pouvez pas les supporter. Mais vous essayez d'agir agréablement, et vous êtes comme, (dit avec un visage hideux, puis un bruit d'étranglement; rires de l'assistance) "Namaste." Mais énergétiquement vous leur envoyez de la merde.

 

 «Je ne supporte pas les bien-pensants... Namaste" (sarcastique). Alors que vous essayez d’acter une chose. Vous avez ce combat allant. Lâchez ça! Laissez cette rage.
Maintenant, cela semble très étrange - «Non Nous devons être des gens sympas. Nous sommes spirituels. "Non, nous ne sommes plus spirituels et vous n’avez jamais été agréable.

 

LINDA: Ohhh! (Quelques rires)

ADAMUS: Non, être gentil c’est de l'hypnose. Vous n'êtes pas des gens sympas. Vous ne l'êtes pas. Et je ne veux pas que vous le soyez.

EDITH: Je vous remercie.

ADAMUS: Parce que c’est une superposition hypnotique mise sur vous par d'autres. Être gentil est effectivement candy-cul. C’est ...   LINDA: C’est quoi?   ADAMUS: Candy-cul.

LINDA: Qu'est-ce que cela signifie? Je ne suis pas sûr de très bien traduire.

ADAMUS: C’était la parole de Cauldre. Je ne l’ai pas utilisée. (Quelques rires) Artificiel. Gentil est artificiel. Ce n’est pas réel. Ce n’est pas agréable. Il est authentique. Il est compatissant. Mais gentil est juste ce très beau travail pour de grandes ventes. Bien? Donc pas agréable.

 

Vous combattez les choses dans votre vie. Vous combattez si vous êtes assez intelligent. Ainsi, vous essayez d'être plus intelligent et vous vous battez contre votre stupidité, votre stupidité. Vous vous battez contre cela.

Eh bien, au fond, nous sommes tous un peu stupides d'une certaine manière. Et stupide est bon. Innocent est bon. Vous ne pensez pas tellement, et puis vous pouvez sortir avec les vraies réponses qui, nous y reviendrons dans une minute.

 

Stupide - en fait, j’aime les gens stupides.

 

EDITH: Comme Forrest Gump.  ADAMUS: Pardon?

EDITH: Comme Forrest Gump.

ADAMUS: Comme Forrest Gump. Merci. Oui. «Innocent» serait un autre mot pour cela.

Je vais vous demander d'arrêter le combat en vous-même à partir de minuit, où que vous soyez. Mais arrêtez ce combat : que vous n'êtes pas assez bon, que vous avez fait quelque chose de mal, que vous avez besoin de travailler sur vous-même, que vous devez être  meilleur, que vous avez besoin de vous améliorer, que vous devez avoir un plan. Je ne veux pas voir l'un de vous, l'un de vous, avoir une nouvelle année de… comment vous les appelez?

LINDA: Résolutions.

ADAMUS: Résolutions, parce que cela ne marchera jamais. Vous n'allez pas résoudre quoi que ce soit, et alors vous penserez que vous êtes toujours un plus grand conard qu'avant la résolution. Et vous aurez toute cette bataille en cours.

Maintenant, ce que je dis ici ne s’applique pas à tout le monde là-dehors. Ils s’écrouleraient s’ils prenaient ce conseil. Mais pour Shaumbra, je pense que vous comprenez. Pas de combat supplémentaire.

 

Maintenant, vous êtes comme, "Oh, ça va être vraiment bon, parce que je suis vraiment fatiguée de me battre." Mais le fait est que vous n'êtes pas assez fatigués de combattre, pas tout à fait encore. Donc, il va y avoir une tendance à essayer de cacher des combats dans vos poches ou dans le placard ou partout où vous me cachez des choses, que vous n’avez pas. Et il va y avoir une tendance. C’est comme, «Eh bien, j’ai encore à travailler sur mon ..." remplissez le vide "Parce qu’Adamus ne comprend pas mon ..." vous le savez, votre faiblesse incroyable, votre dépendance incroyable, vos perversions incroyables, tout ce qu’il y a d’incroyable en vous. Ouais, je les comprends tous. Mais je comprends qu’en les combattant, vous les vivez.

 

En les combattants, vous les vivez.

 

Quand vous combattez ces choses, lorsque vous vous battez contre vous-même, quand vous vous fixez des objectifs ... les objectifs pour un Maître sont comme de la Kryptonite pour Superman.  "Ohh! Les objectifs. Oh! Oh! Juste ... "Pourquoi des objectifs? Les objectifs supposent qu'il y a quelque chose de mal avec vous, qu'il y a quelque chose que vous devez améliorer. Vous n’avez pas besoin d'objectifs. Vous avez besoin de vivre. C'est tout. Vous avez juste besoin de vivre sans la lutte, sans la lutte.

 


La Vie n’est pas une lutte. Elle ne l’est vraiment pas. Si vous prenez l'essence de la vie, ce n’est pas une lutte. Il n'y en a jamais eu. Mais il y a beaucoup de choses qui ont causé une lutte, et vous avez acheté en elle. Vous avez été séduit en elle et en quelque sorte vous l’aimez. Même si vous dites que vous ne l'aimez pas, vous l’aimez, parce que sinon vous ne l’auriez pas fait.

 

Plus de combat supplémentaire. Ne combattez pas dans votre santé. Si vous avez un problème de santé, arrêtez de combattre. Cela sonne bien au début, mais tout d'un coup, vous êtes comme, "Gasp! Mais cela signifie que je vais le permettre. Je l'embrasse. Ensuite, il va prendre le relais.

 

 "Vous allez être surpris à quel point la lutte se fait réelle. Comment elle s’accent ... et je ne dis pas, non plus, de l'éviter et de prétendre que vous ne l'avez pas. Je dis de permettre réellement.

 

C’est paradoxal de permettre vos dépendances, de permettre vos maladies, de permettre vos faiblesses, de permettre toutes ces choses que vous n’aimez pas chez vous.

C’est très, très paradoxal. Vous avez été tellement habitués à vous limiter. Disons que vous aimez les pâtes. "Je ne peux pas manger des pâtes parce qu'elles me font grossir." D'accord, eh bien, elles le feront. Ensuite, vous avez ce combat en cours et ensuite, la joie de vivre sort. Ohhh! Plus de combat avec vous-même.

 

Vous pouvez combattre avec d'autres personnes. C’est, en fait, une sorte de plaisir. Non, c’est vraiment amusant, parce que vous réalisez que si vous vous laissez vraiment être vous-même, largement ouvert, dans un combat avec quelqu'un d'autre; disons que vous avez un parent – un frère, une sœur, quelqu'un – avec qui vous avez passé des années, vous savez, juste à supporter et à accepter, et vous vous donnez l'autorisation – de ne plus vous retenir, plus pour quoi que ce soit – il va se sentir un peu bizarre.

 

Vous dites: «Oh, je voudrais les tuer." Eh, tant pis. (Quelques rires) Vous savez quoi? Ils vont revenir de toute façon. Et ce qui se passe, c’est qu’une fois que vous vous donnez la liberté, cette autorisation, toutes ces pensées perverses déformées disparaissent. Vous n’allez pas le faire, mais juste vous donner la liberté de dire, «Je vais juste aller leur arracher une nouvelle..."

 

LINDA: Une nouvelle quoi?

ADAMUS: Une nouvelle vie. Je vais leur arracher une nouvelle vie. (Rires) Que pensiez-vous  que je voulais dire? «Je vais leur arracher une nouvelle vie», vous vous donnez cette autorisation, sans vous tromper en disant: «Eh bien, je me donne la permission, mais je ne peux pas le faire." Non, vraiment. Donnez-vous cette permission. Soudain, vous vous mettez dans une conscience différente. Soudain, les choses deviennent beaucoup plus claires et tout à coup vous réalisez que vous pouvez effectivement - pouf! – Les rendre invisibles si vous voulez. Mais vous ne voulez pas cela.

 

Soudain, vous réalisez : «Je leur ai donné beaucoup de pouvoir sur moi. Je les ai laissé voler mon énergie. Ce n’était pas vraiment leur faute; c'était de ma faute. Je leur ai donné toute cette puissance. Maintenant que je m’en rends compte, je ne vais pas me retenir, je n’ai plus à jouer à ce jeu".

 

Nous allons revenir à ceci maintes et maintes fois, et je vais vous appeler là-dessus au cours de l'année, mais le combat est fini. Quel qu'il soit – la santé, les relations, le dégoût de soi, le doute de soi, la nourriture, toute sorte de dépendances. Il n'y a pas de dépendances; tout est mental. Toute sorte de choses avec lesquelles vous combattez avec et contre vous-même, y compris le «Pourquoi n’ai-je pas fait plus dans ma vie?" Je vais vomir si jamais je vois quelqu'un d'entre vous penser cela, parce que vous serez à la recherche de vous-même à travers cette petite vue microscopique. Vous vous cherchez vous-même, vous dites: «Eh bien, d'autres personnes ont réalisé plus." D'autres personnes ne sont pas venues sur cette planète dans l'un des plus beaux mais plus difficiles temps pour être un Maître incarné.

 

Y a-t-il quelque chose de plus grandiose? Un autre diplôme va-t-il simplement être mieux que ça? Un peu plus d'argent? Une plus grande maison? Je ne pense pas. Ainsi, lorsque vous entrez dans ce combat avec vous-même sur ce que vous avez accompli, laissez aller. Non, plus de combats.

 

 

 

Une salle spéciale

 

La moitié de ceci sonne bien, vous êtes genre, "Oh, bon. Non. Plus de combats. "La moitié de ceci-ci va être très difficile, parce que vous êtes conditionnés pour la bataille, pour la lutte. Vous êtes conditionnés pour retenir. Vous êtes conditionnés pour avoir ces démons de doute dans votre vie disant: "Non. Arrête. Ne fais pas ça. Tu es une mauvaise personne. Sois gentil.

 

"Donc, ça va être très, très inconfortable. Et c’est là que je vais ouvrir une salle très spéciale, une grande salle, une salle fantaisiste, avec des sandwichs au thon et aux pépites de chocolat sur le site Web du Crimson Circle. Elle va être ...

 

SART: Peut-elle avoir des murs capitonnés?

ADAMUS: Des murs capitonnés. (Quelques rires) Non, je pense que les murs seront faits de pouding au chocolat d'un côté et ... murs capitonnés? Que faites-vous ...de la crème glacée de l'autre côté et ... (quelqu'un dit, "N’oubliez pas les jalapeños»)  Les Jalapeños (NDI : Le jalapeño, est une variété mexicaine de piment, une plante condimentaire de la famille des Solanacées). Un mur de jalapeños. J’adore ça. (Rires) Ouais! Yeah! Yeah! Bon. Un mur de jalapeño. Nous avons beaucoup de murs dans cette salle. (Plus de rires)

 

Donc, je vais demander à la chère Michelle d’ouvrir ce petit endroit sur le site où vous pourrez aller, et il peut être probablement, je ne sais pas, un écran vide ou une belle image ou quelque chose d’autre. Mais un endroit où vous pourrez aller quand vous êtes un peu submergés, pour renoncer à la lutte, et que vous vous trompez, que vous êtes confus au sujet de la lutte que vous rencontrez en vous-même - ce qu'il faut faire, comment laisser aller, quelles sont les conséquences - vous venez juste là. Je serai là - comment dites-vous - vingt-quatre ...

 

LINDA: Vingt-quatre à sept.
ADAMUS: ... sept. Je serai là tout le temps. Vous saurez que je suis là parce que vous allez sentir le sandwich au thon. (Quelques rires)   LINDA: Ohhhh!

ADAMUS: J’aime le sandwich au thon! J’aimerais revenir pour une autre incarnation juste pour avoir un bon sandwich au thon avec des chips. Avec des chips. Oui. Le mois prochain.

 


Donc, nous allons ouvrir cet espace sur le site, juste un petit espace sur lequel vous cliquerez.

 

Nous aurons des informations pour vous. Vous viendrez ici si vous êtes confus au sujet de la lutte ou si vous pensez que vous avez encore besoin de vous battre et nous parlerons. Nous parlerons. Vous et moi allons nous battre. Vous remarquerez que j’ai déjà un bandage sur ma main pour me préparer à cela.

 

Donc, je vais le mettre là, et nous y reviendrons encore,  le mois prochain. Non, plus de combats en vous-même. Et vous allez essayer de l'appliquer au monde extérieur et dire, "Oh, je ne devrais pas combattre. » Hein. Combattez le monde extérieur ; arrêtez-le en vous-même. Eh. Luttez contre le monde extérieur; arrêtez-le en vous-même. Arrêtez toutes ces limitations et arguments et retenues et les auto-prescriptions et toutes les autres choses bizarres que vous faites. Laissez-vous être libre. (Edith lève la main.)

 

Vous allez me demander si vous pouvez avoir une exception?

 

EDITH: Non

ADAMUS: Pourriez-vous lui remettre le microphone.  LINDA: Mon plaisir   ADAMUS: Oui. Oui.

EDITH: Pourquoi diable ne pouvons-nous pas libérer simplement tout le taureau?

ADAMUS: Ne me le demandez pas. (Adamus rit) Parce que vous êtes- je vais vous donner une réponse directe - parce que vous êtes un être humain. En raison d’un lot de conditionnement et de beaucoup de peur et de beaucoup de choses qui ne sont pas vraies, mais vous croyez qu'elles le sont.

Donc ce qui arrive c’est que vous entendez des choses. Vous les avez entendues revenir avec Tobias. Je crois que Cauldre a récemment écrit un article sur la prière silencieuse.

EDITH: Très agréable.

ADAMUS: Et vous l'avez entendue à l'époque, mais vous ne l’avez toujours pas comprise. Vous avez bien lu et dit, "Oh, cela semble si bon," mais vous ne l’avez pas incarnée.

Vous ne lâchez pas. Vous ne lâchez pas parce que vous êtes un être humain et que vous ne pensez pas que vous le pouvez. Vous ne pensez pas que vous êtes habilité à le faire. Vous ne pensez pas que c’est possible, et vous vous basez sur les expériences passées lorsque vous avez essayé quelque chose et que cela n'a pas fonctionné. Même si ce n’est qu’une fois sur cent que cela n'a pas fonctionné, c’est là où vous mettez votre conscience - la seule fois où cela n'a pas fonctionné.

C’est donc conditionné, ma chère. C’est l'hypnose. C’est conditionné. C’est la croyance, et en partie parce que vous êtes lâche.

EDITH: Prend, un pour un. (Adamus glousse)

ADAMUS: Chacun d'entre vous. Non, c’est un peu de lâcheté.

EDITH: Nous pouvons faire tout cela. Nous le faisons tout le temps.

ADAMUS: La lâcheté?

EDITH: Non! De libérer, de libérer, de libérer, de libérer et de permettre.

ADAMUS: (soupirant) Nous avons encore du chemin à faire, nous. (Quelques rires)

C’est en partie de la lâcheté, et ce que je veux dire par là c’est que vous prenez de petites étapes de bébé dans l'illumination, et avec des mesures de bébé vous ne pourrez jamais vous y rendre.

 

C’est une véritable libération, un véritable saut. Vous pensez que vous avez à apprendre ceci et puis cela, et puis cela. Que nous devons continuer à aller avec ces Shouds. Non. Non.

 

Donc, ce que j’appelle la lâcheté, c’est d’être le poulet, vraiment ... Vous attendez - pas vous, mais tout le monde ici - est en attente que quelqu'un d'autre le fasse. Nous devrions sortir avec des tee-shirts poulet, retenir sans raison valable. C’est pourquoi je vous agace tous. C’est pourquoi je vous distraie. C’est pourquoi nous passons par quelques-unes des choses que nous faisons.  C’est-à-dire : quand allez-vous être prêts ?

 

Avec ça, c’est un enchaînement parfait pour ma déclaration de clôture et un peu d'un merabh.

 

EDITH: Oh, je pense que nous sommes prêts et que nous faisons ...

ADAMUS: Oui. Il est presque temps de faire la fête.

 

Donc, chers Shaumbra, nous avons parlé d'abandonner la lutte, et vous allez penser à cela, à vous sentir en elle, en tenant compte de "Qu'est-ce que cela signifie?" Ensuite, il va y avoir beaucoup de bavardages sur vos médias sociaux à propos ce que je voulais dire. Et il va y avoir des gens qui spéculeront, et ils vont me citer sur des choses que je n’ai pas dites. Ce n’est pas à propos de quoi que ce soit, mais en vous-même. C’est votre propre façon de vous contrôler vous-même, de vous limiter, de lutter avec vous-même, de retenir en vous-même, de réguler et de vous restreindre vous-même, parce qu'il y a un sentiment sous-jacent que vous avez fait quelque chose de mal ou que vous êtes faible ou que vous devez vous améliorer. Une hypothèse sous-jacente qu'il y a quelque chose ne va pas.

 

Dans une certaine mesure, c’est en partie la raison. Mais c’est juste une couche. C’est juste une réalité. Il y a cette autre réalité où vous pouvez mettre votre conscience que c’est déjà là.

 

Que vous savez déjà. Vous savez déjà.

 

Et quand vous viendrez sur notre nouvel espace sur le site, dans cette belle salle - nous allons lui donner un joli nom. Quand vous viendrez dans cette salle, vous y viendrez en réalisant, en sachant que vous savez déjà. Lorsque vous avez des questions, quand vous avez des craintes, lorsque vous vous demandez ce qui va venir ensuite, sentez en vous que vous savez déjà.

 

Faites-le réellement en vous apaisant, et peut-être que nous aurons quelques belles musiques jouées, peut-être certaines musiques jouées par Yoham dans cette salle. Vous y venez et vous prenez une profonde respiration, et vous vous détendez.

 


(La musique commence)

 

Et vous venez juste réaliser que vous connaissez déjà la réponse à tout ce que vous vous demandez. Je ne vais pas vous donner la réponse, mais je vais vous encourager à réaliser la réponse que vous avez déjà.

 

Vous venez là dans cette salle que nous allons créer, et par la manière, le mot de passe est "J’Existe. Je suis ce que Je suis. Je sais que Je sais. » C’est le mot de passe.

Cela vous fera entrer. Littéralement. Je veux que vous tapiez cela. "J’Existe." Point.

 «Je Suis ce que Je Suis." Point. «Je sais que Je sais." Point. Cela doit être fait avec des majuscules et des minuscules. Tout en majuscules, cela ne fonctionnera pas. (Rires)

 

 

 

J’Existe. Disons-le, répétons-le en ce moment. J’Existe.

 

AUDIENCE: J’Existe.

ADAMUS: Non, tranquillement. (Adamus glousse) Que pensez-vous que c’est? L’école du dimanche ?! «Répétez après moi. Jésus est mort pour mes péchés. "(Quelques rires)

LINDA: Oh !
ADAMUS: (Rires) Comprenez-vous comment cela fonctionne de lavage de cerveau? "Oui, je vais répéter après l’enseignant. Jésus est mort pour mes péchés. "Eh bien, vous allez alors vous sentir vraiment mal en vous-même, vraiment mal. Et puis vous irez à travers le reste de votre vie comme, "Il est mort pour mes péchés." Jésus ne se soucie pas de vos péchés.

Prenons une grande respiration. Ne répétez  pas après moi. (Adamus glousse) Sentez-le en Vous-même. Les autres maîtres ascensionnés rient.

 

J’Existe.

 

Oh, c’est la réalisation de la Maîtrise. J’Existe.

 

Je suis ce que Je suis.


Qu'est-ce que cela veut dire? Cela sonne bien quand les gens disent. «Je Suis ce que Je suis. Namasté. » Je Suis ce que Je suis. Tout ce que je n’ai jamais fait, tout ce que je ne pourrai jamais faire, tous les potentiels que je n’ai jamais créé dans le Mur de Feu, je suis ce que Je Suis.


Je ne suis pas ce dont je me souviens, ce que je pense que je suis. Mais Je Suis tout ce que je suis, toutes les couches et les niveaux, les choses vécues et non connues, réalisées et non réalisées. Je Suis tout cela.


Je Suis tout ce que je choisis d'être. C’est ce que cela signifie vraiment.

Je suis ce que Je Suis. Je suis tout ce que je choisis d'être.


Et puis je sais que je sais.

 


Vous voyez, j’ai souvent dit et souvent grondé quand quelqu'un se levait et disait: «Eh bien, je ne sais pas." Non, vous savez. Vous ne savez pas que vous savez. Vous connaissez chaque réponse. Vous connaissez chaque tour et détour du passé, ainsi que de l'avenir. Vous connaissez l'avenir. C’est la chose étonnante.

 

Cette conscience prend l'impact sur l'avenir. Cette conscience annule le mot entier "avenir." Vous commencez à réaliser que c’est juste bien maintenant.

 

Il y a donc ce toc, toc, frappant à la porte de notre nouvelle salle sur le site.

"Quel est le mot de passe ?"

"J’Existe. Je Suis ce que Je suis. Je sais que Je sais. "

«D'accord, vous pouvez entrer."

 

 Et puis, vous venez vous asseoir. Vous venez vous asseoir tranquillement. Vous vous sentez dans le J’Existe. Vous vous sentez dans le Je Suis. Tout ce que Je choisis d'être, Je Suis. Et puis, vous permettez vraiment  le : Je sais que Je sais. Ne venez pas ici, vous asseoir et dire: «Eh bien, je ne sais pas." Ne me demandez pas. Ne demandez pas à Adamus. Vous dites: «Je sais que Je sais», puis taisez-vous et laissez-le venir à vous.

Ensuite il suffit de laisser venir à vous, «Je sais que Je sais."

 

Le plus drôle qui se passe est que vous commencez à le réaliser, "Ouais, en fait Je sais. Je ne sais pas comment Je le sais, mais Je sais que Je sais. "Ensuite, vous commencez à réaliser qu'il n'y a vraiment pas beaucoup à savoir de toute façon.

 

En d'autres termes, vous n’étiez vraiment pas perdus, vous marchiez autour, vous ne marchiez pas autour désemparés comme vous pensiez que vous l’étiez. Vous savez vraiment.


Vous riez un peu. Vous vous souvenez des sessions que nous avons eues ici où j’ai dû vraiment châtier quelqu'un quand il a dit, "Je ne sais pas." Vous allez rire et, "Maintenant je comprends pourquoi Adamus a fait cela. Il sait ".

 

 

 

C’est très simple. "J’Existe. Je suis ce que Je suis. Je sais que je sais."

 

Et pendant que vous êtes assis dans cette belle, belle nouvelle salle, une sorte d'ajout sur le site Web; pendant que vous êtes assis ici, vous vous rendez compte «Pourquoi est-ce que je me battais contre tous ces trucs en moi-même? Quel était ce combat, à propos? Quelle était cette bataille, à propos? "Ensuite, vous avez un bon rire et dites," je dois avoir apprécié quelque chose. Mais garçon, je suis content que nous mettions un terme à cela. "Vous vous rendez compte qu’il n'y a rien à combattre. Ni dans votre corps, ni dans vos pensées, ni dans vos choix. Quand il n'y a rien à combattre, il n’y a rien aussi à craindre.

 

Quand il n'y a rien à combattre, il n'y a rien à craindre.

 

Et puis, vous obtenez ce grand lavage d'amour qui vient sur vous, de vous pour vous-même, ce picotement qui va à travers tout votre corps. Puis vous vous rendez compte de ce sentiment de liberté. Vous vous rendez compte qu'il n'y a aucun but. C’est seulement la joie de vivre. Vous réalisez qu’il n’y a à pas essayer de devenir meilleur en aucune façon.

 

Vous réalisez la perfection qui est déjà là.

 

Ensuite, vous allez probablement avoir quelques larmes. Nous allons avoir besoin de quelques boîtes de mouchoirs dans cette salle. Vous allez avoir quelques larmes, lâcher, vous demander à vous-même pourquoi. «Pourquoi, oh pourquoi, ai-je fait cela si difficile? Pourquoi Adamus ne me l’a pas dit plus tôt? "

 

Vous allez avoir un peu plus de larmes et vous libérerer vraiment alors, Édith. Vous allez vraiment laisser aller. Ensuite, vous vous rendrez compte que vous étiez une espèce de lâche avant. Toujours à entretenir ces combats avec vous-même, sans jamais vous laisser savoir que vous saviez.

 

Vous allez vous rendre compte que vous l'avez presque rendu difficile en vous-même. Presque. Toujours à entretenir ce combat en vous-même. Vous allez vous rendre compte que le combat est fait maintenant. Seulement un lâche combat. Ouais.

 

Vous allez prendre une bonne respiration profonde.

 

Oh, je ne peux pas attendre pour entrer dans cette pièce avec vous. Vous allez prendre une bonne respiration profonde, après avoir eu beaucoup de larmes, et vous allez atteindre ce mur avec votre main, prendre une grosse boule de pouding au chocolat et ne pas vous sentir mal à ce sujet et ne pas vous inquiéter que le mur tombe ou ne pas vous inquiéter qu'il y ait des germes. Ne pas vous inquiéter au sujet de la couleur ou de quoi que ce soit. Tais-toi! Profitez du pouding au chocolat et d’un sandwich au thon. Ils vont vraiment bien ensemble. Il faut que ce soit un de mes favoris.

 

Ensuite, vous allez prendre une profonde respiration et dire: «Merde nous l'avons fait. Nous l'avons fait à la fin de 2014. «C’est le miracle. C’est le miracle. (Applaudissements)

 

Si je vous avais dit au début de cette vie que vous alliez le faire à la fin de l'année 2014, vous ne m’auriez probablement pas cru. Vous ne m’auriez probablement pas cru. C’est un miracle ce que vous avez enduré. C’est un miracle que vous soyez encore en vie, vraiment, et en semi-fonctionnement. (Quelques rires, Adamus glousse) Et un miracle que nous soyons ensemble ici et que nous puissions rire et sourire et plaisanter et se distraire, et n’oubliez pas ce que j’ai dit. Le Maître comprend l'art de la distraction délibérée ... distraction. (Beaucoup de rires) Distraction. Je vous ai distraits pendant un instant.

 

 


Alors prenons une bonne respiration profonde.

 

Vous l’avez fait à la fin de 2014. Qu’en est- il de –2015? Il s’agit de la réalisation. Point. Je ne vais accepter aucun makyo, aucune excuse. Je ne vais accepter aucun combat en vous-même. Non. Je vais les appeler sur le tapis. Je ne vais accepter aucune excuse, « Je ne sais pas. » « Oh, vous ne comprenez pas, Adamus. J’ai eu une vie vraiment difficile. »Vous voulez une vie difficile? Cent mille ans dans un cristal, c’est une vie difficile.

 

Prenons donc une bonne respiration, alors que nous passons, vraiment, dans une nouvelle ère pour vous, pour le Cercle Cramoisi, pour le monde. Oh, ça va être une année folle.

 Vous pensez que cette année a été difficile, attendez  l'année prochaine. Mais vous savez quoi ? Ce n’est pas la vôtre.

 

Et vous savez quoi ? En dépit de tous les trucs dingues qui se passent, toutes les guerres et les violences et les avions perdus et tout le reste, en dépit de tout cela, vous allez être en mesure de prendre du recul, de prendre une profonde respiration et de dire ...

 

ADAMUS ET PUBLIC: tout est bien dans toute la création.


ADAMUS: Bonne et Heureuse Année. Que Dieu bénisse chacun de vous. Merci. Merci. (applaudissements de l’assistance) (La Musique joue)

 

 

 

SOURCE : http://www.crimsoncircle.com/Library/LibrarySeries.aspx

 



14/02/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres