SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SYMBIOSE - Re-connexion à Soi

SHOUD 11 _KHARISMA 01 AOUT 2015

Adamus® Saint-Germain

 KARISMA _ SHOUD 11 _ 01 AOUT 2015

 

Série KHARISMA – Shoud 11

Présenté au Crimson Circle le 01 Août 2015

Canalisé par Geoffrey Hoppe assisté par  Linda Hoppe

www.crimsoncircle.com

 

 

«KHARISMA 11»

 

NOTE IMPORTANTE: Cette information n’est probablement pas pour vous, sauf

si vous prenez l'entière responsabilité de votre vie et de vos créations

*  *  *

 

 

 

 

 

 

 

Je suis ce que Je suis, indéniablement Adamus. Ah !


Pas Saint-Germain aujourd'hui, certainement pas Kuthumi aujourd'hui ; c’est le jour de tous les Adamus, de toutes les étoiles (le public acclame et applaudit). Vous applaudissez maintenant, mais peu savent ce que j’ai à l'esprit (NDI : mental).


Et, chère Edith, ils ont dit que vous étiez un peu mal à l'aise avec la vidéo (en référence à la vidéo de Lost" par Anouk qui a été jouée avant la canalisation).

 


EDITH: Oh, non. Elle ne m'a pas mise mal à l'aise.


ADAMUS: Elle ne vous a pas mise mal à l'aise?


EDITH: Non, c’est juste à propos de nous aimer nous-mêmes.


ADAMUS: Absolument! Vous l'avez entendu Edith! (Applaudissements) Une récompense d'Adamus pour vous aujourd'hui.


EDITH: Oh, wow!


LINDA: Ha! J'en ai une! J'en ai une. Ha, ha! Ha, ha, ha!


ADAMUS: vous obtenez une récompense d'Adamus.


LINDA: J’en ai une!


ADAMUS: C’est juste au sujet de vous aimer, oui.


LINDA: Sur le chemin.


ADAMUS: En fait, je dois vous en dire un peu plus. J'ai sélectionné cela. Pas ma musique préférée, mais peut-être mon sujet favori – s’aimer soi-même. Et à un moment, cher Geoffrey, Cauldre, devenu un peu nerveux, allait mettre quelque chose de doux dessus, non-offensif, non inconfortable. Et il l’a même utilisé, il a même utilisé Edith comme une excuse. Il a dit, "Edith pourrait être mal à l'aise avec cette vidéo." Ais-je raison, ma chère dame? (Il l'embrasse et le public dit "Awww!")


EDITH: Merci (il l'embrasse à nouveau). Merci.


ADAMUS: Pas mal à l'aise du tout. Oh, quelqu'un s’aimant, s’aimant soi-même, et le chantant... oh.


LINDA: (portant la récompense d'Adamus) C’est la seule.


ADAMUS: Et nous aimerions obtenir un bon tir de ceci. Edith, pour vous (il lui remet la récompense).


EDITH: Je vous remercie beaucoup.


ADAMUS: Pour vous. Oui. Oui (quelques applaudissements). Vous réalisez que nous n’en donnons plus tellement beaucoup de celles-ci, maintenant vous pouvez les acheter en ligne pour $ 44 (quelques rires). Mais elle est toute à vous.

Ah, l'un de mes sujets favoris est de s’aimer soi-même, et nous avons tendance à l’obtenir- vous avez tendance à l’obtenir - inconfortables avec cela de temps en temps et presque gênés parfois. Ici, nous avons une belle vidéo où la musique parle d'être perdu - et je sais que beaucoup d'entre vous se sentent de cette façon, perdus dans votre propre chanson - et dans des graphiques, très professionnellement faits, mais copain-copain avec vous-même dans une baignoire (rires car Adamus se blottit à côté d'Edith). Ou appelez-moi (Adamus glousse).

 

 

Alors, mes chers amis, nous allons faire un peu différemment aujourd'hui, un peu différemment.


Tout d'abord, comprenez que je suis réellement ici, dans ce Shoud - et un Shoud c’est nous tous. Un Shoud est un reflet de nous tous. Lorsqu'il y a un grand, grand Shoud, un Shoud point de repère, c’est parce que vous êtes prêts à prendre cette prochaine étape. Cela ne se sent toujours pas bien pour le moment, ce n'est toujours pas confortable à la fois,  mais vous vous permettez d'aller au niveau suivant. C’est si facile parfois, dans votre propre vie, de rester juste au statu quo, à penser juste que la vie est différente, mais sans jamais lui permettre d'être différente, de ne pas faire preuve d'audace.

 

Le basculement de Dieu


Le mois dernier, nous avons fait un geste audacieux. Nous avons fait le basculement de Dieu (rires). Pour ceux d'entre vous qui ne savent pas de quoi je parle, il y a quelque chose appelé le basculement de la vache. Le basculement de la vache. Oui, ici, les Américains savent ce que c’est. Je crois que c’est un peu pratiqué ici. Mais pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas et qui veulent faire quelque chose ce soir ... (rires et le public dit «Non!») Vous allez dans le pâturage et les vaches dorment, et quand une vache est en train de dormir, avec un seul doigt, sans véritable effort, vous pouvez les pousser davantage (Adamus glousse). Non, non, la vache ne s’en soucie pas, tant qu'elles arrivent à manger le lendemain.


Nous avons fait le basculement de Dieu. Il était prêt, parce que Dieu est assez endormi. Dieu est assez léthargique et Dieu est juste dans le pâturage, juste un peu ... (il fait un visage somnolent). Oh, je suis sérieux. Je n'appelle pas Dieu une vache (quelques rires étouffés). Eh bien, peut-être que je le fais (plus de rires). Il était donc prêt à basculer, pour juste aller. Ce fut un grand pas. Vous ne l’avez peut-être pas réalisé le mois dernier, mais un grand pas dans le fait que nous pouvons encore en parler sans nous soucier que quelqu'un observe ou écoute, parce que, eh bien, vous n’avez pas à le faire. Personne d'autre n'écoute ce genre de choses! (Adamus rit)


Sans nous soucier des répercussions, parce que, vous savez, autant que Dieu fasse partie de la conscience de masse, les gens veulent que cela change. Les gens veulent vraiment un changement de Dieu, mais ils ont peur. Ils ont peur, cela pourrait être trop de changement ou un changement dans la mauvaise direction, mais ils sont un peu fatigués de Dieu, du Dieu que les humains ont connu. Ils veulent quelque chose d'un peu plus dynamique, de plus rafraîchissant, de plus simple, et pas seulement enseigné par quelques vieillards croustillants.

 

En fait, vous savez quand les choses sont vraiment sur le devant à percer Dieu c’est lorsque les femmes, autant que les hommes, partagent cette chose de Dieu, quand elles prédiquent. Pour moi, c’est si étrange – c’était étrange il y a 300 ans, mais plus étrange encore aujourd'hui - que les prêtres doivent être des hommes et les rabbins en général des hommes et les prédicateurs et les ministres généralement des hommes. Pas toujours, mais en général.

 

C’est si étrange. C’était étrange à l'époque. Tout le monde savait qu'il manquait quelque chose, mais personne n’allait en parler. Et ici, nous sommes 300 ans plus tard et elle est toujours portée disparue. Mais vous savez quand il y a des changements dans une partie de la grande église et des organisations religieuses pour permettre aux femmes de se mettre debout à l'avant.

 

Mais de toute façon, nous avons fait un peu basculer Dieu le mois dernier, et il est tombé, et il y a des répercussions. Je veux dire, c’est amusant de le faire et de regarder l'ensemble, vous savez, Dieu, ce grand puissant être, sachant tout - boum! - juste comme ça.


Il y a tellement de répercussions, pour vous. Cela commence à secouer, à saper le fondement sur lequel beaucoup de choses ont été construites. Cela commence à abattre les choses à l’intérieur. Même si je sais que vous pensez que vous n'êtes pas religieux, mais il y avait encore un peu du vieil investissement en Dieu. Vous commencez à lâcher cela et les choses viennent, parce que Dieu est comme une grande couverture, une grande répression sur beaucoup de choses – sur la peur et la culpabilité et la honte et les souvenirs qui se cachent - tout en vous prie Dieu. Eh bien, lorsque cela s'en va, les choses se présentent.

Sandra.


SANDRA: Je suis juste ici.


ADAMUS: Café.


SANDRA: Je suis juste ici (quelques rires).

ADAMUS: Oui. Merci ma chère. Merci. À la votre. (Quelques applaudissements). Sentez-vous libres de crier de joie, de faire irruption ici à tout moment, tant que c’est pour mon café, rien d'autre.


Donc, cela bouscule beaucoup de choses et vous avez probablement remarqué que, de beaucoup de façons, cela a été un mois fou, différent de la folie régulière, mais cela a été un mois fou – à se sentir un peu perdu, non arrimés, non amarrés; à se sentir un peu mal à l'aise que l'ancienne base ne soit pas là - et cela est absolument approprié. Cela apporte des choses comme la lettre du Cher John dont vous parliez avant. Cela apporte des lettres de la Chère Susan. Cela amène des lettres de la chère Mary, des lettres du Cher Benjamin, des lettres du Cher Richard.

 

Cela  a apporté beaucoup de choses, et cela les a amenées à la surface. Et quand les choses sont remontées à la surface et qu’elles sont exposées à ce que vous diriez la lumière ou la conscience, cela blesse pendant un moment. C’est inconfortable, et ni vous ni moi ne voulons que vous retourniez à votre petit endroit confortable et que vous essayez juste de le rendre un peu plus confortable. Nous allons passer à travers cela. Vous passerez à travers cela, et c’est un peu inconfortable et cela fait en sorte de ripper sur (NDI : ou de déchirer) une partie du tissu de votre algorithme humain, et il le fallait. Et cela continuera à le faire.


La chose étonnante est que quand vous comprenez ce qui se passe, même s’il y a certaines douleurs émotionnelles mentales, peut-être physiques, mais vous dites, "Oh, correct. Ceci est ce qui se passe. "C’est beaucoup plus facile que d'être absolument dans l'obscurité et d'entrer dans le« Quel est le problème avec moi? "Cela est tout simplement horrible. Ainsi, dire que, oui, il va y avoir des moments inconfortables, des temps de réglage. Mais quand vous comprenez que c’est approprié et que vous allez au-delà, c’est beaucoup plus acceptable, beaucoup plus facile à prendre.


  
Tout est dans le Maintenant



Tel que je me tiens ici aujourd'hui à parler, je parle à tous et à chacun de vous. Ceci est votre Shoud. Ceci est ce que vous créez. Mais je le fais également autant pour moi, autant pour moi, parce que je suis ici à parler, essentiellement à traduire, à mettre en avant votre message et le mien, il y a une partie de moi qui entend ceci en ce moment; une partie de moi. C’est une partie qui n’est pas un Maître Ascensionné. C’est une partie qui a eu une période très difficile il y a 2600 ans. C’est une partie de moi qui est tellement frustrée et confuse et perdue. Ainsi, je suis debout ici à me parler à moi-même, en me disant, "Vous allez à travers une évolution, une ouverture. Là viendra un moment d'éclaircissement. "Je suis ici à parler à mon passé, et le passé n’est pas en arrière du chemin. En fait, le passé se trouve justement ici.

 

Vous faites la même chose avec vous-mêmes en ce moment. Vous parlez à votre passé. Vous parlez à ce que vous pourriez dire être votre Maintenant, votre temps actuel. Et il y a une partie de vous que vous appelleriez l'avenir - mais il ne l’est pas vraiment, c’est totalement votre Maintenant –vous  parlant à vous-même en disant: «  ça fonctionne »  Il le fallait. Il le fallait.

 

Cela vient absolument ensemble de la plus belle et étonnante façon que vous avez créée. De personne d'autre. Que vous avez créée. Ainsi, en dépit de beaucoup de choses qui vous inquiètent et vous interrogent en ce moment, comme l'humain assis ici, pensant qu'il y a quelque chose que vous n'avez pas encore compris, se demandant à propos de ce qui vient ensuite et peut-être inquiet à ce sujet, peut-être frustré par la vie, il y a cette partie de vous qui vous parle en ce moment et qui dit: «Prend une profonde respiration. Détend-toi. Détend-toi."


Vous savez, la chose intéressante est qu'il n'y a pas vraiment un passé / un présent / un futur. Tout se produit dans le Maintenant. Tout s produit dans le Maintenant. Cela ne peut pas se produire dans le passé ou le futur. Ainsi, même ce Maître ascensionné de vous-même est dans le présent, dans le même Maintenant que cet humain est - dans le même Maintenant - et le passé est dans le même Maintenant.


"Alors, quel est le problème?" Dites-vous. "Comment se fait-il que je ne le comprenne pas?" Eh bien, parce que vous regardez ou que avez conscience d'une petite partie de Maintenant. Cela se passe en ce moment. Il n'y a pas à entrer dans l'avenir; il est ici. Et dans un sens, on pourrait dire que ce que vous vous dites en ce moment c’est : «Ouvre ta conscience. Permet ta conscience. »

 

Permettez-vous de réaliser tout ce qui est ici dans le Maintenant. Pas mentalement. Pas mentalement. Vous venez de le faire par, eh bien, en étant absolument courageux et audacieux et disant: «Je n’ai plus rien à perdre. Je vais absolument ouvrir en ce moment. "Et puis arrêtez d'y penser. C’est tellement important. Et vous-même, votre Soi réalisé, éclairé, vous dit cela maintenant : "Arrête de penser à ce sujet. Sois juste avec ce que tu veux faire. "Vous permettez. Vous ouvrez et permettez, puis arrêtez de penser à ce sujet. Allez dans votre vie quotidienne. Soyez avec tout ce que vous voulez faire.


Alors prenons une grande respiration et faisons-le dès maintenant.
 

 


Rien de nouveau

 

Alors, aujourd'hui, je ne vais pas vous dire quelque chose de nouveau. Désolé. Tout ce que je vais vous dire, vous l’avez déjà entendu, que ce soit ici ou dans ce que vous appelez le passé ou que ce soit votre Soi éclairé vous ayant déjà dit cela. Vous l’avez déjà entendu. Vous le savez déjà.

 

Ainsi, il n'y a rien de nouveau aujourd'hui. Et je dois mentionner cela parce qu'il y a un assez grand nombre qui se branchent pour le nouveau, "Qu'est-ce qu'il va dire de nouveau aujourd'hui?" Vous êtes pris dans le nouveau. Tout doit être nouveau. Ça ne l’est pas. Il n'y a rien de vraiment nouveau.


Je peux vous dire la même vieille histoire d’une toute nouvelle façon que vous pourriez penser être nouvelle, mais cela ne l’est vraiment pas. Si vous revenez au début des Shouds avec Tobias – La Série du Créateur, la série principale, certaines autres - il n'y a rien de nouveau. Il l'a dit avant. Je le dis d'une manière différente - plus amusante ou plus dérangeante, d'une certaine manière; Je le dis d'une manière différente - mais même au-delà de cela, il n'y a rien de nouveau parce que le Soi réalisé, éclairé, vous l’a déjà dit. Il vous l’a déjà dit.


Alors, je dis cela parce que, pour ceux d'entre vous qui ne viennent ici que pour le nouveau et seulement par rapport au nouveau - "Qu’est-ce qu’il a dit de nouveau?" - Et bâillent seulement sur ce que vous pensez avoir entendu avant, vous voulez peut-être partir maintenant. Je vous appellerai quand nous parlerons de quelque chose de nouveau – jamais. (Quelques rires).

 

Il y a une fascination avec cela. C’est comme une dépendance. Je vais en parler plus à ce sujet dans notre prochaine collecte de dépendances. Mais c’est une obsession avec ce nouveau –"Obtenir de découvrir quelque chose de nouveau." Obtenir de découvrir quelque chose de nouveau, tout d'abord, afin que je puisse être le seul à le dire à tout le monde, je viens d'entendre quelque chose de nouveau "Ce doit être quelque chose.de nouveau, parce que vous vous ennuyez vraiment avec l’ancien. Vous devez avoir ce nouveau presque comme une distraction, parce que, bon, vous ne l’avez jamais vraiment fait avec l'ancien, ce qui a été dit avant, vous n’avez jamais vraiment donné suite à cela ou permis, alors il faut que ce soit quelque chose de nouveau.

 

Et je suis un peu fatigué de cela. Tenez-vous dans mes sandales pendant un instant, en devant toujours proposer quelque chose de nouveau chaque mois juste pour les « nouvelles » personnes, juste pour celles qui aiment le nouveau.


Ainsi j'ai décidé, pas aujourd'hui. Pas aujourd'hui. Il n'y a rien de nouveau aujourd'hui. Et maintenant, si nous pouvions nous débarrasser de tous ceux qui viennent ici juste pour le nouveau, nous pourrions maintenant passer aux choses sérieuses. D'accord, nous allons faire quelque chose de nouveau, maintenant qu'ils sont partis (rires).


C’est de l'alimentation d'énergie. C'est ennuyeux. C’est comme : suis-je un comique ici? Vous savez ... (certains dans l’audience disent «Oui» et quelques rires) Ok! Faisons quelque chose de nouveau !! (Plus de rires)


Vous ne venez pas ici pour le nouveau. Vous venez ici juste pour devenir ouvert. Je suis juste un grand ouvre-boîte dans votre vie (Adamus glousse). Vous venez ici juste pour vous ouvrir. Il est facile de rester coincé là.


Vous ne notez pas de me coller autour à la fin du Shoud. Je pars parce qu'il est si facile de se coincer et de s’emprisonner là. Ça l’est vraiment, et non seulement vous êtes coincés dans les activités au jour le jour, mais vous êtes coincés dans un corps aussi. Je viens juste et loue celui-ci quelques fois par mois et passe à autre chose. Mais c’est difficile. Nous venons juste ici pour vous donner un peu de - je voulais dire massage spirituel, mais ça ne l’est pas - juste un massage de la conscience et pour faire un peu de basculement humain pour vous (Adamus glousse).
Avez-vous déjà fait cela, Kerri ? Basculer la vache ?


KERRI: Non, je ne l’ai pas fait.


ADAMUS: Essayez-le.


KERRI: Je pourrais pratiquer sur vous.


ADAMUS: Essayez (quelques rires). Ouais.


KERRI: Je vais devoir faire un basculement amusant.


ADAMUS: Eh bien, je dois m’endormir en premier et je ne dors jamais.


KERRI: Oh.


ADAMUS: Alors, oui. Essayez-le. Prenez quelques photos, oui, et nous aimerions voir la vidéo le mois prochain (Adamus glousse).


KERRI: D'accord. Est-ce une mission, professeur?


ADAMUS: Non, c’est comme aller au parc d'attractions (Adamus glousse).


Donc, rien de nouveau. Tout est là. Pourquoi ne le saviez-vous pas? Parce que vous ne vous êtes tout simplement pas ouverts à cela. C'est tout. Pourquoi? C’est un grand défi. Et pourquoi?

 

Je vais y entrer à nouveau dans notre prochaine rencontre, mais vous devenez accro à la vie. Vous êtes accro à elle. Vous obtenez d’être accro au voyage. Vous obtenez d’être accro aux problèmes. Vous obtenez d’être accro à toute chose, et vous venez ici pour entendre votre Soi, votre Soi éclairé dire: "Il suffit de prendre une profonde respiration. Il suffit de prendre une profonde respiration et de permettre. "
 


Contradictions


Alors, l'autre chose que je voulais mettre en place. Vous l’avez probablement déjà découverte, ou découvert encore plus, que la vie est de plus en plus toute une série de contradictions, et c’est difficile. L'humain aime les choses belles et organisées et savoir où sont le point A et le point B et C. Vous avez probablement remarqué d'énormes contradictions en vous-même, dans ce que je vous dis; des contradictions d'une part, où je dis : "Soyez dans la vie. Soyez dans la joie de la vie », mais l'instant d'après, je vais vous dire que vous êtes accro à la vie. Vous dites: «Eh bien, n’est-ce pas une contradiction?" Non, pas du tout. Pas du tout.


Lorsque, dans un moment nous parlons d’être ouverts, l'instant suivant, nous parlons d’être focalisés. N’est-ce pas une contradiction? Non pas vraiment. Pas vraiment, en particulier une fois que vous commencez à vous autoriser à être dans le "Et," parce qu'il y a des contradictions à différents niveaux de la réalité et des vibrations et de l'énergie. Il y a de grandes contradictions dans ce que vous appelez la nature, la réalité naturelle, et ce qui est dans d'autres réalités. Et voilà pourquoi il est difficile de les voir, parce que vous regardez à travers les yeux de l'attente, vous pensez que tout doit être d'une certaine façon dans les autres royaumes, et puis vous allez là-bas et vous ne pouvez pas le trouver. Eh bien, parce que c’est un «Et». C’est différent. La gravité qui fonctionne ici pourrait être très différente de la gravité d’ailleurs, la réaction des énergies très différentes ici que dans d'autres endroits.


Alors s'il vous plaît habituez-vous à elles. Les contradictions. Il n'y a rien de mal avec votre mental  quand vous commencez à percevoir de grandes contradictions dans les choses et en vous-même, rien de mal du tout. Comme une question de fait, il est vraiment temps d'aller au-delà de la pensée linéaire et de tout ce qui  doit être identique.

 

Cela est très difficile dans un premier temps pour  votre mental, pour votre perspective (NDI : ou vision) de la réalité. Vous vous sentez de très, très de mauvaise humeur. Rien n'a de sens et il y a des tentatives désespérées pour essayer de tout remettre ensemble. Et puis, vous êtes déprimés et anxieux et vous ne pouvez pas dormir la nuit.

 

 Eh bien, vous obtiendrez d’aller au-delà de cela. Vous irez  au-delà de cela et commencerez à vous rendre compte de cela comme un Maître incarné, qu’il y a beaucoup de différents niveaux de réalité, et qu’ils ne sont pas tous en accord avec les autres. La physique sur cette planète ne dispose pas d'un accord avec la physique d’une séquence dans les autres dimensions.

 

C’est pourquoi c’est amusant. Vous trouverez cela amusant à un certain point. C’est pourquoi les choses se trouvent justement ici. Cauldre parlait à quelqu'un sur la gravité, au moment de la pause, et à ce sujet la source d'énergie que Tesla est venu à comprendre. Mais les scientifiques ne vont pas voir cela maintenant, parce qu'ils supposent que cette réalité travaille également dans cette (autre) réalité. La dynamique ici (un endroit) s’applique ici (un autre endroit), et elle ne le fait pas. C’est très différent. Et ils peuvent tous exister et coexister, même s’ils sont hors séquence. Même s’ils sont incompatibles, ils peuvent coexister ensemble. C’est un point énorme.


C’est pourquoi je dis que tout est dans le Maintenant. Ça ne peut pas se produire en dehors de Maintenant. Il n'y a rien en dehors de Maintenant. Mais vous percevez qu'il y a un passé et un avenir, et il est très difficile de percevoir que l'être éclairé (NDI : ou illuminé) est ici et que l’être con est ici aussi. Tout cela est juste ici, et ils ne doivent pas être compatibles - de physique compatible, d'énergie compatible, de conscience compatible - mais ils peuvent coexister. C’est énorme, tellement important.


Maintenant, le mental aura du mal avec cela, comme quelques-uns d'entre vous le faites en ce moment, "Comment ça marche?" Votre mental ne va pas comprendre, et je vais expliquer cela dans un petit moment. Il suffit donc d’être à l'aise avec cela. D’être simplement à l'aise. Cela ouvre. Cela ouvre, et il y a des moments où vous allez vous sentir très inconfortables et cela n'a pas de sens physiquement, mentalement, spirituellement, et vous allez vous sentir comme si vous étiez tournés à l’envers, et c'est correct. C'est correct.

 


Le mental

 

Beaucoup d'entre vous se soucient de devenir un peu plus vieux et que l'esprit s’en aille loin. Vous savez, il n'y a pas beaucoup de différence entre aller gériatrique et aller éclairé (quelques rires). Non, il n'y en a pas. Il n'y en a pas, autre que d'être en mesure de comprendre ce qui se passe.


Je vais utiliser un exemple, imaginez une lampe de poche, et quand une personne vieillit, son esprit ( NDI : mental), bien, il est comme les piles de la lampe de poche qui ne sont pas tout à fait aussi fortes que ce quelles étaient. Et en plus de cela, au lieu du faisceau ayant une focalisation très pointue, le faisceau est peu un plus flou et plus expansif. Ainsi, un grand nombre de fois les personnes âgées, que vous pensez être juste timbrées, elles pensent qu'elles sont juste, un peu curieusement, plus heureuses qu’elles ne l'ont jamais été (rires), elles ne doivent plus tout traiter. Certaines d'entre elles font semblant, en passant, juste pour ne plus devoir traiter avec les humains. Mais l'esprit devient plus détrempé et commence à dériver dans les autres royaumes. Que ce soit le royaume de la mort, que ce soit seulement les autres royaumes qui sont déjà là, elles commencent à dériver en eux.



Maintenant, ce que vous appelleriez un être humain rationnel, sain d'esprit, est à l’écoute de leur babillage et pense :"Oh, elles sont juste perdues et j’espère ne jamais être comme ça." Eh bien, vous obtenez d’être comme ça (Adamus glousse). C'était amusant! (Plus de gloussements) mais avec une différence. Ce n’est pas seulement au sujet de vieillir.

 

Ce qui se passe pour vous est que vous êtes en expansion au-delà du mental et vous commencez à percevoir d'autres royaumes. Et vous m’entendez parler de cela, vous dites: «Oh! Ça semble bien. Ceci est comme un grand, grand film de science-fiction et je suis la star. C'est un grand nouveau royaume – Star Trek, Star Wars, » tout le reste de cela. Mais alors, quand cela commence à se produire, vous êtes comme, "Oh! Qu'est-ce qui ne va pas chez moi?! Je ne peux me souvenir de rien. Oh! Qu'est-ce qui ne va pas avec mon cerveau? "


Il est comme le cerveau de la personne âgée. Il est juste en expansion. Mais au lieu que vous perdiez votre focalisation, au lieu de l'extinction de l’éclairage, ce qui se passe c’est que vous avez toujours - ce sont les bonnes nouvelles et les mauvaises nouvelles - vous avez encore un éclairage et les batteries sont encore chargées. Oui, elles le sont.

 

Vous avez toujours un éclairage, mais maintenant vous allez également avoir un éclairage ici, et un autre ici, et un autre ici, et un autre ici (faisant des gestes à différents endroits). Vous devenez multi-focalisé, vous voyez. Vous avez tous ces différents faisceaux. Au lieu de simplement un faisceau - comme un de 30 ans, un faisceau focalisé ici - vous commencez à les mettre partout. Cela est très étrange à prime abord, mais je veux que vous veniez avec moi pendant un moment au point où ce n’est pas étrange. D’accord ?


Alors là, vous êtes en train de vous demander :"Qu'est-ce qui se passe en moi? Je ne peux pas me souvenir de tout. "Vous mettez juste votre attention dans de nombreuses réalités différentes. L'esprit a du mal à le comprendre, à se le rappeler, à donner un sens en dehors de lui, et il ne le peut pas. Il ne le peut pas. La plus grande erreur - je vais attendre jusqu'à la fin pour envelopper cela, mais c’est la plus grosse erreur - il ne le peut pas. Donc arrêtez d'essayer. C’est aussi simple que cela.

 

Votre esprit a une focalisation  ici et il va seulement être en mesure de se focaliser ici - peut-être ici (un autre endroit) et un peu au-delà, mais pas beaucoup - donc arrêtez d'essayer de faire comprendre à l'esprit ce qu'il ne peut pas. Il ne peut pas.


Alors, venez avec moi maintenant. Nous n’avons pas besoin de musique ou de quoi que ce soit, mais venez avec moi dans ce qui est le Maintenant, dans ce qui n’est pas nouveau. Ok? Première chose. Ce n’est pas nouveau. On ne va pas faire quelque chose de nouveau ici, parce que vous y êtes déjà. Et ce n’est pas un jeu du mental; ceci est appelé Réalité 101 (ce qui signifie les fondements de la réalité). Venez avec moi pendant un moment là où vous avez ce lieu pour se focaliser sur cette Terre - sur votre corps, sur vos pensées, sur votre identité. Cela devrait être facile. Ceci est ce que vous faites tous les jours, là où vous avez vos habitudes, là où vous avez votre sens de l'équilibre et de la perception.


Bien. Maintenant nous avons cela. Cela va de soi. Mais en ce moment, en ce même moment, au-delà de la pensée mentale, sont les autres choses, ce que vous appelez des dimensions. Je dirais même, j’aimerais faire le point dans les six mois à partir de maintenant que nous n’utiliserons plus le mot dimensions. Cela sonne si nouvel âge à l'eau de rose. Ce sont juste des réalités. Ce sont juste des expressions, et maintenant vous les avez. En ce moment, elles sont là.


Eh bien, je peux le prouver. Vous le faites dans vos rêves chaque nuit. Certains d'entre vous se souviennent, certains d'entre vous ne le font pas, mais vous allez simplement dans une autre réalité, une autre expression, une autre expérience. Et souvent, ils vont bien au-delà d'un physico-mental afin qu'il soit difficile de revenir avec, mais elles sont là. C’est votre âme, votre Je Suis-Conscience qui chante simplement, par exemple, sans avoir à utiliser ses cordes vocales, car il n'en a pas besoin là. Juste chantant. Sentant cette expression venir à travers. C'est une réalité.


La réalité aussi, une focalisation, un »Et« où vous êtes contenu. Contenu - Je ne veux pas utiliser le mot «paix», parce que cela a même une signification fausse - mais vous êtes tout simplement en accord avec tout ce qui se passe à plusieurs niveaux.


Elle est ici en ce moment. Il y a vous, un foyer qui est un enseignant, un professeur extraordinaire. Il n'a pas à être ici dans le corps physique, dans le mentalt. Cela est possible, mais il n'a pas à y être. Et là où vous partagez votre Kharisma, votre lumière. Vous ne devez pas avoir 100 personnes assises en face de vous sur des chaises raides se demandant quand elles vont avoir une pizza (quelques rires). Non, vous pourriez simplement être l'autre foyer rayonnant votre Kharisma. Cela enseigne. Qui a dit que ce doit être en face d’un groupe? Ce genre de fait ne fonctionne pas toujours très bien, mais être juste  rayonnant.


Il y a l'autre focalisation de vous, si inhumaine qu'elle est presque difficile à comprendre, ainsi non-physique, non mentale, qui est juste un état d'être. Un état d'être. Elle est juste là.

 

Et il y a un autre point de vous, une expression qui, croyez-le ou non, veut le faire une fois de plus, toute la chose humaine encore. Non, vraiment. Vraiment. C’est ce qui me fait peur (il rit). Non, mais il est celui qui comprend cette chose, la multiplicité, le «Et». Et il comprend qu'il n'y a vraiment aucune douleur ou aucun traumatisme, et il comprend que c’est juste une expérience incroyable, pas un test, et il est désireux de revenir. Il le veut vraiment. Et il y a un autre point qui est déjà, vous voyez. Une autre vie. Je ne dis pas après celle-ci; ce pourrait être avant. Elle pourrait être avant celle-ci.

 

Oui, vous pouvez être un Maître Ascensionné et avoir une autre vie, et cela n'a pas d'importance là où elle est. Cela n'a pas d'importance si elle est pré-illumination ou post-illumination, parce que rien de tout cela n’a d’importance à un certain point. Cela n’en a pas. Vous pouvez être absolument ascensionné et dire: «Je veux faire une autre expression." Et vous pouvez faire différemment sans avoir à passer par un processus de naissance régulière, comme Tobias l’a fait. Et vous pouvez le faire juste pour avoir du plaisir. Vous pouvez le faire sans vous coincer, sans tout ce capiteux et philosophique et tout le reste de cela. Et vous êtes toutes ces choses.


Maintenant, je dis cela, vous dites cela - votre Soi éclairé qui est absolument ici dit cela, en essayant de faire un tel point sur l'orientation humaine qui se trouve ici, sur ces chaises ou veillant sur Internet - et vous êtes comme : "Oh yeah! Ce n'est pas nouveau. Je sais tout cela. Je sais ça. C'est si facile. Je suis un »Et« être. Je ne suis pas pris au piège dans la merde! "Je l'ai fait pour vous réveiller (quelques rires). Certains d'entre vous se sont assoupis. Vous n'êtes pas pris au piège dans quoi que ce soit – du béton, de la merde, quoi que ce soit. Vous ne l’êtes pas! C’était juste la focalisation de l'endroit où vous étiez. Mais, comme vous le savez, une partie d’entre vous, pas tous, une partie d'entre vous va sortir par la porte ou éteindre sa connexion Internet plus tard, et une partie d'entre vous va alors revenir dans une focalisation singulière. Lorsque vous le faites, stoppez simplement.


Arrêtez. Prenez cette respiration profonde - Et - vous n'y êtes pas.


Maintenant, ce qui se passe ici est que vous vous assouplissez. Vous vous détachez d’une réalité linéaire qui a été pratiquée pendant des siècles, une sorte d’emprisonnement dans cette réalité alors que toutes ces autres réalités existent aussi, mais vous vous détachez de celle-ci. Vous sortez de vos  propres sous-vêtements serrés, et c’est difficile, car une partie d'entre vous veut tellement, juste rendre cette réalité linéaire meilleure. Et cela s’aggrave pour vous avec moi parce que chaque mois vous venez ici, c’est comme : "Je veux juste rendre ma vie meilleure», et c’est comme : je vais faire sauter votre vie, parce que réellement, elle est ce que vous voulez. Parce qu'elle est tellement coincée quand vous n' êtes pas «Et».



Chaque Maître, y compris vous, a pensé à cela. «Oh! Je voulais juste rendre ma vie humaine parfaite, »et cela aspire. Si vous essayez de faire cela, cela vous fera entrer dans le Lion Rouge, le numéro deux (Adamus glousse). Mon prochain livre. Je suis à la recherche d’un auteur pour travailler dessus avec moi. Le Lion Rouge, devient numéro deux lorsque la personne est obsédée par son... (Accident, Il enclenche une image) Merci. Vous devez vous arrêter de temps en temps et vous faire prendre en photo, savez-vous? C’est un dicton Zen - "arrêtez de temps en temps pour une photo." Maintenant, où en étais-je?

 

LINDA: Faites-le une fois de plus. (L’accident enclenche une autre photo et Adamus rit)


ADAMUS: Le Linda Look (plus de rires). Qu’en dites-vous, ma chère? Que cherchez-vous à me dire dans tout cela? Qu'est-ce que ... ouais, vite, prenez la photo. Cliquez sur le bouton. Bien. Alors maintenant, il quitte la scène (Adamus marche dans l'allée). L’accident se demande, "Que dois-je faire ensuite? Dois-je le suivre dans la salle? Dois-je le suivre comme un petit chien pour prendre sa photo? "Eh bien, naturellement que vous le faites! (Rires) Parce que nous devons montrer les nombreuses poses et les visages d’Adamus (il pose sur une table à l'arrière). Je ne suis pas juste le gars de la scène. Vite, prenez. Je ne suis pas juste un gars de scène (rires). Oh, où est cette distraction que je viens de planter? Oh, j'adore ça !



Le Lion Rouge, le numéro deux. Le Lion Rouge, le numéro deux est au sujet des adeptes, les étudiants essayant si difficilement de faire l’illumination. Oh! Et, oh, ils sont comme la croix qu'ils portent et c’est la chose avec laquelle ils ennuient tout le monde, y compris eux-mêmes, et ils essaient tellement dur. Et ils le font toujours, "Oh, pauvre de moi. Je travaille dans ce domaine. Aucune percée. Aucune percée. Quel est le problème? "Et ainsi ils obtiennent encore plus, juste au sujet de leur illumination. Oh! - Bâillement – va là, fait cela.


Ils essayent tellement de concevoir humainement leur conscience qu'ils perdent sacrément le point entier. Ils sont tellement occupés à essayer de rendre cette petite cage minuscule pour eux un peu plus grande ou meilleure qu'ils perdent le point d’ensemble. Nous allons faire sauter la cage. "Oh non! Vous ne pouvez pas. J'ai travaillé si dur pour ça. Oh! Et je suis un bon élève, et oh pauvre de moi et oh "Je vais juste venir le long et - boum! – Faire sauter la cage ou - pousser – la renverser.


«Oh! Comment pourriez-vous faire cela, Adamus? Oh, Dieu ne m’aime pas. "Non, il n'y a aucun Dieu, et il ne vous aime pas de toute façon» (rires). Donc je - pousse - boum, rien ne va plus. «Oh! Ma vie se désagrège. Je ne sais pas si je veux rester sur la planète. Ohh! "Tais-toi! Boom!


« Oh, dieu. Merci, Adamus. J'ai eu besoin de cela. J'ai eu besoin de quelqu'un pour faire sauter ma réalité, parce que j'ai été coincé ainsi en elle et j'ai pensé que vous étiez censé venir le long et la rendre juste plus confortable. Et maintenant, je réalise, dieu, quel Grand maître Élu vous êtes. Vous l’avez soufflé "(quelques rires). Hé, c’est ce que je fais dans la vie. J’entends une sorte de demi-rire là-bas (plus de rires). Oh, ehh.


Alors devinez quoi ? Au lieu que  ce soit moi qui le souffle, je vous laisse le souffler.


KERRI: Très bien!


ADAMUS: Très bien (rires). Ouais, attendons le mois prochain.

 

Mais, d'une manière - et j'ai dit que c'était tous les Adamus aujourd'hui, il n'y a rien d'autre, mais Adamus - qui est le genre de ce qui se produit, et parfois il est si dur et parfois, vous savez, je sais que certains d'entre vous, vous vous glissez loin du Crimson Circle. Vous trichez avec moi. Vous allez dans d'autres groupes et des aliens vous disent, "Ohhh! Vous êtes une mauvaise chose. Vous êtes tellement aimés »et« Nous allons venir ici et vous fournir toute l'information et vous rendre meilleurs. "Ils ne le feront pas! J'ai entendu dire cette merde pendant environ trois millions d'années. «Oh! Nous allons venir sur Terre et vous aider ". Ils ne le font pas! Et en fait, je ne le fais pas non plus. Je vous le dis, tout comme c’est.

 

Vous passez par ce stupéf- ... n’est-ce pas ce genre de plaisir aujourd'hui?


DAVID: Oui.

 

ADAMUS: Oui (Adamus glousse). C’est stupéfiant, difficile, une belle chose difficile, qui se produit, mais vous sortez de cette focalisation humaine singulière, et c’est rugueux. C’est rugueux. Mais c’est merveilleux, et vous me remercierez plus tard. Peut être. (Quelqu'un dit «Oui») Ouais. Ouais.


Alors, où en étions-nous? Oh, aujourd'hui, nous allons faire les questions et les réponses. Nous ne faisons pas cela normalement. Mais, Linda, pouvez-vous prendre le microphone? Je vais poser les questions, vous allez donner les réponses (quelques rires).



LINDA: Choquant.


ADAMUS: Et aujourd'hui, c’est une sorte de – c’est une énergie différente. Il suffit donc de se sentir libre d'être qui vous voulez être, et vous-même. Sentez-vous libres. C’est plus décontracté aujourd'hui. J’ai envoyé la moitié des gens qui voulaient de nouvelles choses à l'extérieur, de sorte que c’est simplement nous qui parlons, et quelques belles âmes écoutent dedans. Alors laissez-nous le maintenir simplement décontracté, le maintenir ouvert. Je doute que jamais, jamais quelqu'un, ne s’en retourne et écoute ceci.


LIN DA: Ouais exact (quelques rires).


ADAMUS: Juste nous les Maîtres ascensionnés.

Questions et réponses


Ainsi, première question, et s'il vous plaît rappelez-vous, maintenez-le concis. Bien. Première question. Allez trouver quelqu'un d'abord et ensuite, je vais poser la question.


LINDA: D'accord.


ADAMUS: Ah! Trouvez quelqu'un. Oh! Bien. Vous obtenez la question, et si cela ne vous dérange pas, debout. Qu'est-ce qui vous inquiète? Et y-a-t’il quelqu'un pour écrire sur le tableau? Quelqu'un est-il assez aimable pour tout écrire ?

 

LINDA: Tad.


ADAMUS: Tad. Formidable. Merci.


LINDA: Oh, attendez, attendez! D'accord, nous sommes bons. Ouais, Tad. Allez-y, Tad.


ADAMUS: Tad, et elle obtient une récompense d'Adamus pour venir tout le chemin ...


LINDA: Je n’en ai plus!


ADAMUS: ... à l'arrière de la salle.


LINDA: Elles sont parties!


ADAMUS: Vous obtenez un peu d'argent. Oh, il n'a pas d'argent.


LINDA: Oh! Pauvre vous.


ADAMUS: Ughh!


TAD: C’est gratuit aujourd'hui.


ADAMUS: Wow. Ouah. C’est stupide.


TAD: Je suis une enseignante.


ADAMUS: J’étais sur le point de lui donner 100 $. Bien. Alors la question est : qu’est ce qui vous inquiète?



NANCY: Je ne peux pas penser à tout ce pourquoi je suis inquiète.


ADAMUS:Vraiment ?! Vous voulez que je vous donne quelque chose pour laquelle vous vous souciez?


NANCY: Bien sûr (Quelques rires).


ADAMUS: Ok. Vraiment? Pas de nuits blanches?


NANCY: Vous savez que je suis ...


ADAMUS: L'argent?


NANCY: Non


ADAMUS: La santé?


NANCY: Non


ADAMUS: Euh, il y a cette petite hésitation là.


NANCY: Ouais, j'ai ce petit problème avec mon œil aujourd'hui. Mais ...


ADAMUS: Mais vous n'êtes pas inquiète à ce sujet.


NANCY: Eh bien, ça va aller.


ADAMUS: Eh bien ... voyons cela? Oh! Vous êtes trop bons les gars pour moi. Bien. Merci.

 

Pouvez-vous écrire "inquiétude" (à Tad) puis répondre en numéro un, "Nada." Merci. Rien.

 

Vous n'êtes pas inquiète au sujet des membres de la famille ou des amis ou de quoi que ce soit?


NANCY: Pas vraiment.


ADAMUS: Vous ne vous souciez pas vraiment à leur sujet. D’accord (rires). Bien. Merci.


NANCY: D'accord.


ADAMUS: D’accord, suivant.


LINDA: Je dois obtenir un visiteur.


ADAMUS: Ouais, ouais, les visiteurs. Les visiteurs sont juste un jeu. Qu'est-ce qui vous inquiète dans votre vie?


LENNART: Parfois, je ne sais pas ce que je vais faire de mon temps.


ADAMUS: Oui, avec votre temps ou avec toute votre vie?


LENNART: Non, avec mon temps.


ADAMUS: Oui. Est-ce que cela vous préoccupe?


LENNART: Pas vraiment.


ADAMUS: Oh. Qu'est-ce ceci, la section aucun souci ici ?! (Rires) Tout le monde est constipé, anxieux, tout le reste. Oh! Mais ici, ouais, Linda arrive juste à en choisir deux. Ou est-ce Makyō?


LINDA: Mmm.


LENNART: Mmm.


ADAMUS: Hm.


LENNART: Hm.

 

ADAMUS: Hm. Qu'est-ce qui vous inquiète?


LENNART: (pause) Je sais que je vais y arriver ...


(Pause)


ADAMUS: Mais ?!


 LENNART: Mais quand?


ADAMUS: Mais quand. Bien. Vous inquiétez-vous beaucoup à ce sujet ?


LENNART: Non


ADAMUS: Hm. Vous vous inquiétez pour l'argent?



LENNART: Un peu. Pas beaucoup.


ADAMUS: Ouais, pas beaucoup. Combien en avez-vous dans votre poche ?


LENNART:Aucun.


ADAMUS: Je serais inquiet si j’étais vous (rires). Ouais. C’est une bonne réponse, parce que je l'aurais pris (plus de rires). Êtes-vous inquiet de savoir où vous allez aller dans la vie?


LENNART: Non


ADAMUS: Non, vous vivez avec vos parents?


LENNART: Mm, je reste avec mes parents, mais je ne vais pas ...


ADAMUS: Aahhh! Aah! (Rires) Rester avec eux pendant 50 ans ? (Adamus glousse)


LENNART: Non! Non, pendant un mois ou deux.


ADAMUS: Ooh, pour, d'accord.


LENNART: Mais c’est bon, parce que je rends visite à mon père que je ne vois pas beaucoup.


ADAMUS: Absolument. Absolument. Ce sont eux qui sont en train de rire. Je ne le fais pas. Je comprends. Ainsi, mais ne vous êtes-vous jamais – pas inquiété comme l’inquiétude qui submerge, mais juste comme : " Gah, où serai-je dans cinq ans» ?


LENNART: Non


ADAMUS: Avez-vous un emploi?


LENNART: En ce moment, non.


ADAMUS: Aucunes inquiétudes. Bien. Je suis perplexe et étonné, et je voudrais vous appeler sur votre makyo si je sens qu'il y en a.

 

LENNART: D'accord.


ADAMUS: Ok. Bien. Bien. Excellent. Bien.


TAD: Nada.


LINDA: D'accord.


TAD: Nada.


ADAMUS: Nada. Nada. Oui. Et tout le monde qui observe dedans en ligne en ce moment, je sais que vous êtes étonnés aussi, comme je le suis, qu'il n'y ait aucunes inquiétudes à ce jour. Mais ici, je pense que nous en avons une.


DIANE: Ehh! (Elle rit) Un peu.


ADAMUS: Quelques-unes. Qu'est-ce qui vous inquiète?


DIANE: (soupirs) Ma fille.


ADAMUS: Votre fille. Combien de votre inquiétante va vers votre fille?


DIANE: Eh bien, ce n’est pas 24-7, mais ...


ADAMUS: Mais de toute l'inquiétude que vous avez à propos de tout, quel pourcentage irait vers votre fille?


DIANE: Trente.

 

ADAMUS: Trente, cinquante.


DIANE: Mm. Cinquante. Bien.


ADAMUS: Oui, cinquante, soixante. Bien. Comment est-ce que cela l'aide?


DIANE: Oh, cela ne le fait pas. Eh bien, il y a des choses que je fais pour l'aider, mais je suis prise entre le vieux jeu ...


ADAMUS: A-t-elle jamais dit: "Oh, maman. Merci de t’inquiéter pour moi, parce que cela m’aide vraiment beaucoup ».


DIANE: Non


ADAMUS: Non, d’accord. Bien. Et quoi d'autre vous inquiète?


DIANE: Les dommages au cerveau.


ADAMUS: Euh, ouais.


DIANE: Cela court dans la famille.


ADAMUS: Oui.


DIANE: Et je sais que nous sommes censés libérer ...


ADAMUS: Non


DIANE: ... notre héréditaire.


ADAMUS: Nah.


DIANE: Mais il est là.


ADAMUS: (Poussant) Basculer l’ancêtre. C'est juste - Pousser– Pousser par dessus. Ouais. Je ne sais pas pourquoi, mais Cauldre et Linda n’ont pas annoncé que nous venions de faire un étonnant, un brillant enregistrement, l'autre jour appelé Ancestrale liberté, et en deux heures et demie, cela guérit la chose entière.



DIANE: Super!


 ADAMUS: Ouais. Ouais.


DIANE: Je vais en être, sûr, et l’obtenir.


ADAMUS: Oui. Je fais un peu de pré-promotion là-dessus. Oui.

DIANE: D'accord.


ADAMUS: Vous obtenez une copie gratuite.


DIANE: Je vous remercie.


ADAMUS: Oui. Merci. Alors, autre chose pour laquelle vous êtes inquiète?


DIANE: Umm, rien de majeur. Non.


ADAMUS: Non


DIANE: Mmm.


ADAMUS: Mmm. Mm mm mm mm. Bien. Juste une de plus. Une chose de plus.


(Elle fait une pause)


Ouais.


DIANE: Eh bien, l'ensemble de l'activité sur l'illumination.


ADAMUS: L'activité sur l'illumination. Oui, oui (rires). Ouais. "Voyons, je ne peux pas penser à autre chose. Oh oui! Le monde! L'univers! Dieu! Le tout ... oh yeah! Je fais en sorte d’oublier le peu de stress que j’ai dans ma vie. "Ouais.


Alors quel serait votre inquiétude à ce sujet?


DIANE: Oh, vous savez. Est-ce que je le fais bien? Quand vais-je y arriver? Je comprends que j’y suis déjà, là.


ADAMUS: Oh, allons droit au cœur. Existe t-elle?


DIANE: (pause) Ok.


ADAMUS: Je m’inquiète à ce sujet. Si j’étais l’un d’entre vous, je serais inquiet "Est-ce même réel?" Ouais. Je veux dire, je craindrais cela en premier lieu.


DIANE: Mm hmm.


ADAMUS: Oui.


DIANE: Nous allons le prendre sur la foi.


ADAMUS: Bien sûr. Bien sûr. Et quelle preuve avez-vous?


DIANE: Aucune.

 

ADAMUS: Absolument aucune. Mais je vais vous dire un petit secret.


Même si elle n’est pas vraie, même si elle est tout un tas de chaux, une drôle de chose se produit, en raison de la nature de la conscience que, si elle n'existe pas, la conscience la fait exister, la crée pour exister.

 

Si j’utilise mon histoire d'écume verte d'étang, disant par exemple, qu’il n'y a aucun Dieu, que c’était juste cette évolution bizarre de l’écume verte de l'étang et que cela a créé la Terre et les humains et tout le reste, et qu’il n'y a pas de Dieu, qu’il n'y a pas d’anges, la conscience - qui doit exister, elle doit exister pour que quelque chose d'autre existe - la conscience va maintenant créer Dieu et les cieux et les anges et l'ascension et l'illumination et le plein épanouissement de ce qui était juste une verte écume d'étang en magnifiques Maîtres ascensionnés.

 

C’est la beauté de la chose. En fait, cela ne vient pas nécessairement de haut en bas - Dieu, les anges, les humains, les animaux, la verte écume de l'étang – cela pourrait être soulevé dans l'autre sens. C’est le plus étonnant. Voilà toute la beauté de la conscience. Si tout le reste est déformé ou pas vrai ou n’existe pas, le moment de conscience est ajouté, ainsi il le devient. C'est la chose étonnante.


Ainsi, disons qu’il n'y a pas une telle chose comme l'illumination. Vous êtes nés et vous mourez et voilà. Soudain, le moment où votre conscience dit: «Non, il y a plus," alors c’est. Voilà la chose étonnante. Et cela s'applique à tout, quoi que cela soit, quelle que soit votre vie humaine, et c’est, de par ce fait, ce qui se passe dans votre vie humaine en ce moment.

 

Vous mettez la conscience en elle et elle s’expanse et crée. Que cela ait été là avant ou non, maintenant elle est. Le miracle incroyable qui se produit est, même s’il y avait juste, disons, l'ancien Dieu de la Bible et que tout y était et que vous mouriez et que vous alliez au ciel ou en enfer, disons que tout y était, tout d'un coup ça change la conscience. Soudain, c’est comme maintenant, je veux plus. Maintenant, il y a plus. Bien. Bien merci. Je vous remercie de me laisser continuer.

 

Une de plus avec les inquiétudes, quelles sont vos inquiétudes? Quelles sont vos inquiétudes?


Je pose la question parce que j'entends tellement d’inquiétude tout le temps – l’inquiétude, l'inquiétude, l'inquiétude, l'inquiétude; le stress, le stress, le stress - et cela affecte votre sommeil et votre santé et tout le reste. Et maintenant, je n'entends pas tant d'inquiétudes. Ceux qui observent dedans en ligne, vous laissez vos inquiétudes sortir. Vous dites, "Quel enfer ! Ils ont obtenu le microphone. Si c’était moi, je parlerais de toute cette substance ! "


Pete, qu’en est-il ?


PETE: Eh bien, le cancer.

ADAMUS: Le cancer. C’est grand pour s’inquiéter.


PETE: Ouais.


ADAMUS: Oui.


PETE: Je viens de la chirurgie du cancer.


ADAMUS: Oui, bon.


PETE: Et cinq frères ont eu le cancer. Mon père a eu un cancer et son frère avait un cancer. Donc, il est comme un gène dans notre famille et ça, vous le savez, c’est la seule inquiétude qui me préoccupe.


ADAMUS: C’est plus qu’un gène.


PETE: Ouais, ils sont, quoi que ce soit.


ADAMUS: Oui. C’est un attribut d'énergie qui est coincé dans la lignée familiale.


PETE: Bien.


ADAMUS: Vous savez, nous allons sortir de cela et nous le ferons. Voilà une de mes plus grandes passions à travailler avec vous.


PETE: Mais l'autre chose ...


ADAMUS: Le basculement de la famille – la poussée.


PETE: Ouais. Eh bien, l'autre chose a été, vous savez, je l'ai dit, d'accord, quelle est la leçon de ce cancer?


ADAMUS: Bien.

 

PETE: Et ce qui s’est avéré, c’est que je ne suis pas dans le contrôle ou à le fabriquer. Et je dois me rendre et abandonner. Ainsi abandonner l’inquiétude.


ADAMUS: Abandonnez l'inquiétude.


PETE: Ouais.


ADAMUS: Et Pete ...


PETE: Et, vous savez, juste ...


ADAMUS: S'inquiéter ne va pas le résoudre.


PETE: Non, ça ne le fait pas. Ça ne le fait pas.


ADAMUS: Et essayer de surmonter mentalement ne le résoudra pas...


PETE: Non


ADAMUS: ... du tout. Alors que faites-vous?


PETE: je dois me rendre à lui.


ADAMUS: Vous dites reddition ...


PETE: Cela signifie ...


ADAMUS: Arrêtez d'essayer de contrôler ...


PETE: Bien.


ADAMUS: ... et de vous inquiéter.


PETE: Ouais.


ADAMUS: Ouais, ouais.


PETE: Comme humain j’étais toujours dans le contrôle. Voilà où j’en suis de mon estime de soi.


ADAMUS: Bien sûr.


PETE: Vous savez, produire et tout ça, et c’est des conneries.


ADAMUS: Blessure d'Adam.


PETE: Ouais, d'accord.


ADAMUS: Je veux dire, vous savez, "Oh! Je suis un humain et je dois ... "Ouais, ouais.


PETE: Ouais.


ADAMUS: Nous allons parler de cela bientôt aussi Ouais. Je vous donnerai une copie gratuite.


PETE: Eh bien, merci à vous (gloussements de Adamus).


ADAMUS: Donc, d'accord. Et comment vous sentez-vous maintenant?


PETE: Vraiment bien.


ADAMUS: Bon.


PETE: Même aujourd'hui ... j’ai été distrait pendant les trois derniers mois, comme vous pouvez voir pourquoi.


ADAMUS: Oui.


 
PETE: Mais ce matin je me suis levé et j’ai juste dit, "Hey! Tu vas à un endroit charmant, un groupe d'anges. Je m'aime."


ADAMUS: Au ciel? Au paradis?


PETE: Non


ADAMUS: Oh, vous voulez dire ici! Ici! (Rires)


PETE: Ouais. Un groupe d'anges ici.


ADAMUS: Je croyais que vous nous quittiez aujourd'hui. Vous vouliez dire, oh, ici. Ouais.

 

PETE: Et il y a une belle énergie ici. Et m’aligner juste avec cette énergie.


ADAMUS: Elle est.


PETE: Et être à l'écoute.


ADAMUS: Oui. Et, vous savez, c’est intéressant. Peu importe combien le l’esprit/mental pourrait essayer de se concentrer dessus et le comprendre et "Pourquoi ai-je le cancer et qu’est-ce que j’ai fait et qu’est-ce que Dieu essaie de me dire? Quelle en est la leçon? "Spit! ( NDI : il crache) sur tout cela.


Vous êtes toujours dans l'énergie de la famille et c’était un appel au réveil pour vous. C’est comme: vous n'êtes plus votre famille. Et ces choses, que ce soit la maladie mentale, physique, elles sont réalisées ... j’en en ai parlé. Pourquoi ne libérons-nous pas? Pourquoi ne publions- nous pas cet enregistrement maintenant? Linda?


PETE: Cela a dépouillé loin beaucoup de choses. Je peux le ressentir.


ADAMUS: Oui, et il le fait. Et c’est comme ... il libère tout simplement. "Cela ne m’appartient pas."

PETE: Ouais.


ADAMUS: Et en même temps, il y a presque un niveau d’inconfort. Vous dites, "Uh huh. Je lâche mes fondations avec la famille et la perpétuation des traditions énergétiques.

 

Maintenant, qui suis-je? "Ainsi, il y a cette partie, mais d'autre part vous obtenez à travers elle. Bien. Merci, Pete.


La question suivante et nous devrons nous déplacer le long. Nous avons beaucoup à parler. La question suivante est, et Linda ceci est pour tout le monde, juste derrière vous.


LINDA: Je suis désolée?


ADAMUS: Ceci est pour tout le monde, juste derrière vous.


LINDA: Ok, ok, ok (Adamus glousse). Oh oh oh! Pas n’importe qui.


ADAMUS: Ouais, ouais, ouais.


LINDA: Mais tout le monde. Compris.

 

ADAMUS: Non, non. Ici.


LINDA: je l'ai eu.


ADAMUS: Kathleen.


LINDA: je l'ai eu.


ADAMUS: Oui, d'accord.

LINDA: Posez la question.


ADAMUS: Non Offrez le microphone. Non, à Kathleen.


LINDA: Ohhh!


ADAMUS: Oui. Ainsi, que combattez-vous ? Venez, venez dans la lumière, comme je me plais à dire (quelques rires). Allez, allez, allez, dans la lumière. Oui. Vous êtes toujours dans l'ombre là-bas.


KATHLEEN: Qu'est-ce que je combats?


ADAMUS: Que combattez-vous? Oh, ce va être bon (elle soupire). Ah!


LINDA: Effrayant.


KATHLEEN: Permettre tout.


ADAMUS: Ehh ...


KATHLEEN: Ma réalisation.


ADAMUS: Oui, d'accord. Mais nous allons descendre ...


KATHLEEN: Parce qu'elle est ...


ADAMUS: Que combattez-vous? C’est un bon combat. J’ai observé la bataille depuis un certain temps.


(Elle fait une pause)


Maintenant, je dois vous distraire, parce que vous deveniez trop mentale.


KATHLEEN: Vous allez profond.


ADAMUS: Mm hmm. Mm.


KATHLEEN: Et vous voulez que j'y aille.


ADAMUS: Vraiment profond. Oh, j'adore. Et tous deux nous nous tiendrons (il se lève). Nous allons tous les deux rester debout. Alors, que combattez-vous?


(Elle fait une pause à nouveau et soupire)


La vapeur sort par ses oreilles (quelques rires étouffés). Ouais.


KATHLEEN: Le reste de mon cœur.


ADAMUS: Ouais, ouais. Eh bien ...


KATHLEEN: Tout de moi.


ADAMUS: Oui, que combattez-vous? Quels sont ces batailles? Savez-vous ce qu'elles sont?


(Pause)


Puis-je ... êtes-vous d'accord que je le dise?

KATHLEEN: J’ai été assez heureuse, mais je vais vous entendre.


ADAMUS: Hoah ! Si c’est être heureux, je vais en enfer! (Rires) Aye yai yai! Il y a tellement plus, ma chère. Vous le savez, n'arrangez pas cela comme le bonheur. C’est... je peux jurer? C'est de la connerie.

 

Ne vous contentez pas de cela comme étant le bonheur. Cela n'en est pas. Votre misère contrôlée - et je ne m’en prends pas à vous, j’essaye juste de vous faire exploser un peu ici – c’est de la misère contrôlée, et il y a une grande différence, ma chère. Vous avez fait mieux ...


KATHLEEN: J’ai choisi d'en finir avec la misère l'an dernier.
 
ADAMUS: Vous faites ce que vous appelez mieux, mais il y a encore beaucoup plus. Et je peux vous dire ce que vous combattez? Ou ne préféreriez-vous pas?


KATHLEEN: Je vais l'entendre.


ADAMUS: Je ne sais pas.


KATHLEEN: Je vais l'entendre.


ADAMUS: Je veux dire, tout le monde regarde.


KATHLEEN: Je vais l'entendre.


ADAMUS: Ok. Prête? Ne me blâmez pas ... le mot de Cauldre, ne blâmez pas Cauldre.


KATHLEEN: Je tremble dans mes chaussures maintenant.


ADAMUS: Vous devriez, parce que nous arrivons à ce moment de vérité ici.


KATHLEEN: Merde!


ADAMUS: Garçon! Ceci est intense!


KATHLEEN: Merde! Merde!


ADAMUS: Ouais! (Elle rit nerveusement) Oui! Bien. Donc, vous avez la sorcière en vous.


KATHLEEN: Oooh

 

ADAMUS: La sorcière que vous étiez. Je suis désolé, mais, oui boum! Brrr! (Elle soupire) La sorcière que vous étiez et que vous avez senti lamentablement échouer et qui vous hante toujours. Et je parle de vie passée en tant que vraie sorcière. Je veux dire, une vraie sorcière. Réellement. Une vraie sorcière. Et ce pouvoir avec lequel vous avez joué et avec lequel vous vous êtes en quelque sorte détruite et maintenant vous vous battez avec tous les jours. Et elle n'a même pas de visage, mais elle est là. Et, ma chère, il n'y a aucune nécessité de lutter plus, parce que personne ne va gagner. Personne ne va gagner. Vous n’allez pas gagner; la sorcière ne va pas gagner. Donc fini avec la lutte. Il était question de pouvoir, d’abus, de mauvais usage; vous vous reteniez. Vous vous reteniez pour ne jamais être la sorcière à nouveau, mais alors vous me dites que vous êtes heureuse et c’est comme, oh homme, qu’est-ce que le bonheur? Wow.


Arrêtez. Prenez une respiration profonde. Arrêtez d'essayer de comprendre, d'accord? La sorcière est cool. La sorcière n’était pas ce que vous pensiez qu'elle était, d'accord? Je ne me soucie pas de ce qu'ils vous ont dit.


KATHLEEN: Cela se produit quand je suis debout devant des gens.


ADAMUS: Ouais!


KATHLEEN: Ouais.

 

ADAMUS: Oui. Et cela arrive la plupart du temps lorsque vous êtes debout en face de vous-même.

 

Donc, il y a une énorme suppression qui se passe, comme : "mets-la à bas, mets-la à bas, mets-la à bas. Et la sorcière est comme : "Va te faire….» et elle utilise de la substance de sorcière sur vous et en vous. Maintenant, c'est étrange (quelques rires), mais elle est très vraie. Elle va aimer : "Je vais continuer à jeter des sorts sur toi. Je vais te garder sur tes orteils. Je ne vais pas te laisser te réinstaller dans la joyeuse ville ", jusqu'à ce que nous arrivions à une sorte de résolution à ce sujet, d'accord? Alors laissez la sorcière aller.

 

KATHLEEN: D'accord.


ADAMUS: Non, je suis sérieux. Et le reste de vous se tient à l'écart (rires). Eh bien, c’est - oh! Je n'aime les trucs des vies passées, mais dans ce cas, et elle retient délibérément et il y a beaucoup de «Je vais essayer d'être et de me comporter comme une bonne fille. Je vais essayer ... »et cela ne fonctionne pas. Cela ne fonctionne pas. Et vous soufflez la substance, et puis vous êtes comme :"Oh! Je dois être seule, parce que je vais tout faire sauter et je visse tout le monde vers le haut. "Et c’est comme un instant d’arrêt, d'accord? Laissez juste la sorcière aller. Laissez-la libre. C’est aussi simple que cela. Bien.

Mon point est qu'il y a beaucoup de ces batailles internes, et quand j'entends certains d'entre vous dire : «Je ne suis pas inquiet à propos de quoi que ce soit,» ou «Non, ma vie est heureuse," aarghh! Vraiment ?! Vraiment ?! Je veux dire, qui pensez-vous que je suis, Kuthumi?

 

Un pull-over sur moi ? Ha, ha ! (Quelques rires) Désolé. Laissez-la partir, ok ? Et il y a ... Je vous demande ce que vous combattez et (a) vous ne savez pas - Eh bien, vous le faites, mais vous ne l'admettez pas - et (b) vous n’allez pas gagner. Vous n’allez pas gagner ce combat. La sorcière va gagner. Elle a plus de pouvoir parce qu'elle sait comment utiliser ces choses. Vous êtes tirée en arrière. Vous essayez de vous fermer dedans, et elle va gagner à chaque fois. Bien? Laissez la sorcière aller.

 

Bien, nous descendons vraiment quelques pistes ici. Alors, je ne vais pas poser cette question. Je vais passer à la dernière question, je l'ai demandé avant, je vais le demander à nouveau - micro à quelqu'un.


Oh ! Vous voulez vous asseoir pour ma question. Pourquoi êtes-vous resté?


LARRY: Resté où ? (Quelques rires) je ne suis pas ...


ADAMUS: Pourquoi êtes-vous resté ?


LARRY: Oh, sur la planète. Oh, je me le demande tout le temps.


 ADAMUS: Je sais. Et vous n'êtes pas le seul, Larry.

LARRY: Oh.


ADAMUS: Vous ne l'êtes pas. Alors pourquoi êtes-vous resté?


LARRY: Hummm (pause). L’illumination. (Adamus fait un bruit) Non?


ADAMUS: Ok.


LARRY: Très bien.


ADAMUS: Pourquoi êtes-vous resté? Voulez-vous que je sois brutalement honnête à ce sujet?


LARRY: Bien sûr.


ADAMUS: Ok. Et ceci est pour beaucoup ...


LARRY: Pourquoi pas? Vous l'avez fait ici. Allons!


ADAMUS: Bien sûr, bien sûr. J'ai dit que c’était le jour de tous les Adamus, de tous les Adamus, de toutes les étoiles.


LARRY: Oh oui, il est pour tous les vous. Allons-y.


ADAMUS: Parce que vous avez peur de quitter.


LARRY: Oh, d'accord.


ADAMUS: Et pour le reste d'entre vous qui se sentent dans cette question, parce que vous avez peur de quitter, sinon, vous partiriez.


LARRY: Oui.

 

ADAMUS: Mais vous avez peur, et, vous savez : "Qu'est-ce qui se passerait?» Et «est-ce que je n’aurai pas échoué?» Et «Est-ce réel? Qu’est-ce qu’il y a vraiment de l'autre côté? »Et« Y a-t-il quelque chose? "Sinon, beaucoup d'entre vous seraient passés maintenant. Mais vous avez peur de quitter, ainsi vous allez traîner avec le wagon de train et c’est comme : "Bon, nous allons aller à des réunions mensuelles et nous allons dire que nous sommes spirituels."

 

Et en fait, cela tire tout en arrière, vous savez. En fait, il n'y a pas de déshonneur à partir, et je ne m’adresse pas juste à vous, Larry. Mais, Larry, et beaucoup d'autres, vous attendez pour voir, "Eh bien, peut-être que cela va changer demain." Probablement pas. Nous en avons parlé avant. C’est comme la météo; ça va être la même. "Peut-être que la bonne fortune viendra à ma façon." Ecoutez, si la bonne fortune n'a pas trouvé votre maison maintenant, elle ne le fera jamais (Adamus glousse). Alors, il y a une sorte de procrastination apathique qui prend place et, "Oh! Je ne veux pas être ici, mais je crains de quitter »et« Nous allons juste attendre et voir ce qui se produit "Et alors je dois venir et vous gifler à plusieurs reprises et vous battre et. – vous pousser! - Vous renverser et tout le reste de cela. Je le ferai à nouveau – vous pousser! - Pour la caméra (rires). Une image vaut mille souvenirs.


LARRY: Oui.


ADAMUS: Mais, vous savez- vous pouvez donner le microphone à Linda, parce que je parle à tout le monde maintenant - regardez de mon point de vue un instant ici. Imaginez que vous êtes un Maître Ascensionné. Vous avez cette dynamique - "Oh, je ne sais pas si je veux rester. Et, oh, c’est difficile. Et ... "Ok, ok. Mais vous ne partez pas non plus.

 

C’est un peu dégoûtant, effectivement. Je veux dire, c’est vraiment dégoûtant. Cela n'a vraiment pas l'air si bien sur vous, et c’est mauvais sur mon dossier dans le Club des Maîtres Ascensionnés.Vous savez, ils viennent, « Hey, combien veulent quitter? » "Trois, peut-être quatre. C’est  tout (rires). C'est tout. Mais j’y travaille avec eux. "Et il y a tout un tas effectivement qui sont en quelque sorte entre les deux.

 


Entre les deux est un endroit terrible, comme avec Kathleen. Entre les deux est un endroit terrible, terrible, parce que vous n'êtes pas ici, ni là. Vous n'êtes pas dans le Maintenant. Vous n'êtes pas où que ce soit. Vous êtes juste entre les deux. Qu’aimeriez-vous que soit écrit sur votre pierre tombale? "Je ne me rappelle pas qui c’était. Je ne me souviens pas du nom sur la pierre tombale ou de l'année, mais ils étaient entre les deux. "" Qui était-ils? "" Je ne sais pas. Ils étaient juste entre les deux ".


C’est un endroit terrible pour être. Alors, c’est un peu dégoûtant quand vous dites :"Oh! Je ne sais pas si je veux être ici ", et d'autre part," Eh bien, je vais attendre et voir ce qui se passera demain.  "On ne va pas se rendre n'importe où sur ce point. Nous ne le ferons  pas. Et voilà la blessure d'Adam ... ahem ... Adamus (il rit).

 

C'était amusant. Je dis cela à mes amis. La Blessure d’Adamus - "Que dois-je faire?" Nous avons tous ces Shaumbra réunis dedans et c’est comme : « Oh, je ne veux pas être ici, mais je ne veux pas m’en aller. » C'est dégoûtant. Il suffit de faire un choix dans un sens ou dans l'autre. Vous allez être ici ou vous n'allez pas y être. C'est tout. Engagez-vous à être damné ici ou sortez de l’enfer. S'il vous plaît. En fait, vous vous inquiétez de mourir; vous l’avez fait un millier de fois ou plus. C'est si facile. Ça l'est vraiment. «Oh! Mais il est très émotif, et je dois prendre des pilules ou, vous savez, faire tomber ma voiture de la falaise "(quelques rires). C’est comme : ouais, mais c’est vraiment facile.


Donc, d'une manière ou d’une autre, mais passez simplement à autre chose. Vivre ou mourir. Ce sont tous les Adamus aujourd'hui! (Adamus glousse) Il n'y a pas de compassion, y en a-t-il ? Mais vous riez.


TAD: Je ris.

 

ADAMUS: Oui. Ouais. Bien. Alors maintenant, nous allons arriver au point.


Prenons une grande respiration.


J'ai agité le pot en utilisant un microphone. Je l'ai vraiment remué. Et "De quoi s’agit-il? Serait-on arrivés au point? Serait-on arrivés au point? "Oui, je vais le faire.
Le point est ... J’en ai fini (à Tad). Merci beaucoup, et vous pouvez obtenir vingt dollars du trésorier là-bas. Leslie a de l'argent. Oh, payez-la aujourd'hui. Payez pour tout, ok ?

 

 

Aller au-delà de l’humain


Le point est, y a-t-il un point ? Oui. Il y a un point. Le point est en fait assez simple.
Le point est double. Il y a plusieurs axes passant tous dans le même temps, mais vous êtes tellement enfermés juste dans l'humain que vous ne voyez pas les autres. Ok ?


Le deuxième point est - et cela n'a rien de nouveau - vous essayez de faire la vie ou l'illumination au sein de l’esprit/mental humain et de la perception, et cela ne fonctionne pas. Vous essayez de faire le réveil, la spiritualité, l'éclaircissement, la réalisation, tout ce que vous voulez l'appeler, et vous essayez de le faire à partir de la perception humaine. Cela ne fonctionne pas du tout. Vous allez être frustrés, en colère, fatigués, malades, et puis vous allez mourir, et vous mourrez frustrés, en colère, malades et fatigués et cassés, après avoir essayé si dur de faire tout ce travail au sein de l'humanité.


Je l'ai dit avant, mais je devais le prendre aujourd'hui pour le dire encore. Arrêtez, Frère John. Arrêtez d'essayer de le faire Frère John. Cela ne fonctionne pas. Et vous le faites tous, et vous finirez tous sur la voie de misère, qui est une impasse, et personne ne pourra vous sortir du pétrin. Arrêtez d'essayer de le faire à partir du mental et des croyances et de l'humanité. Ça ne marche pas. C'est assez simple. La question va être: «Eh bien, alors comment puis-je le faire? Que dois-je faire Adamus? Si je ne suis pas censé le faire à partir du mental humain, d’où et comment suis-je censé le faire? "


Je reviens à une déclaration très importante. Comme je le disais, nous avons dû simplement tout arrêter et revisiter un vieux sujet. Vous n'êtes pas responsables de votre illumination, Ok?

 

Et je l'ai dit- je l'ai dit depuis un an et demi maintenant - mais vous finissez par y retourner et essayez de le faire. Pourquoi? Pourquoi? Je me le demande. Êtes-vous obsédé par : vous faites? (Quelqu'un dit «Oui.») Oui. Merci. Tout le monde lève la main, "Ouais!"


SART: Très joli ! (Adamus glousse)


ADAMUS: Et revenons-y. Comment est-ce que cela fonctionne pour vous? " Pas si bien." Pourquoi continuez-vous à le faire alors ?  "Je ne sais pas pour m’améliorer." Oui, vous le faites. Dialogues avec moi, je vais écrire mon livre.


Alors, mais vous continuez à essayer. C’est quoi ça ? Pourquoi gardez-vous de revenir à quelque chose qui n'a pas fonctionné avant et qui ne va pas fonctionner à nouveau - l'humain essayant de faire la chose de l’illumination? Je sais pourquoi - quelqu'un l’a dit ici – le contrôle. Ouais, Pete. Le contrôle. «Je me dois d’être un homme" ou « C'est la seule chose que j'ai, je ne sais pas mieux. » Arrêtez ça. Arrêtez ça.


Vous, en tant qu'humains dans le Maintenant, assis ici dans le même endroit que l'être éveillé dans le Maintenant ou la sorcière dans le Maintenant, vous en tant qu'êtres humains n’êtes pas responsables. Vous êtes seulement invités à faire deux choses simples. Une que vous avez déjà fait - choisir. Vous l’avez déjà fait, autrement vous ne seriez pas ici. Autrement, vous ne vous ne passeriez pas par cette atroce douleur psychologique et parfois physique. Vous avez déjà fait le choix.

 

Numéro deux, juste être conscient. Juste être conscient. C'est tout.


Le Je Suis prend soin de tout le reste. Pas Dieu - nous nous sommes débarrassés de Dieu - pas les conseils angéliques ou quoi que ce soit d'autre, mais le Je Suis. Votre Je Suis fait tout. Tout. Vous ne pouvez pas être en mesure de percevoir, parce que vous avez une attente provenant d'une perspective humaine limitée. Vous ne pouvez pas comprendre, mais le Je Suis fait tout. C’est juste pour que vous soyez conscients et permettiez.

 


Permettre


Ainsi nous revenons à un grand cercle plein, et ce n’est pas nouveau. C’est permettre. Mais, vous le savez, une chose drôle est arrivée à permettre sur le chemin de l'illumination, c’est que l'humain l’a détourné.

 

L'humain dit : «Bon, je dois prendre en charge permettre," et vous pensez maintenant que permettre c’est permettre à d'autres personnes de voler votre énergie. Ce n’est pas permettre; c’est de la stupidité. Vous pensez que permettre tout c’est juste de rester dans vos vieilles habitudes. Ce n’est pas permettre; c’est juste être têtu.


Permettre signifie l'ouverture absolue pour vous-mêmes, peu importe ce que c’est. Peu importe ce qui se passe. Vous avez pris permettre, certains d'entre vous, et vous utilisez permettre pour trouver des places de stationnement dans les centres commerciaux. Honte à vous! (Quelques rires) «Je me permets - woo, woo, woo, woo! - De créer une place de stationnement "Cela ne veut pas dire permettre. Ce sont des conneries psychiques. Et vous savez quoi? Un être qui est vraiment dans le vrai permettre, pas permettre des mots-force-jeu de puissance-avec -Adamus, quelqu'un qui est vraiment dans permettre, effectivement ne pense jamais aux places de stationnement. Ils ne doivent pas. C’est juste là. Ils ne doivent pas se préoccuper, "Vais-je obtenir le meilleur endroit?"Le Parc à l'autre bout du parking et de la promenade peut-être, mais cessez de l'utiliser comme un outil de pouvoir. Il ne l’est pas du tout. Il est l'antithèse.


Certains d'entre vous ont détourné permettre pour aller : "Je permets l’abondance, je permets l'abondance." À quoi cela ressemble-t-il vraiment? «Je permets l’abondance. Je permets l’abondance. » (Quelqu'un dit :« que vous n’en disposez pas ») Exactement. Vous n’en disposez pas. La personne qui est vraiment dans permettre n'a jamais à penser à l'abondance. Ils ne doivent pas essayer de le faire comme un mantra, ce mot «permettre». Ils ont permis et ils n’ont pas à y travailler. Ils doivent se le rappeler de temps en temps, "Hey, allégeons un peu," et quand vous pensez à ce sujet, vous vous souvenez, "Oh, c'est vrai. Je suis juste de retour dans ce cul serré d’humain, du moi constipé, et dans le mental. Juste – poussez! Boom ! Allez au-delà. Au-delà. Maintenant, prenez une grande respiration profonde et détendez-vous.

 

Nous allons donc prendre douze minutes pour nous laisser permettre. Je sais. Ce n’est pas nouveau, mais c’est important en ce moment.


Alors, nous allons tamiser les lumières de la maison. Mettre un peu de musique et nous allons vraiment permettre – un vaste, courageux, permettre.
 
Merabh pour Permettre

 

(La musique commence)


 
Vous savez, je ne peux pas le dire assez, mes chers amis. Je ne peux pas le dire assez. Cette composition corps-esprit / identité humaine ne va pas faire l'illumination. Vous allez sur un chemin très rugueux et sans issue si vous pensez qu'elle le fera.


C’est naturel, oui. Il est naturel de revenir de nouveau à cela de temps en temps, et c’est quand je viens le long et que je vous rappelle. Mais cet aspect humain de vous ne va pas le faire. Il ne sait pas comment. Il n'a pas l'expansivité pour le faire. Et il ne doit pas également être tenu responsable.


Mon Dieu ! Quand j’étais juste un simple mortel, je ne savais pas comment le faire. Je ne pouvais pas me le figurer. Il n’était pas question d'être bon ou de faire les choses convenablement, ce que j’ai cru pendant un certain temps en marchant dans cet étroit et droit chemin. Cela ne fonctionne pas. Et pourtant, beaucoup d'entre vous essayent si dur. Cela me fait mal parfois de voir vos efforts dans l’illumination. Nous allons donc arrêter.


Je veux que vous notiez cela pour le mois prochain, une sorte de devoirs amusants. Je veux que vous allez quelque part, soit physiquement là où il ya des gens spirituels ou des personnes religieuses, soit si vous ne vivez pas dans un endroit qui vous permette de faire cela, allez juste sur Internet sur des sites spirituels ou religieux, et je veux que vous voyez combien d'efforts il y a dans ces pratiques. Pas pour porter un jugement, mais je veux que vous voyiez combien ils travaillent dur à cela et combien la direction fait trop travailler leurs membres, leurs disciples.


Et puis je veux que vous vous regardiez vous-même, combien vous l’avez fait dur sur vous. Ce n’est pas de votre responsabilité. Un peu étrange, mais ce n’est pas. Vous êtes seulement invités à faire un choix et puis à être juste conscients. Je veux dire, à être juste conscients des changements qui sont en cours. Soyez conscients des changements qui ont lieu au sein de vous-même. Mais arrêtez d'essayer de comprendre. Ceci s'appelle permettre.


Ce n’est pas de la responsabilité de l'être humain d’ouvrir dans les autres aspects ou les autres réalités du Soi. Ce n'est pas.


Ce n’est pas votre travail d’essayer de comprendre l'illumination. Ce n'est pas.


Vous êtes juste invités à permettre. Vous permettez, le Je Suis.


Il y a cette chose appelée kharisma. Il y a cette lumière à l'intérieur, cette radiance.


Dans cette radiance, il y a des choses comme la connaissance et la compassion. Il y a des choses comme la réalisation et l'intégration. Et cette lumière Kharisma brille toujours, elle est toujours là.

 

Vous êtes juste invités à la permettre.


Vous ne devez pas créer le Kharisma. Eh bien, permettez-moi de le dire d'une manière différente. Vous l'avez déjà fait.


Vous ne devez pas essayer d'atteindre une certaine hauteur spirituelle, une noblesse, un moi transcendantal. Vous ne pouvez pas. Vous ne pouvez pas, mais c’est déjà là.


C’est déjà là. Vous êtes juste invités à le permettre. C'est tout.


Vous êtes juste invités à le recevoir, pour être ouverts à lui/elle.


Mais, vous savez, vous ne pouvez pas le faire si vous pensez que vous êtes celui qui doit comprendre tout cela. Vous ne pouvez tout simplement pas. Lorsque vous prenez ce fardeau sur votre soi humain, vous devenez tellement obsédés et préoccupés, tellement distraits, que ce qui est juste là ne sera pas visible, que Kharisma, cette lumière ne sera même pas remarquée, parce que vous êtes si occupés. Le moi humain est tellement occupé à essayer de comprendre l'illumination.


On pourrait dire, d'une certaine manière, que c'était le mois de « cher John » pour beaucoup d’entre vous (NDI : Un courrier que Geoffrey a reçu), un niveau profond de frustration et le manque d'espoir. Je peux vous dire et je peux dire à John cette chose très simple: arrêtez d'essayer de faire votre illumination.

C'est l'humain, la perception humaine et les limitations humaines qui essayent de comprendre tout cela, et vous vous brûlerez tout simplement vous-même.


Que pouvez-vous faire? Que pouvez-vous faire en tant qu'être humain? Permettre. Pas Jésus, pas Dieu, pas Bouddha, rien d'autre. Permettre votre Soi.


Alors, prenez une bonne respiration avec ça.

 

Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de facettes de vous-même et des expressions de vous-même, qui sont ici en ce moment, qui vont bien au-delà de tout cela, bien, que l'esprit humain ne peut même pas imaginer. Alors, vous ne le faites pas. Vous ne cherchez pas à le faire. Vous permettez tout simplement.


Il y a des choses appelées illumination et le divin que l'être humain ne peut pas fabriquer ou forcer ou commander. Mais vous pouvez permettre.


Parfois, en permettant, cela signifie que la vie va avoir différents rebondissements (NDI : ou  des torsions, tours) que ceux sur lesquels l'humain a compté. Mais cet humain qui essaie si fort d'être éclairé a une attente de ce qui vient après.


Ce qui vient après est vraiment une partie de votre algorithme de Dieu, de votre algorithme divin, mais il peut ne pas être compatible avec, il peut être en conflit avec ce que vous appelez votre algorithme humain. L'humain est juste invité à permettre cela.


L'humain pourrait avoir pensé que lui ou elle allait être un certain grand professeur spirituel dans cette vie et ne s’en est même pas approché. Mais c'était une attente très humaine.


Maintenant, cher humain, vous êtes juste invité à permettre.


C’est comme la réception de votre Soi, mais pas un Soi qui est limité à vous, à l'humain. Vous êtes invité à recevoir tout ce que vous êtes, mais cela peut être en contradiction avec ce que l'humain a compté. Pouvez-vous permettre cela?


Pouvez-vous permettre qu'il puisse y avoir beaucoup plus que juste essayer de poncer sur les bords fins de votre vie humaine pour la rendre un peu plus pépère, et que d'autres choses se produisent en ce moment qui peuvent rendre l'humain un peu inconfortable ?


Je vais revenir à l'analogie très basique du papillon et de la chenille. Il est tellement vrai que même lorsque la chenille a levé les yeux au ciel et a vu ce beau papillon et a dit: «Un jour, je voudrais être comme ça," la chenille ne disposait pas des capacités, en tant que chenille, de faire ainsi. La chenille a essayé et a essayé et a essayé d'être le papillon - a essayé de coller des ailes sur son dos, a essayé de couper certaines de ses pattes- mais ne pouvait toujours pas être le papillon. Elle est devenue très, très frustrée et a pensé, "Oh, ce rêveur de papillon est stupide."

C’est un peu ce qui se produit avec un tellement grand nombre. Vous essayez de mettre des ailes divines d'ange sur le dos, sur le dos humain, et cela ne fonctionne tout simplement pas.


Il a fallu attendre que la chenille cesse d'essayer, arête de tellement forcer et permette simplement le papillon qui était déjà là - simplement permettre cela- elle réalisa alors qu'elle était réellement tous les deux. Elle était tous les deux en même temps. Elle était la chenille et elle était le papillon.


Voilà la partie de cette histoire qui est toujours laissée de côté, parce qu'elle n’allait pas être simplement la chenille et puis devenir papillon. Elle était réellement tous les deux.


C'est exactement ce qui se produit avec vous. Vous n’allez pas aller de l'être humain pour être divin. Vous êtes tous les deux à la fois et bien plus encore.


S'il vous plaît arrêtez d'essayer tellement dur du point de vue humain.


C'est un peu votre billet facile ici aujourd'hui, qui dit que vous ne devez pas travailler si dur à cela ou plus. Juste permettre. Permettre quoi? Eh bien, permettre au Je Suis. Mais permettre également un moyen de lâcher les attentes de ce qui peut se produire ensuite et de comment cela se produit. Vous permettez, tout simplement.


C’est l'une des choses les plus simples à faire. Mais comme je l'ai dit avant, quand je parlais de contradictions, cela peut être une des plus difficiles et des plus provocantes. Cela peut être la plus simple et cela peut être l'une des plus provocantes de permettre simplement.


(Pause)

 

Environ 83 pour cent d'entre vous vont quitter ici et peut-être se sentir un peu mieux, pendant un certain temps et puis vous allez revenir demain et vous réveiller le matin et une fois de plus commencer à essayer de faire l'illumination, comme la chenille en essayant de coller les ailes de papillon sur son dos, et cela ne va pas fonctionner.


Vous allez devenir frustrés et déprimés et vous épuiser. Vous allez perdre espoir. Mais alors quelque chose se déclenche en vous comme un tintement de cloche, peut-être une sirène, qui va dire, "Je dois m’arrêter un moment. Je ne dois pas faire cela. L'humain n'a pas à faire cela. Tout ce que je dois faire est de permettre. "


Ensuite, vous prenez une très bonne respiration profonde et allez  juste dans votre vie, mais vous voulez que cela soit.


Alors... bon. Heureux que nous soyons allés quelque part aujourd'hui. Heureux que nous soyons allés quelque part.


Prenons une bonne respiration aujourd'hui et ahh! Cela doit être tout à fait rafraîchissant que la responsabilité ne soit pas à vous, vraiment rafraîchissant. Je veux dire pas au vous limité. Cela se passe maintenant. Les choses bougent. Les choses changent. Cela doit être vraiment, vraiment rafraîchissant, que tout ce que vous deviez faire c’est de permettre.


Alors prenons une bonne respiration profonde avec cela et nous allons vraiment sentir dans cette déclaration, dans ce partage que ...

 

ADAMUS ET PUBLIC: ... tout est bien dans toute la création.


ADAMUS: Mwuahh!


Merci. Merci. Merci (applaudissements).

 



14/09/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres